Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 15:37
Homélie du 23 novembre 2014, dernier dimanche de l’année liturgique

L’année liturgique s’achève avec la fête du Christ Roi de l’univers, et le passage de l’Evangile selon saint Matthieu achève aussi le récit de la vie active du Christ, avant que commence celui de sa Passion, de sa mort et de sa résurrection. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’Evangéliste a placé ce texte à cet endroit de son ouvrage. Plus qu’une parabole, il présente une fresque impressionnante, qui évoque le jugement de l’humanité à la fin des temps quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire. Un jugement considéré comme dernier, ce qui ne veut pas dire seulement final, mais plutôt décisif et considéré comme un critère de dernière instance. A ce titre, ce passage d’évangile exprime la parole dernière du Christ avant sa Passion, celle qui résume en quelque sorte son message et son comportement. Cette fresque n’a pas manqué d’inspirer les artistes chrétiens au long des siècles. Le Fils de l’homme est présenté comme celui à qui été conféré la Royauté par Dieu et qui viendra « juger les vivants et les morts », comme nous disons dans le Credo.

Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
« Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui,
alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ;
il séparera les hommes les uns des autres,
comme le berger sépare les brebis des chèvres :
il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : 'Venez, les bénis de mon Père,
recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ;
j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ;
j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !'
Alors les justes lui répondront : 'Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ?
tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ?
tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ?
tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?'
Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis :
chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères,
c’est à moi que vous l’avez fait.'

Vient ensuite le jugement de ceux qui, eux aussi, disent n’avoir pas vu le Seigneur dans la personne des gens qu’ils n’ont pas secourus, nourris, visités, soignés. Quand Jésus parle de sa venue et de lui-même, il emploie un vocabulaire riche et varié. Il parle du Fils de l’homme qui désigne ici le futur juge eschatologique. Puis il parle d’un roi qui est juge et en même temps Fils de Dieu puisqu’il l’appelle familièrement son Père, et enfin il emploie le vocabulaire pastoral qui présente Dieu comme le berger d’Israël et qu’il s’est attribué à lui-même. Vocabulaire qui rejoint celui d’Ezéchiel ce dimanche.

Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées,
ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer
dans tous les endroits où elles ont été dispersées
un jour de nuages et de sombres nuées.
C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer.
La brebis perdue, je la chercherai ; l’égarée, je la ramènerai.
Celle qui est blessée, je la panserai.
Celle qui est faible, je lui rendrai des forces.
Celle qui est grasse et vigoureuse, je la garderai, je la ferai paître selon le droit.
Et toi, mon troupeau, déclare le Seigneur Dieu,
apprends que je vais juger entre brebis et brebis, entre les béliers et les boucs.

Jésus a assumé une fonction de juge et roi mais de manière nouvelle. Sans vivre dans un palais, sans disposer d’un trône, d’une armée, il a fait droit aux malheureux et aux pauvres en partageant leur sort, en vivant une totale solidarité avec les petits et les gens sans défenses ou rejetés par tout le monde. C’est pour cela et non pour avoir partagé le sort des riches, des forts, des dominants ni résidé dans un Temple religieux, qu’il a reçu de son Père de siéger sur un trône de gloire et de juger les vivants et les morts. Nous trouvons là tout le paradoxe de l’Evangile et du message chrétien.
Lorsque paraîtront les humains devant le Christ, son jugement sera à l’envers des conceptions communes. Il ne les jugera pas comme des coupables dans une cour de justice, il les jugera comme ses propres frères. Son jugement consistera à leur révéler les choix qu’ils auront faits durant leur existence face aux pauvres, aux petits, aux blessés de la vie. Comme s’ils avaient été à eux-mêmes leurs propres juges à travers ces choix. Quand ils se présenteront devant Dieu, ils s’attendront peut-être à ce qu’on leur dise s’ils ont mérité d’entrer au ciel, au paradis, de voir Dieu et de vivre près de Lui et ils s’attendront à être jugés par rapport à des règles morales ou religieuses qu’ils ont strictement observées ou non, face à des interdits qu’ils ont respectés ou non.
Jésus n’est pas présenté dans l’évangile comme le berger d’Israël face à son troupeau, comme il est dit dans le livre d’Ezéchiel, mais comme « le Roi » face à toutes les nations. Il est important de noter que les critères évoqués dans ne sont pas d’ordre religieux. Ce sont des critères d’ordre corporel, social et même politique. C’est en effet en quelque sorte le texte le plus politique de tout le nouveau Testament. Il met en rapport le Christ et tous les humains, dans les dimensions corporelles et sociales qui sont communes à tous, sans indications d’appartenance à une nation, une religion, un âge, un sexe. La reconnaissance du Christ, la fidélité à sa parole passent par le service de tout être humain, comme lui l’a accompli. Les six domaines de la vie qui servent de critère pour le jugement dernier concernent trois aspects.
— Le Circuit économique : la faim et la soif nécessaires à tout être humain pour une survie économique.
— La Sphère sociale : délimitation par le vêtement et le logement, l’hébergement.
Chacun doit être protégé. Il doit pouvoir vivre dans la dignité, avoir droit au respect et entrer en relation avec les autres
— Le Domaine éthique et politique. La possibilité de se déplacer et de rencontrer autrui pour celui qui ne peut se déplacer, qu’il soit alité ou emprisonné.
Ce texte d’évangile est porteur d’une manière neuve de penser toute relation, religieuse ou non : ce sont les faits qui rendent authentique la foi. « Sans œuvre la foi est vaine et morte » écrira saint Jacques. (Jc 2, 14-26) Et saint Paul ajoutera que sans l’amour les œuvres sont vaines ! (1 Co, 13)
Toutes les situations humaines évoquées dans la parabole du jugement sont des situations tragiques, apparemment négatives : faim, soif, exil, dénuement, maladie, prison. Des situations propices à la désespérance toujours présentes dans nos sociétés modernes et plus encore dans le monde entier. Des situations où chacun peut se laisser aller, mais aussi montrer le meilleur de lui-même, retrousser ses manches, se jeter à l’eau pour sauver celui qui se noie, redécouvrir la solidarité, réapprendre la compassion et la tolérance.

Dans l’évangile, le Roi s’exprime au passé : « J’avais faim, j’avais soif… » Et les gens aussi lui répliquent au passé : « Quand t’avons-nous vu ? » Au jour du jugement Dieu dira à tous : ma maison, mon royaume ne sont pas seulement ceux d’après la mort. Votre monde, c’est aussi le mien. En Jésus mon Fils j’y ai fait ma demeure et j’y reste présent. M’y reconnaissez-vous ? Faites que la vie sur terre ressemble à celle du ciel, faites qu’y règnent les Béatitudes, et vous posséderez déjà ce que vous espérez. C’est donc sur la terre que le ciel est déjà commencé, que le jugement est à l’œuvre, et chacun est en quelque sorte son propre juge, à travers ses choix et ses décisions. Dieu vit déjà au milieu des hommes, alors si on ne le reconnaît pas sur la terre, comment pourrait-on le reconnaître au ciel ? Si on a rejeté ce qu’il propose, comment pourrait-on souhaiter vivre en sa présence ?

Dieu s’identifie en quelque sorte à l’affamé, au prisonnier, au malade… Voilà la grande nouveauté de l’Evangile. Puisqu’en Jésus, Dieu s’est fait homme, a partagé la condition humaine, en choisissant la condition des pauvres et en se rendant solidaire des pécheurs, des gens rejetés, désormais c’est à travers eux qu’il se donne à reconnaître et à rencontrer. Jésus est roi dans le royaume de Dieu. Sa royauté n’est pas de ce monde, a-t-il déclaré à Pilate, au sens où elle n’a rien d’une royauté mondaine, mais elle est bien enracinée dans le monde.

Michel SCOUARNEC

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans homélie
commenter cet article

commentaires