Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 09:29

JosephFolliet
                Joseph Folliet est né en 1903, à la Croix-Rousse. Son père est fabriquant de soierie. A 20 ans, il s'oriente dans ce milieu. Il est en effet reçu premier à l'Ecole de tissage. Mais sa vie bascule au même moment et prend une toute autre direction, car c'est l'époque où il s'initie à l'apostolat social avec son ami Marcel Gonin, fondateur de La Chronique sociale et l'un des promoteurs des Semaines Sociales. La politique l'intéresse tout autant que la question sociale : il s'intéresse à La Jeune République de Marc Sangnier. En 1926, il passe une licence d'histoire.

              Cet homme, physiquement imposant, l'éternelle pipe à la bouche, est d'une grande activité. Il possède la rare capacité à s'interroger sur la marche du monde. C'est aussi un grand spirituel. Lors d'un voyage à Assise, il découvre le message franciscain et fonde en 1927 Les Compagnons de Saint François. Il y noue de solides amitiés notamment avec Eugène Pons.
              On retrouve ensuite Joseph Folliet dans les commencements de la J.O.C (Jeunesse ouvrière chrétienne), de la J.E.C (Jeunesse étudiante chrétienne) et de la J.A.C (Jeunesse agricole chrétienne). On sait aussi qu'il compose à cette époque pour ces différents mouvements de nombreuses chansons. Joseph Folliet à cette époque souhaite devenir prêtre. Il entre au séminaire de l'Institut catholique, mais Mgr Verdier le persuade de rester dans la vie laïque.
Joseph Folliet effectue alors son service militaire en Tunisie où il se sensibilise aux questions de la décolonisation. Il approfondira ensuite sa réflexion en faisant des recherches théologiques sur ces questions mais aussi sur le travail forcé.
             Homme engagé dans la vie de la Cité au sens plein du mot, il n'est pas étonnant alors de le retrouver dans le journalisme comme rédacteur en chef de l'hebdomadaire Temps Présent. Il dirigera la Chronique Sociale de France de 1937 à 1964.
              Survient la guerre. Il est fait prisonnier en 1940 mais il aura la chance d'être libéré deux ans plus tard pour raisons de santé. Il met alors sa liberté au service de la Résistance. Il participe à l'action de "Témoignage Chrétien" et s'engage dans le réseau Mitterrand des prisonniers de guerre.
Après la guerre, il fonde avec Georges Hourdin l'hebdomadaire "La Vie catholique illustrée". Il relance les Semaines sociales de France. Cette manifestation mobilise du monde car on y aborde des sujets qui font débat à l'époque : "L'avènement des masses et les révolutions du XXe siècle" (1947); " Du colonialisme à la communauté humaine" (1948). Joseph Folliet coopère activement à la naissance du mouvement "Pax Christi" dont il sera le vice-président. Pendant la guerre d'Algérie, il milite pour le respect de la personne humaine. En 1962, il est nommé expert auprès du Concile Vatican II.
En 1968, son souhait de devenir prêtre se réalise, il reçoit l'ordination sacerdotale des mains de Mgr Ancel, supérieur de l'Institut du Prado auquel il appartiendra jusqu'à la fin de sa vie.

Joseph Folliet est l'auteur de 65 ouvrages dont son autobiographie "Ferme propos", publié en 1955. Il a également publié des chroniques régulières pour le quotidien La Coix.

 

Lien à la Source

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires