Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 11:52
L’origine du 29 février et des années bissextiles

Cette année 2016 est une année bissextile. Comprendre: une année avec un jour en plus, le 29 février. Discret comme il est, ce jour mérite qu'on se penche sur son cas quand il daigne montrer son nez. Alors, êtes-vous sûr de tout savoir sur les années bissextiles et le jour le plus rare du calendrier?

Le 29 février a été inventé par les romains

Jusqu’à l’arrivée de Jules César au pouvoir, Rome obéissait à un calendrier fait d’années de 355 jours. En guise de réajustement, un mois de 22 jours était ajouté tous les deux ans. Mais l’affaire s’avérait bancale: au fil des années, les mois et les fêtes changeaient de saison.

César décida donc de clarifier le calendrier en l’alignant sur le temps de rotation de la Terre autour du Soleil (365,2422 jours). Il fut donc établi que les années dureraient 365 jours mais qu’un jour supplémentaire serait ajouté tous les quatre ans. Pourquoi spécialement en février? Parce que l’année julienne débutant par le mois de mars, il s’agissait du dernier mois de l’année.

Bien des siècles plus tard, en 1582, la réforme dite grégorienne vint perfectionner le calendrier julien. Puisque celui-ci se basait sur des années de 365,25 jours (au lieu de 365,2422), le calendrier s’était décalé d’une dizaine de jours par rapport au Soleil depuis l’époque romaine. La réforme grégorienne réaligna donc le calendrier sur le Soleil et ajouta une règle pour éviter l’érosion du modèle au fil des siècles. C’est pourquoi…

En 2100, il n’y aura pas de 29 février

Et oui, la règle est peu connue mais elle existe: les dernières années des siècles ne sont pas bissextiles. En supprimant un 29 février toutes les 25 occurrences, on peut ainsi annuler le décalage observé avant la réforme grégorienne. Mais alors pourquoi l’année 2000 a-t-elle été bissextile? Il s’agit là aussi d’une compensation, dans l’autre sens cette fois. Pour s’aligner au mieux sur le calendrier solaire, il ne faut supprimer que trois années bissextiles tous les 400 ans. D’où l’idée de conserver les 29 février des années divisibles par 400 (1600, 2000, 2400, etc…). Pas simple, mais efficace!

Il y a déjà eu un 30 février

La Suède peut se targuer d’être le seul pays à avoir déjà vécu un 30 février, en 1712 pour être précis. Il s’agissait alors pour l’Empire suédois de tenter de passer du calendrier julien au calendrier grégorien de manière progressive, en supprimant tous les 29 février entre 1700 et 1740.

Mais la Suède, trop occupée par sa Grande guerre du Nord avec la Russie, oublia d’appliquer la mesure en 1704 et 1708 et ces années restèrent bissextiles. Il fut donc décidé que le pays avait d’autres priorités que celle d’ajuster son calendrier: le retour au calendrier julien fut prononcé. Mais pour défaire ce qui avait été fait, il fallut compenser la suppression du 29 février 1700: on choisit alors d’adjoindre au 29 février 1712 un 30 février.

Pas sûr que les personnes nées ce jour-ci aient apprécié de vivre une vie sans le moindre anniversaire…

Le 29 février, les femmes peuvent demander les hommes en mariage

La légende venant d’Irlande raconte que les femmes, se plaignant auprès de Sainte Brigitte du manque d’initiative des hommes en matière de demande en mariage, la supplièrent d’aller négocier avec Saint Patrick une exception quadriennale. C’est ainsi qu’il fut décidé que le rapport de force serait inversé tous les 29 février et que les femmes pourraient demander les hommes en mariage.

Si ceux-ci s’aventurent à refuser, la tradition veut qu’ils doivent offrir douze paires de gants à la jeune éconduite, pour lui permettre de cacher sa main non-baguée. Si l’histoire peut faire sourire, elle fut réellement respectée et même appuyée par des lois moyenâgeuses, aujourd’hui abolies.

François de la Taille

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans calendrier
commenter cet article

commentaires