Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

24 novembre 2020 2 24 /11 /novembre /2020 16:43
Évacuation de migrants à Paris : un syndicat de policiers reconnaît « un geste inapproprié »

INVITÉ RTL - David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale, est revenu sur l'intervention de police visant à évacuer des migrants sur la Place de la République. Il a regretté évoquant "des petits gestes qui deviennent de grosses erreurs".
Les images de l'intervention policière qui a eu pour but de déloger des migrants sur la Place de la République, dans la soirée du lundi 23 novembre, ont fait le tour des réseaux sociaux. Qualifiées de "choquantes" par Gérald Darmanin, une enquête sur les circonstances qui ont entouré cette violente évacuation a été ouverte.
Face à ces images, le secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale, David Le Bars, a reconnu "un geste inapproprié et idiot" au moment où il vu "un collègue faire un croche-pied à quelqu'un qui s'enfuit en courant" et regretté "des coups portés à des gens qui n'ont pas commis de violence ni de délit". 
"Avec des fautes individuelles, la police se retrouve une fois de plus otage de cette querelle politique", déplore-t-il en évoquant "des petits gestes qui deviennent de grosses erreurs". David Le Bars a néanmoins estimé que "les forces de l'ordre se sont retrouvées dans le rôle le plus ingrat, qui consiste à exécuter un ordre légitime d'évacuer un campement illégitime et illégal". 
Selon lui, "les élus et les autorités (politiques) n'ont pas su héberger ces migrants qui sont finalement repris par des associations et qui viennent s'installer sur une place parisienne". "Avant de dénoncer des fautes systémiques de la police, il faut dénoncer aussi les fautes d'une classe politique [...] alors que ces migrants auraient pu être logés", a-t-il ajouté.


Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires