Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 06:20
Homélie du dimanche 12 février 2017

Évangile de Matthieu 5, 17-37.
« Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.
Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.
Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.
Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu,
ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi.
Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais. »

Homélie

Il y a huit jours, Jésus nous invitait à être sel de la terre et lumière du monde. On dirait qu’il y a comme un changement de ton aujourd’hui ? Le bonheur passerait-il subitement par l’obéissance à la Loi ? La religion ne serait qu’une morale ? Non ! En réalité, c’est bien le même discours qui continue. Jésus n’est pas un surveillant rigide. Plein de douceur, il dit calmement toutes ces exigences comme un appel. “Il savait ce qu’il y a dans le cœur de l’homme”, dira de lui saint Jean. Oui, Jésus connaît nos pauvretés humaines, et il sait aussi tout ce qui nous est possible. Il voit ce que nous sommes, mais il croit aussi que nous pouvons devenir des ressuscités avec lui.

Car c’est un chemin de résurrection qu’il nous offre. Un chemin pour notre être tout entier. A la manière des conteurs de son temps, Jésus donne trois exemples qui concernent les mains, les yeux et la bouche, c’est à dire les gestes, le regard et la parole, autrement dit l’homme tout entier qui agit, qui désire et qui communique :

Il fait appel à la douceur des gestes dans les relations humaines où les tensions ne manquent pas, ni les rancœurs.

Il fait appel à la droiture du regard pour que nos yeux ne soient pas troublés par la convoitise ou la jalousie.

Il fait appel à la sincérité des paroles : “Va d’abord te réconcilier… Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le… Que ton oui soit oui…”

Comme dit Gérard Bessière : “Jésus aiguillonne et fouille jusqu’aux racines des conduites humaines. Car l’homme est plus profond que ses apparences et son comportement. C’est dans la profondeur obscure de sa vie intime que tout prend naissance et se joue.”

On est saisis par l’autorité de la parole de Jésus, tellement différente du radotage des scribes et autres récitants de formules. C’est une parole créatrice : que la bonté soit, que l’amour soit beau, que le langage soit vrai. C’est une parole qui conduit l’homme au cœur de lui-même. Oui, “si tu le veux, tu peux observer les commandements,” comme disait Ben Sirac le Sage dans notre première lecture. Il dépend de ton choix de rester fidèle. La vie et la mort te sont proposées, à toi de choisir. Si tu veux, tu peux ! On peut trouver que c’est facile à dire. Mais comprenons bien qu’ici il ne s’agit pas seulement d’une affaire de volonté, mais plutôt d’un choix profond, d’un choix spirituel. Et on connaît sûrement tous quelques personnes qui auraient beaucoup de raisons de désespérer et qui, contre toute attente, rayonnent d’espérance. Et on se dit : “Où vont-elles chercher cette espérance ? Où vont-elles chercher ça ?” Elles sont le signe vivant de cette phrase de Ben Sirac : Si tu veux, tu peux.Sans doute elles ont en elles la force folle de celles et de ceux qui se savent aimés ?

L’Evangile d’aujourd’hui donne la clé de ce choix de vie. Il s’inscrit bien dans la suite des paraboles du sel et de la lumière. A plusieurs reprises, Jésus s’y engage personnellement : “On vous a dit …” (c’était Dieu ou la loi) – “Eh bien, moi je vous dis …” (c’est lui qui parle) : “Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.” Comme si Jésus invitait à passer d’un régime de lois à un régime de type béatitudes.

L’actualité confirme chaque jour que nous avons bien besoin de lois pour protéger l’homme et pour que la vie soit possible. Mais précisément nos lois sont faites pour protéger, en quelque sorte pour empêcher de mourir. C’est tout à fait indispensable. Mais faire vivre, chacun sait combien c’est tout autre chose que d’empêcher de mourir. C’est ça sans doute le régime de type béatitudes.

Et l’évangile nous montre Jésus en train d’entrer en résistance, au péril de sa vie. Il entame sa protestation contre la loi et la religion. Les deux ne faisaient qu’un à l’époque. Il marque bien son combat : il ne veut pas supprimer la loi, il n’est pas anarchiste ni soixante-huitard. Non il ne réclame qu’une chose, celle qui compte : que désormais la loi ce soit l’homme. Michel Clévenot avait traduit cela un jour à sa manière en disant : “Croyant à la résurrection, je crois donc au devoir d’insurrection.”

 

Robert Tireau, Prêtre du Diocèse de Rennes

 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans homélie
commenter cet article

commentaires