Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 17:51
Interview de Mgr. Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, après l'attentat dans la basilique Notre Dame de l'Assomption à Nice

Monseigneur Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise était l’invité de Bernard Poirette ce vendredi 30 octobre. Au lendemain de l’attentat à la basilique de Nice, Monseigneur Lalanne, auteur de « Vivre et espérer » aux éditions Salvator, a fermement condamné les attentats, affirmant qu’il faut « éradiquer le terrorisme » et que « la police et la justice doivent faire leur œuvre ».
 Stanislas Lalanne se dit soulagé de la décision de Gérald Darmanin d’ouvrir les églises pendant le confinement
L’évêque a d’abord exprimé son émotion après l’attentat de Nice, qui a causé la mort de 3 personnes. Visiblement ému, il a dit que « nous vivons des journées plus que rudes et difficiles ». Il a toutefois souligné son soulagement concernant l’ouverture des églises pendant le confinement : « Il n’y aura pas de messe mais nous pourrons prier, les églises sont des lieux de paix où l’on cherche la source de la vie et de l’espérance ».
Suite à l’attentat, Monseigneur Lalanne explique avoir reçu de nombreux appels : « le président du conseil régional du culte musulman, le rabbin de Sarcelles, des députés, des maires m’ont appelé ». Il proclame une « famille humaine » qui se doit selon lui se rassembler au-delà des appartenances religieuses. Il appelle à « construire cette fraternité humaine ».
« Je pardonne mais je n’oublie pas. Il faut éradiquer le terrorisme » affirme Stanislas Lalanne
Interrogé par Bernard Poirette sur le pardon aux terroristes, Stanislas Lalanne a précisé qu’il « pardonne mais n’oublie pas ». Pour lui, « la justice et la police doivent faire leurs œuvres. Le pardon ça veut dire que je ne réduis pas celui en face de moi aux actes qu’il a posés ». Il martèle qu’il faut éradiquer le terrorisme. Il accuse par ailleurs de blasphémateurs ceux qui tuent au nom de la religion : « le blasphémateur c’est le couteau et non pas le crayon ».
L’évêque a aussi pointé du doigt le problème d’une « laïcité aseptisée ». Pour lui, on ne parle pas suffisamment de religion. Sortir la religion du privé, proposer plus d’éducation religieuse permettrait selon lui de « poser d’autres questions et reconnaître l’autre dans sa différence ». Il a par ailleurs rappelé l’importance de la liberté, rendant hommage à Samuel Paty qui « faisait apprendre la liberté ».

Antoine Mouly

Lien à la Source


 

Partager cet article

Repost0

commentaires