Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 07:29
Homélie du dimanche 8 juillet 2018

« Nul n’est prophète en son pays », dit un proverbe dont l’origine se trouve peut-être dans l’Évangile. Peu de personnes, sans doute, savent qu’il s’agit d’une parole de Jésus. Quel sens à cette affirmation et où l’a-t-il prononcée ? Quel sens donne-t-il au mot “prophète” ? Quelle est la portée de cette parole pour nous aujourd’hui ? Autant de questions auxquelles les textes de ce dimanche apportent un éclairage.

Jésus est parti pour son pays, écrit saint Marc, et ses disciples le suivent.
Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue.
Les nombreux auditeurs, frappés d’étonnement, disaient :
« D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée,
et ces grands miracles qui se réalisent par ses mains ?
N’est-il pas le charpentier, le fils de Marie,
et le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon ?
Ses sœurs ne sont-elles pas ici chez nous ? »
Et ils étaient profondément choqués à cause de lui.
Jésus leur disait : « Un prophète n’est méprisé que dans son pays,
sa famille et sa propre maison. »
Et là il ne pouvait accomplir aucun miracle ;
il guérit seulement quelques malades
en leur imposant les mains. Il s’étonna de leur manque de foi.

Jésus a quitté son village depuis un moment, et il parcourt les régions d’alentour en guérissant et en enseignant. Et le voilà de passage chez lui, entouré de Marie et de ses quatre frères et de ses sœurs, lui le charpentier, l’enfant du pays dont tous connaissent la réputation. Joseph, son père, n’est pas cité : celui-ci est peut-être décédé, et en ce cas les fils ont pris la relève. Qui se serait douté que Jésus, l’un d’entre eux, allait quitter son atelier et ses chantiers, et se comporter comme un prophète. Les prophètes, dans la Bible, ne sont ni mages ni devins. Ils viennent souvent du sein de peuple. Amos, par exemple, était éleveur de troupeau (Am 1,1). Ce sont des porte-parole de Dieu, envoyés pour rappeler à Israël les clauses de l’Alliance, envoyés comme Ézéchiel qui était prêtre, pour rappeler au peuple ses fondements, sa mission, et pour dénoncer ses infidélités. Dans la première Lecture, Ézéchiel raconte lui-même comment et pourquoi il a été appelé.

L’esprit vint en moi, il me fit mettre debout,
et j’entendis le Seigneur qui me parlait ainsi :
« Fils d’homme, je t’envoie vers les fils d’Israël,
vers ce peuple de rebelles qui s’est révolté contre moi.
Jusqu’à ce jour, eux et leurs pères se sont soulevés contre moi,
et les fils ont le visage dur, et le cœur obstiné.
C’est à eux que je t’envoie, et tu leur diras : 'Ainsi parle le Seigneur Dieu…'
Alors, qu’ils écoutent ou qu’ils s’y refusent – car c’est une engeance de rebelles -
ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. »

Quand Jésus revient chez lui, on se souvient qu’à la synagogue il avait déclaré que l’Esprit de Dieu l’envoyait en mission, comme Isaïe, Ezéchiel et bien d’autres prophètes. On sait aussi ce qu’il a accompli ailleurs qu’à Nazareth. La Galilée n’est pas si grande et les nouvelles circulent vite. Dans l’Évangile de Marc, nous sommes au chapitre 6. Jésus a déjà guéri des malades, des lépreux, des paralysés. Il a fréquenté des pécheurs publics, pris à partie les scribes et les pharisiens à propos du jeûne et du sabbat qu’il a osé transgresser. Il a choisi un groupe de Douze qui le suivent. Jésus a guéri aussi un possédé du démon en terre païenne, ramené à la vie la fille de Jaïre, un chef de synagogue.

Bref ! Tous savent cela et sont perplexes. Partout on s’émerveille ou on se déchire à son sujet. Mais à Nazareth, on le connaît et on est étonné, peut-être même choqué. Pour eux, Jésus est le charpentier, un point c’est tout. Qu’il ne vienne pas chez lui se faire considérer comme quelqu’un qu’il n’est pas, pensent certains sans doute. Il a même renvoyé, un jour, sa famille qui voulait le ramener à la maison et aussi à la raison, nous a raconté saint Marc. Jésus s’est déjà heurté à l’immobilisme des prescriptions religieuses. Il se heurte dans son pays à un autre immobilisme : celui des coutumes locales considérées comme intangibles : lorsque chez lui quelqu’un ou quelqu’une sort de son rôle, de sa place, de son rang et va à l’encontre de ce qu’il faut penser ou faire, son attitude perturbe l’ordre établi.

On s’empresse de rappeler à l’ordre et à la raison les originaux, les personnes atypiques, qui prétendent avoir plus d’idées que les autres, surtout quand elles sont neuves et dérangeantes. Les prophètes sont gens dangereux pour les gens habitués. Rivés à leurs coutumiers et leurs traditions, ceux-ci s’interdisent et interdisent aux autres de sortir de leurs cadres de pensée et de comportement. A ce sujet, les recherches les plus récentes menées dans le domaine de la communication et de la psychologie montrent qu’inconsciemment, nous sommes toujours tentés d’interpréter les messages qui nous dérangent dans un sens qui conforte notre point de vue. L’Évangile d’aujourd’hui ne dit pas autre chose.

Les temps que nous vivons dans l’Église comme dans la société sont des temps de bouleversements et de remises en cause. Ils sont aussi des temps nouveaux pour l’Évangile. Ils appellent les chrétiens à retrouver les fondements de leur foi, à sa portée prophétique. À imaginer des manières nouvelles de vivre l’Évangile, à sortir comme Jésus de leurs cadres familiers, des frontières de leurs villages pour s’adapter aux changements culturels d’aujourd’hui.

Baptisés au nom de Jésus, n’y a-t-il pas dans leur programme de vie d’être prophètes comme lui ? Naguère on liait le baptême au péché originel bien plus qu’à la mission prophétique à la suite du Christ. Peut-être le temps est-il venu pour les chrétiens non plus de faire nombre mais de faire signe. Le temps de se montrer plus dérangeants dans la manière d’être fidèles à l’Évangile, et cela dans leurs propres pays, leurs nouvelles paroisses, leurs communautés locales. Les prophètes sont souvent rejetés parce qu’ils ne modèlent pas leur parole sur celle du monde, parce qu’ils ne cherchent pas d’abord à se faire bien voir et se moquent qu’on les adule et qu’on les encense.

Saint Paul est un modèle de prophète chrétien. Il témoigne de sa mission dans sa seconde lettre aux chrétiens de Corinthe.

Frères, les révélations que j’ai reçues sont tellement exceptionnelles
que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai dans ma chair une écharde,
un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour m’empêcher de me surestimer.
Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi.
Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit :
ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. »
Je n’hésiterai donc pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses,
afin que la puissance du Christ habite en moi.
C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses,
les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes.
Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.

Les gens de Nazareth s’interrogeaient à propos de Jésus : d’où lui viennent cette sagesse, cette connaissance des Écritures et cette puissance de guérison ? De l’amour gratuit et tout puissant de son Père, un amour qui avait donné toute sa mesure dans sa pauvreté, sa faiblesse et sa mort en Croix. On pourrait s’interroger de même à propos de Paul : d’où lui est venue la force de remettre en cause comme l’a fait Jésus, la manière d’interpréter la Loi ? Il s’est montré totalement prophète du Christ, prophète comme le Christ, habité par sa puissance. Ce qui veut dire qu’il ne met pas en avant sa propre puissance quand il parle et agit, mais qu’il s’efface, qu’il reconnaît sa faiblesse, convaincu que sa force, il la tient du Christ et non de lui-même. Il parle d’une écharde dans sa chair qui l’empêche de se surestimer. Par discrétion, il n’en révèle pas la nature. C’est réconfortant de l’entendre dire que plus il reconnaît sa faiblesse, ses défauts et ses graves erreurs, plus il est contredit, persécuté, angoissé face aux difficultés, et plus c’est le Christ lui-même qui agit en lui et par lui. Il n’a rien d’une star, d’un chef de guerre ou d’un gourou entouré d’adeptes. Il écrira aux Corinthiens chez lesquels naissaient des rivalités entre leurs responsables : « Est-ce Paul qui a été crucifié pour vous ? Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? » (1 Co 1, 13) Par leur baptême, les baptisés dans le Christ sont rendus participants à sa mission de prophète en parole et en acte. Dans leur chair ils portent eux aussi parfois des échardes pesantes et font l’expérience de bien des faiblesses. Mais l’Esprit du Christ fait leur force.

Michel SCOUARNEC

Prêtre du Diocèse de Quimper et Léon

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0

commentaires