Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

26 mars 2018 1 26 /03 /mars /2018 10:16
Vitraux de Marc Chagall dans la chapelle d’axe de la cathédrale de Reims- 1974 : Fenêtre centrale : à droite la crucifixion, à gauche la résurrection, Jésus descendu de la croix et sacrifice d'Abraham

Vitraux de Marc Chagall dans la chapelle d’axe de la cathédrale de Reims- 1974 : Fenêtre centrale : à droite la crucifixion, à gauche la résurrection, Jésus descendu de la croix et sacrifice d'Abraham

Et voici qu’enfin la nuit s’illumine !

Voici que l’obscurité cède le pas à la lumière !

Voici que l’incroyable espérance se réalise : la souffrance ne gagnera pas, la mort n’aura pas le dernier mot…

Voici qu’un homme surgit du gouffre du tombeau pour nous tendre la main.

Voici que le propre Fils de Dieu vient nous relever de nos peurs et de nos nuits.

Voici qu’en se relevant de la mort, le Christ nous relève par le même mouvement.

Voici que, désormais, dans la nuit, il nous est possible de croire à la lumière.

 

Cette nuit est la nuit de la divine espérance : nous arrivons avec le poids de nos vies. Nous savons que bon nombre d’entre nous ne sont pas épargnés par le tragique de l’existence. Chômage, maladie, mort brutale surgissant toujours trop tôt, amours qui ne se disent plus ou si peu, pardons impossibles, claquemurés dans le ressentiment, incompréhensions mutuelles en famille, au travail, entre parents et enfants, solitude…

 

Nous savons combien la trame de nos vies –inévitablement – est tissée d’obscurité…

La grande, la bonne nouvelle de cette nuit pascale, la voici : Dieu n’est pas le spectateur inerte et pervers de nos propres souffrances.

 

Par la folie de la croix, voici que son propre Fils vient nous prêter main forte : son épaule est solide qui vient porter, supporter nos propres croix.

Par le mystérieux passage du tombeau, le Dieu hautain et tout-puissant des mauvaises pages de nos vieux catéchismes est devenu un Dieu proche et aimant.

Un Dieu qui, désormais, partage tout de notre condition humaine, même l’angoisse de la mort… Le Très Haut se fait Très Bas pour mieux nous relever de sa main vigoureuse.

 

Il est temps de refermer la page du Vendredi saint.

Il est temps de laisser notre cœur s’embraser au feu de l’Esprit.

Il est temps de nous laver l’âme dans les eaux du baptême nouveau.

Il est temps de désensabler la source de notre cœur où Dieu nous attends pour étancher notre soif de vivre et de bonheur !

 

Cette source, au plus profond de nous-même, nous avons fini par l’oublier.

Nous l’avons laisser s’assécher.

Nous n’avions pas le temps, pressés que nous sommes par nos vies stressées, par nos vies qui courent sans bien toujours savoir après quoi, après qui !

Cette nuit de Pâques peut-être pour nous comme une nuit étoilée d’été, une nuit où nous prenons le temps de nous poser, de nous arrêter de courir. Une nuit d’escale pour prendre le temps de chercher le cap de notre vie, le sens que nous voulons donner à notre existence.

Une nuit pour prendre, tout simplement, la décision d’aimer mieux, d’aimer plus et de nous laisser aimer par Celui qui, de toute éternité, est la source de tout amour…

Belle nuit de veille avant de reprendre la mer en laissant le vent de l’Esprit gonfler nos voiles…

 

« Pâques, c’est ce moment précis où le désir de l’homme et le désir de Dieu se rencontrent et ne font plus qu’un » dit le Franciscain Eloi Leclerc.

 

Belle et forte vérité : oui, cette nuit pascale vient ouvrir dans nos vies le temps du désir, une brèche dans nos enfermements, nos résignations, nos peurs.

 

Voici venu le temps de tous les commencements, cet instant où – quel que soit notre âge, notre histoire, nos blessures, nos limites, que nous soyons ou non en règle avec ce que nous croyons être les lois de l’Eglise – Dieu vient nous créer, nous re-créer, comme il créa le ciel et la terre.

Voici venu le temps de l’exode, le temps de la traversée à pieds sec de toutes les mers déchaînées de notre existence.

 

Voici, pour nous toutes et nous tous, le temps de l’éveil.

« Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! »

 

Cette nuit pascale et une source où il nous faut joyeusement puiser les eaux de notre propre résurrection !

 

Ecoutons l’invitation de Saint Jean Chrysostome :

 « Vous qui avez jeûné et vous qui n’avaient pas jeûné, réjouissez-vous !

Que personne ne reste sur sa faim !

Venez tous puiser aux richesses de la miséricorde !

Que nul ne déplore ses péchés : le pardon s’est levé du tombeau ! »

 

Bertrand REVILLION

Diacre permanent

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires