Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 19:42
Homélie du dimanche 4 septembre 2016

« Apprends-nous la vraie mesure de nos jours, que nos cœurs pénètrent la sagesse », nous redit encore ce dimanche le psaume 89. Cet appel à la sagesse, Jésus le proclame aussi aux foules qui le suivent dans sa montée vers Jérusalem. Mais de quelle manière d’être sage parle-t-il ?

De grandes foules faisaient route avec Jésus ;
il se retourna et leur dit : « Si quelqu’un vient à moi
sans me préférer à son père, sa mère, sa femme,
ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie,
il ne peut pas être mon disciple.
Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi
ne peut pas être mon disciple.
Quel est celui d’entre vous qui veut bâtir une tour,
et qui ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense
et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ?
Car, s’il pose les fondations et ne peut pas achever,
tous ceux qui le verront se moqueront de lui :
´Voilà un homme qui commence à bâtir et qui ne peut pas achever !´
Et quel est le roi qui part en guerre contre un autre roi,
et qui ne commence pas par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes,
affronter l’autre qui vient l’attaquer avec vingt mille ?
S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin,
une délégation pour demander la paix.
De même, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient,
ne peut pas être mon disciple. »

Si Jésus prend les deux images d’un bâtisseur de tour et d’un roi qui part en guerre, c’est sans doute de lui-même qu’il parle, de sa mission de paix et d’unité. Il en prévoit la fin. Il a choisi de renoncer à tout pour la mener à bien et pour accomplir la volonté de son Père. Il déclare qu’il ira jusqu’au bout. Le mot « renoncement » n’est guère apprécié de nos jours. Associé au mot « sacrifice », son sens est perçu souvent à tort, comme négatif. Jésus marche vers Jérusalem où il va porter sa croix et donner sa vie. Est-ce par goût masochiste de la souffrance ? Est-ce par désir d’une réalisation de lui-même ? S’il a renoncé à vivre en famille à Nazareth entouré de ses proches est-ce par mépris à leur égard ou par esprit libertaire ? Pourquoi renonce-t-il à la force armée pour mener le combat qui l’attend ? Comment comprendre sa démarche, ses choix ? La dureté et l’aspect radical de ses propos sont à mettre en rapport avec tout l’aspect positif de sa vie d’homme, et à la sagesse qui l’habite en profondeur. C’est par amour de son Père du ciel et de ses frères de la terre qu’il a renoncé à ce qui lui appartenait. Pour être libre et détaché, pour écouter et libérer, pour guérir et pardonner, pour relever et sauver. Les choix qu’il a faits vont à contre-courant des représentations et des pratiques religieuses de son temps. En lui, il ne s’agit plus d’offrir des sacrifices dans des temples, mais faire don de sa propre personne pour servir les autres au quotidien. Il y a deux manières d’envisager la sagesse : une manière humaine et raisonnable de rechercher la paix, la justice, la bonté, la vérité. Mais il y a comme une autre manière qui la précède, celle qui se fonde sur l’Esprit de Dieu. L’auteur du livre de la Sagesse s’interroge à ce sujet.

Quel homme peut découvrir les intentions de Dieu ?
Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ?
Les réflexions des mortels sont mesquines, et nos pensées, chancelantes ;
car un corps périssable appesantit notre âme,
et cette enveloppe d’argile alourdit notre esprit aux mille pensées.
Nous avons peine à nous représenter ce qui est sur terre,
et nous trouvons avec effort ce qui est à portée de la main ;
qui donc a découvert ce qui est dans les cieux ?
Et qui aurait connu ta volonté, si tu n’avais pas donné la Sagesse
et envoyé d’en haut ton Esprit saint ?
C’est ainsi que les chemins des habitants de la terre sont devenus droits ;
c’est ainsi que les hommes ont appris ce qui te plaît et, par la Sagesse, ont été sauvés.

Saint Paul attribue à Jésus une parole que les évangiles n’ont pas rapportée. Elle l’a guidé dans sa vie de disciple : « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Ac 20,35). Une phrase clé qui exprime au mieux la sagesse qui a inspiré son œuvre d’annonceur d’Evangile. Aux yeux du monde et à l’écoute des pulsions humaines de possession, ces propos paraissent fous. Pourtant le renoncement à soi pour servir les autres et les voir heureux est un chemin de bonheur bien plus grand que celui de la satisfaction de tous les désirs personnels de possession. Tout choix de vie comporte un renoncement. Et ce renoncement peut aller jusqu’au don total de soi, à la perte de sa vie. Folie aux yeux du monde, et sagesse de Dieu, comme le vivra Jésus et le dira Paul dans sa première lettre aux Corinthiens (ch 2, 1-16).

Saint Paul nous aide aussi à comprendre les paroles du Christ qui parle des relations familiales de manière quelque peu choquante. Nous lisons aujourd’hui sa lettre à Philémon. C’est le livre le plus court du Nouveau Testament : un seul chapitre et vingt-cinq versets seulement. Philémon est à la fois un maître – un chef d’entreprise dirait-on aujourd’hui –, et le responsable d’une communauté chrétienne. Onésime, son esclave, s’est enfui on ne sait pourquoi, et a trouvé refuge auprès de Paul, qui s’est attaché à lui et en a fait son collaborateur. Peut-être pour des raisons juridiques, Paul, qui est emprisonné à Rome, s’est décidé à renvoyer Onésime à son maître. Mais pour que le retour d’Onésime se passe dans les meilleures conditions, il adresse une lettre à Philémon ainsi qu’à toute la communauté qui se rassemble chez lui. Il le prie d’accueillir Onésime non pas comme un esclave, mais comme un frère bien-aimé, et plus encore comme s’il accueillait Paul lui-même, espérant sans doute en secret que son maître l’affranchira de sa condition d’esclave. Voici cette lettre de Paul pleine de tendresse et d’humanité.

Fils bien-aimé, moi, Paul, qui suis un vieil homme,
moi qui suis aujourd’hui en prison à cause du Christ Jésus,
j’ai quelque chose à te demander pour Onésime,
mon enfant à qui, dans ma prison, j’ai donné la vie du Christ.
Je te le renvoie, lui qui est une part de moi-même.
Je l’aurais volontiers gardé auprès de moi,
pour qu’il me rende des services en ton nom,
à moi qui suis en prison à cause de l’Évangile.
Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord,
pour que tu accomplisses librement ce qui est bien, sans y être plus ou moins forcé.
S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps,
c’est peut-être pour que tu le retrouves définitivement,
non plus comme un esclave, mais, bien mieux qu’un esclave,
comme un frère bien-aimé :
il l’est vraiment pour moi, il le sera plus encore pour toi,
aussi bien humainement que dans le Seigneur.
Donc, si tu penses être en communion avec moi, accueille-le comme si c’était moi.

Cette lettre de saint Paul montre dans quel esprit les premiers disciples du Christ ont compris ce qu’il disait à propos des relations, familiales ou autres, de ce qu’il vivait lui-même. Pour les chrétiens déjà, dans la perspective des « droits de l’homme », un esclave était un frère « humainement et dans le Seigneur ». Accorder sa préférence au Christ, cela veut dire ne pas s’enfermer et enfermer les autres dans des réseaux de relation quels qu’ils soient : famille, congrégation, village, église, nation, religion, communautés de tous genres. Paul est un vieil homme en prison. Lui aussi après sa rencontre avec Jésus ressuscité avait tout quitté pour le suivre et être son disciple. Il appelle Philémon son fils bien-aimé, et il considère Onésime, non plus comme un esclave, mais bien mieux, comme son propre enfant, son frère bien-aimé aussi, tout autant peut-être que les membres de sa propre famille dont nous ignorons tout. Il va jusqu’à dire de lui qu’il est une part de lui-même. Et il invite Philémon qui est à la fois son employeur et le responsable de la communauté chrétienne à faire de même. Et il ajoute : « Aussi bien humainement que dans le Seigneur ». Voilà les deux dimensions inséparables de la sagesse chrétienne.

Dans le Christ donc, toute relation humaine ne perd rien de son aspect le plus concret, le plus humain et le plus familial. C’est bien humainement que Dieu nous a rejoints en Jésus. Il ne s’est pas contenté de nous bénir du haut de son ciel, il a pris chair dans le plus concret de notre humanité. « Dans le Seigneur » cependant, comme l’a souvent dit saint Paul, et comme il le vit dans sa relation à Philémon et à Onésime : « Il n’y a plus ni juif ni grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, ne font plus qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3,28). Les frontières familiales et sociales ne sont pas abolies, mais à dépasser. Car en lui, tous sont frères et sœurs en humanité, tous enfants du même père, dans cette famille élargie qu’il faut aimer quand on aime le Christ, le frère universel, et en qui il faut le reconnaître lui-même. Par le baptême, on n’est pas arraché à sa famille, mais on entre dans une famille universelle, l’Eglise peuple de Dieu, corps du Christ et temple de l’Esprit Saint. C’est ce qu’exprime le geste de l’immersion dans le baptême des bébés. Les parents donnent leur enfant au prêtre pour qu’il le plonge dans l’eau et le leur donne ensuite comme un frère ou une sœur dans la foi.

Michel SCOUARNEC, Prêtre du Diocèse de Quimper et Léon

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans homélie
commenter cet article

commentaires