Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 05:10
Je radicalise. Vous déradicalisez. Nous déradicalisons.

Maxime de Normandie, alias "Abdu Abdallah"

Déradicalisation. C'est devenu le mot à la mode chez les politiciens, juste après "radicalisation", bien sûr. Car si les jeunes se radicalisent, l'unique solution consisterait donc à les déradicaliser. Nous le croyons tous: les jeunes sont des cibles vulnérables qui pourraient, s'ils entendent l'appel des sirènes fondamentalistes, commencer à se radicaliser. Aujourd'hui, dans toutes les têtes occidentales, "se radicaliser" est devenu synonyme de danger... Mais est-ce que la radicalité a toujours été vue comme une attitude suspecte? Tout dépend du point de vue.

Le fameux Moïse des Hébreux, par exemple, était un homme vraisemblablement bien intégré à la haute société égyptienne. La situation de servitude du peuple de ses origines a cependant fini par ébranler ses fondations, au point où il s'est radicalisé... Jésus de Nazareth était un homme de son temps, avec ses aspirations et ses espoirs, qui, après son baptême reçu du prophète Jean, s'est radicalisé au point où toute sa vie ne pouvait plus servir à autre chose qu'à annoncer le règne de Dieu... À sa suite, des Marie, Pierre, Paul, Irénée, Augustin, Clément, Geneviève, Benoît, Bernard, Thomas, mais aussi Hildegarde, François, Jeanne d'Arc, Thérèse, Kateri, Vincent, (l'abbé) Pierre, André et tant d'autres ont trouvé dans leur foi chrétienne les motivations les conduisant à une radicalisation religieuse, c'est-à-dire à un engagement total pour Dieu... Toutes ces vies "consacrées" ne sont pas sans laisser des questions, pas moins aujourd'hui qu'en leur temps. Mais ces personnes ainsi que des centaines d'autres ont laissé des traces indélébiles dans l'histoire. Sans un processus de radicalisation de leur foi religieuse, il est plus que probable que leur mémoire ne serait jamais parvenue jusqu'à nous.

Peut-on affirmer de manière aussi simpliste qu'on le fait ces jours-ci que la radicalisation est le mal des religions? Et, donc, que le remède consiste à dégonfler le radicalisé, lui insuffler d'autres idées plus courantes du genre: "Allez l'ami, oublie toutes ces idées noires, viens boire un coup avec nous et regarder un match. On va parler des filles et demain ça ira mieux!" Peut-on aussi facilement remettre quelqu'un au neutre?

La radicalité de l'Évangile

Toute croyance religieuse est vécue en tension entre deux pôles, celui de l'intégration au monde d'une part, et celui qui consiste à se laisser attirer vers l'Absolu perçu dans la foi. Pour Jésus, il n'y a qu'une seule raison de vivre: c'est de répondre à l'amour de Dieu auquel il croit de toutes ses forces et de toute son âme. Il a répondu à cet amour en aimant à son tour jusqu'au bout de ce qu'il est possible d'aller: en donnant sa propre vie. En effet, si Dieu nous a tant aimés et que cet amour se fait si déterminant, si "guérissant" jusque dans notre intimité la plus profonde, il est de mise que nous tentions de lui rendre la pareille. C'est alors que se met en branle le processus de la "suite du Christ", qui n'est rien d'autre qu'une forme de radicalisation.

Jésus de Nazareth a proposé (jamais imposé) à ses disciples de se mettre derrière lui, d'apprendre de lui, de faire porter ses soucis par lui. Un petit groupe de "radicaux" nommé "les Douze" s'est constitué peu à peu à son appel. Ils ont rassemblé d'autres adeptes qui laissaient tout derrière eux par désir d'engagement radical. Les paroles de Jésus lui-même les encourageait. L'auteur de l'Apocalypse lui fait même dire: "Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche." (3,16) N'est-ce pas un appel à la radicalisation?

Lorsqu'un jeune chrétien désire suivre les pas du Christ, il peut le faire dans sa vie courante, mais certains vont choisir une voie plus radicale. Pour les uns, ce sera la voie du célibat consacré; pour d'autres, devenir prêtre; pour d'autres encore, la "vie religieuse" en communauté, monastique ou "dans le monde". Il arrive même (!) que certains couples se marient pour le meilleur et pour le pire en s'appuyant sur la grâce de Dieu! Tous ces engagements ne sont-ils pas, selon vous, des exemples de choix radicaux? C'est avec des êtres de convictions que le monde finit par se transformer. C'est le cas aussi des religions! Sans un François d'Assise, où en serions-nous dans l'Église? Sans un Luther, comment serions-nous revenus aux sources des Écritures? La neutralité est l'affaire des institutions et des États, pas des personnes!

Se radicaliser pour le Vrai

Le problème des jeunes djihadistes n'est donc pas, à mon avis, le fait qu'ils se radicalisent. Toute personne qui progresse dans son engagement croyant devient plus radicale ou bien elle se laisse aller à la dérive. On n'est jamais au point mort. Une radicalisation soudaine est de l'ordre de la conversion. Il y a des critères de discernement dans toutes les religions pour accompagner les convertis et même pour ceux qui ne font que cheminer tranquillement dans leur foi. Le vrai problème, c'est l'absence ou le manque de communauté de soutien. Se radicaliser seul dans son sous-sol, en se nourrissant d'enseignements qui prônent des voies étrangères aux sources qui ont conduit les religions au meilleur d'elles-mêmes ne peut que mener le converti à sa propre perte.

Les religions organisées ont le devoir d'accompagner toute personne qui veut croître dans la foi. C'est une responsabilité qui comporte des risques, comme celui d'influencer l'adepte dans une direction ou une autre qui ne serait pas "la voie divine", mais plutôt des raisonnements faillibles ou du sentimentalisme décroché du réel. L'accompagnement spirituel est un art qui existe encore et qui devrait être activement recherché dès que bouge un peu en soi quelque chose qui ne relève pas (ou plus) des sciences humaines!

Personnellement, je me réjouis du fait que de plus en plus de jeunes et de moins jeunes cherchent un sens et regardent du côté des grandes religions. Cela signifie que le vide dans lequel nous plongent le consumérisme, la mondialisation économique et culturelle, le cynisme politique, etc. commence sérieusement à atteindre ces niveaux d'intériorité où les humains se mettent à s'interroger sur leurs valeurs fondamentales et sur la direction de leur vie. Les religions puisent dans leurs traditions des siècles d'expertise en accompagnement. A elles de se montrer plus accueillantes envers les personnes en recherche de sens et, surtout, d'appartenance... C'est ainsi que la radicalisation, plutôt que d'être perçue comme un danger public, pourra redevenir peu à peu l'expérience d'un grand nombre appelé à approfondir le sens de leur existence et à s'engager pour un monde meilleur.

Jocelyn GIRARD

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans islam
commenter cet article

commentaires