Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 15:22
La Pêche miraculeuse, tableau peint par Konrad Witz, est conservé au musée d’art et d’histoire de Genève. / DeAgostini/Leemage

La Pêche miraculeuse, tableau peint par Konrad Witz, est conservé au musée d’art et d’histoire de Genève. / DeAgostini/Leemage

Contempler : Ce panneau présente le premier paysage topographique de l’histoire de la peinture.

C’est une des quatre peintures restantes du retable de saint Pierre peint par Konrad Witz en 1444 pour le maître-autel de la cathédrale de Genève. Ce retable fut en partie détruit, et la plupart des visages grattés, lors des troubles iconoclastes d’août 1535 à Genève. Ces visages furent repeints aux XIXe et XXe siècles, et ces repeints gardés lors de la restauration de 2011. Le thème est un peu incertain, et il semble que l’image combine plusieurs épisodes bibliques : une première pêche miraculeuse, rapportée par Luc (5, 4-11), au cours de laquelle Jésus annonce à Pierre, Jacques et Jean qu’ils deviendront « pêcheurs d’hommes » ; une seconde, ayant lieu après la Crucifixion (Jean 21, 1-14) ; et enfin l’épisode de Jésus marchant sur les eaux : Pierre quitte la barque et s’élance vers lui, mais au lieu de marcher lui aussi sur l’eau, il s’y enfonce, car il a douté (Matthieu 14, 22-34). L’apôtre est représenté deux fois, sur la barque et dans l’eau.

Un événement surnaturel dans un site réel

Au revers du second volet, le peintre a figuré le donateur, qui est peut-être l’évêque de Genève François de Metz, à moins qu’il ne s’agisse du duc de Savoie Amédée VIII, devenu pape sous le nom de Félix V. Le retable était porteur d’un symbolisme politique complexe et encore mal défini, lié aux aléas du concile de Bâle de 1431, auquel l’artiste fut mêlé. Mais notre panneau est surtout connu pour son superbe paysage, réputé être le premier paysage topographique (« portrait » d’un site réel) de l’histoire de la peinture. En effet, on reconnaît le lac Léman à son extrémité occidentale, peint depuis Genève, avec la montagne des Voirons sur la gauche, le môle, au centre, le mont Blanc enneigé et le Petit Salève. Sur la droite paraissent les bases en pierre de la tour de l’Île, et les maisons sur pilotis du quartier portuaire du faubourg du Temple, telles qu’elles existaient à l’époque. À flanc de colline, tout à droite, la roche taillée à vif signale une carrière de pierres. Et au premier plan, sur la gauche, des blocs de pierre taillée affleurent par transparence, ce sont d’anciennes carrières sous-lacustres. On ne saurait être plus précis dans la description d’un site.

Cette vérité topographique se conjugue à un rendu exceptionnellement net des reliefs et des distances ; les minuscules figures qui évoluent dans les prés, de l’autre côté du lac, renforcent la sensation d’espace ouvert. Chaque arbre, chaque haie, chaque maison a son ombre portée. Et, sur l’eau, les ondes, les vaguelettes, les reflets (notamment des personnages de la barque), la transparence et la réfraction (qui déforme les jambes de Pierre sous la surface de l’eau), la profondeur aquatique, sont rendus de la façon la plus convaincante, tout en générant, plastiquement, de superbes effets. Tout ceci confère au paysage une densité, une épaisseur inédites, et à l’image un degré de réalité qui appartiennent plus à l’art de la Renaissance qu’à celui du Moyen Âge finissant. Les personnages, en comparaison, semblent raides, et le Christ, avec son beau manteau rouge aux plis cassés (et sa voyante auréole rajoutée au XIXe siècle), est typique du style gothique international.

Manuel Jover

La Croix samedi 10 et dimanche 11 juin 2017 page 18

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans Peinture
commenter cet article

commentaires