Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 22:56
Ce mercredi 20 janvier, c’est devant une esplanade surprotégée que Joe Biden prêtera serment. ALEX BRANDON/AP

Ce mercredi 20 janvier, c’est devant une esplanade surprotégée que Joe Biden prêtera serment. ALEX BRANDON/AP

Le moment de la passation de pouvoir est celui où une démocratie atteste qu’elle est vraiment une démocratie. Un chef d’État ou de gouvernement transmet posément les responsabilités à celui qui lui succède. L’événement prend bien sûr plus de valeur encore lorsque le sortant a été battu dans les urnes par l’impétrant. Souvent, ce sont de beaux moments de respect mutuel, au-delà des divergences, si importantes soient-elles. La dignité ultime d’un homme ou d’une femme politique est de savoir perdre avec élégance.
Les États-Unis, aujourd’hui, ne connaîtront pas ce moment symbolique de la passation de pouvoir. Au moment où Joe Biden prêtera serment, Donald Trump sera en partance vers la Floride. Il vaut mieux qu’il en soit ainsi, tant sont profondes les traces laissées dans les esprits par l’assaut des partisans de Donald Trump contre le Capitole, le lieu même où la cérémonie d’inauguration se déroule ce mercredi. Rien n’aurait été pire que de nouveaux incidents, même mineurs, en une telle circonstance.
Il faudra beaucoup de temps pour résorber les passions qui se sont cristallisées le 6 janvier de manière ahurissante. Là se trouve sans doute le pire héritage de la présidence de Donald Trump : par la violence, la trivialité de ses propos et, souvent, de ses actes, le président sortant a donné droit de cité à des instincts qu’un bon fonctionnement institutionnel a précisément pour but de contenir et de canaliser. Il a légitimé le discrédit, le mépris et même la haine de l’adversaire. Or la démocratie repose sur le respect de celui qui ne pense pas comme vous, avec lequel il faut entrer en conversation afin de rechercher un terrain d’entente. Parmi toutes les passions qui peuvent habiter une société, celle de la modération mérite d’être cultivée avec le plus grand soin.

Guillaume Goubert

Lien à la Source


 

Partager cet article

Repost0

commentaires