Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

11 juin 2016 6 11 /06 /juin /2016 13:40
Publication des données de l'ofpra en 2015 sur les demandeurs d'asile

Hausse de 24% en 2015 de la demande d'asile en France, sept fois moins qu'en Allemagne

A l'occasion de la publication de son rapport d'activité 2015, l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) révèle les chiffres officiels de la demande d'asile au cours de l'année écoulée.

Alors que les chiffres s'étaient stabilisés en 2014 à hauteur de 64.811 demandes (réexamens et mineurs accompagnants inclus), ils connaissent une reprise sensible en 2015, avec 80.075 demandes d'asile (dont 74.468 premières demandes), soit une progression de 23,6%. Ces chiffres définitifs sont très proches des données provisoires fournies par l'Ofpra dès le début de 2016 . En revanche, ils sont légèrement supérieurs à ceux publiés par Eurostat, il y a trois mois

Une hausse qui s'accélère .Cette évolution est évidemment un effet direct de la crise migratoire apparue à la mi 2015. La hausse a ainsi débuté au troisième trimestre 2015, puis s'est intensifiée au quatrième trimestre pour atteindre +57,4% par rapport au dernier trimestre 2014. L'Ofpra l'explique aussi par "une démarche volontariste en faveur de l'asile à Calais (près de 2.500 demandes enregistrées pendant l'année à l'Ofpra) et en faveur des personnes mises à l'abri depuis les campements parisiens (plus de 5.000 personnes)".

La hausse enregistrée en France en 2015 se situe dans la moyenne européenne, mais elle est très nettement

inférieure à celle enregistrée dans certains pays de l'Union européenne, comme l'Autriche (+215%), l'Allemagne (+175%) ou la Suède (+100%). Longtemps premier pays d'Europe pour les demandeurs d'asile et

second au monde derrière les Etats Unis, la France se situe désormais au troisième rang européen, derrière l'Allemagne et la Suède.

Le rapport de l'Ofpra met également en évidence les profondes évolutions dans les pays d'origine. En fin d'année 2015, les deux pays les plus représentés dans la demande d'asile en 2014 la République démocratique du Congo (RDC) et la Chine ont ainsi été supplantés par le Soudan (+184%) et la Syrie (+64%). De même, l'Irak est passé, en un an, du 24 e au 9 e rang des pays de provenance des demandeurs et l'Afghanistan du 31e au 10 e rang. A l'inverse, la Russie a reculé de la 4 e à la 12 e place.

L’île de France abrite 41% des demandeurs d'asile En termes de répartition territoriale des demandes (région de résidence des demandeurs d'asile), l’île de France représente 41% du total, suivie de Rhône Alpes

(8%) et des DOM (7%). Si l'on regarde les évolutions par départements, les hausses les plus fortes enregistrées en 2015 concernent la Guyane (+159%), le Haut Rhin (+58%), le Nord (+27%) et le Rhône (+23%).

Enfin, l'Ofpra a enregistré, en 2015, 321 demandes de mineurs isolés, soit une hausse de 17,6% par rapport à

l'année précédente, confirmant ainsi à une unité près les chiffres récemment publiés par Eurostat

Un taux d'admission au statut de réfugié en hausse sensible en termes de protections internationales accordées autrement dit d'octroi du statut de réfugié .

la France se classe toujours parmi les pays les plus restrictifs de l'Union européenne. Le taux d'admission à l'Ofpra est ainsi de 23% en 2015, mais monte à 31,5% si l'on tient compte des décisions ultérieures de la Cour nationale du droit d'asile (CNDA).

La situation évolue toutefois fortement depuis quelques années : le taux d'admission par l'Ofpra était encore de 12,8% en 2013 et de 16,9% en 2014, avant d'atteindre 23% et 2015 et de grimper même à 26% sur les premiers mois de 2016. Ces chiffres sont des moyennes et la part des admissions varie très fortement selon le pays d'origine. Les taux de protection accordés atteignent ainsi 98% pour les demandeurs d'asile irakiens, 97% pour les Syriens, 89% pour les Centrafricains, 82% pour les Yéménites et 80% pour les Afghans.

Au total, environ 206.000 personnes étaient ainsi sous protection de l'Ofpra (hors mineurs accompagnants) au 31 décembre 2015, soit 12.620 de plus qu'en 2014 (+6,5%). Sur ce nombre, 183.222 sont réfugiés statutaires, 1.326 ont le statut d'apatride et 21.624 bénéficient de la protection subsidiaire.

Vendredi 10 juin 2016

Jean Noël/ Escudié / PCA

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires

85cives0003 05/04/2018 13:47

Que doit-on retenir du projet de loi « Asile et immigration » actuellement en discussion en commission au Parlement ?Un ensemble de dispositions administratives(raccourcissement du délai de recours et suppression de son caractère suspensif)multiplient les difficultés d'accès au droit d'asile.Il s'agit clairement de multiplier les déboutés du droit d'asile et de faciliter leur expulsion.Le gouvernement français actuel entend restreindre plus encore le droit d'asile à celles et ceux qui pourraient en être bénéficiaires malgré le droit français (constitution)et international (convention de 1951 et le protocole de 1967 notamment).Selon M.le ministre de l'Intérieur il convient de faire face à ce qu’il appelle une « submersion »,une « invasion ».Rappelons à M.Coullomb que 32 000 personnes ont bénéficié du droit d'asile en France en 2017:il paraît difficile de parler d' « invasion » dans ces conditions.Pourtant 32 000 bénéficiaires du droit d’asile c’est encore trop,il convient donc de réduire ce chiffre.Dans le même temps le gouvernement français entend faire croire que la France serait un pays appliquant une politique « humaniste et ferme ».C’est une supercherie car tout contredit ce qui est affirmé en boucle.Pour s’en convaincre il suffit de s’intéresser à la récente crise diplomatique franco-italienne (minimisée et tue en France) :la politique française en matière de gestion des flux migratoires est devenue agressive et inhumaine bien loin de la réalité désormais obsolète d’une France terre d’asile.M.Coullomb devra admettre que sa politique ne fait que renforcer la peur du migrant et rend le travail des juges et des avocats plus difficile encore.M.Coullomb c’est le « grand n’importe quoi ».