Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 20:46

Haïti

Il existe un proverbe haïtien qui dit : "ici tout se passe dans la plantation". Mangue, noix de cajou, bananes, légumes, céréales. Sur l'île d'Haïti, le sol est riche et plus de 50% de la population vit dans les zones rurales. Pourtant Haïti importe aujourd'hui près de 80% des aliments qui sont consommés sur l'île.

 La déforestation, les intempéries violentes et récurrentes, le manque d’investissement ou la corruption provoquent des pénuries alimentaires.

Bianca Fraccalvieri, journaliste au programme brésilien de Radio Vatican, s'est rendue sur place. Elle a rencontré les membres de deux Congrégations brésiliennes, les Franciscaines Missionnaires de Notre-Dame qui œuvrent auprès de personnes vulnérables. Les religieuses gèrent deux dispensaires dédiés aux enfants souffrant de malnutrition et à leurs mères.

Sœur Marie Agnés Aubry nous parle des structures dans lesquelles elle travaille :

Il y a le dispensaire et un centre de récupération nutritionnelle où l’on accueille les enfants de 0 à 6 ans qui sont dans un état de malnutrition grave. Quand je suis arrivée on s’occupait surtout des enfants au centre de nutrition mais je me suis rendue compte qu’il fallait aussi s’occuper des mères. Lorsque l’on soignait la mère on avait de meilleurs résultats avec l’enfant. Il faut s’occuper de son éducation et de sa santé. Il faut lui explique pourquoi son enfant est mal nourri, les causes de sa malnutrition. Les causes sont multiples : santé de la mère, problèmes économiques ou sociaux… Il y a des mères qui sont dans de grande détresse. Ici les femmes sont pratiquement seules pour élever leurs enfants, les pères disparaissent ou sont absents. Autre facteur qui explique la malnutrition, les croyances. Beaucoup de femmes pensent qu’un esprit malin s’est emparé de leurs enfants. 

Quelles sont les causes de la sous-nutrition ?  

Pour moi il y a plusieurs raisons. Des raisons politiques qu’il ne faut pas nier. Haïti a un problème avec ses dirigeants qui veulent toujours détourner l’argent à leur profit plutôt que de l’utiliser pour le pays. C’est un problème politique qui découle notamment de la dépendance à l’égard des Etats-Unis. L’autre problème se situe au niveau des croyances ici en Haïti et qui empêchent les gens d’évoluer. Ils pensent : « Si je fais ça, les ancêtres vont se manifester et il va y avoir des représailles. »

Comment aller à contre-courant de cette mentalité et combattre ces croyances ? 

L’éducation est très importante. Ces derniers mois j’ai fait beaucoup de visites à domicile. Il faut éduquer, expliquer, prendre le temps avec chaque femme d’expliquer. Et alors il y a quelque chose qui bouge. Il y a des femmes qui m’ont dit après : « ma sœur tu m’as appris beaucoup de choses, maintenant je comprends mieux. » Il n’y a plus cette fatalité. Il faut casser cette fatalité, la résignation. Les haïtiens sont résignés, ils ne croient plus en l’avenir. L’autre chose qui tue ici, c’est l’assistanat. Il faut éduquer la population à participer et non pas à attendre de recevoir des dons.

Comment concevoir l'évangélisation dans ce contexte ?  

C’est difficile d’évangéliser quand ils ont faim mais je crois que l’évangélisation passe autrement. Parce qu’ici il y a beaucoup d’évangéliques qui jouent notamment sur le ressort de la peur du diable. Mais je crois que l’on évangélise par la proximité, par l’aide, par l’écoute, par la réflexion apportées aux populations. Mais surtout par l’amour et la compassion.

 

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires

anne marie 16/07/2013 16:52


et du travail,car un homme debout,c'est mieux,ici en france ce n'est  pa s mieux 30000enfants sont sdf


le 21siecle est pareil au precedent et 30riches tiennent la france


et a la retraite j'aurai environ 600euros