Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 22:24

Georges Pontier

Quarante jours après la fête de sa naissance, voici cette fête de la Présentation de Jésus au Temple par ses parents.

A Noël, nous entendions la Bonne Nouvelle : « Il vous est né un sauveur. » Aujourd’hui, nous acclamons le Christ comme Lumière des nations païennes, Lumière de nos cœurs, de nos consciences, de nos vies, de nos comportements, de nos désirs, de nos projets ! Lumière pour chacun de nous, Lumière pour notre Eglise diocésaine, Lumière du monde.

Nous nous sommes levés tôt pour accueillir, au Vieux-Port, la Parole de Dieu, le Christ, Parole de Dieu, Lumière du monde, Lumière de nos cœurs. Et nous avons envie de crier ou de murmurer : « Seigneur, répands ta Lumière dans nos cœurs et dans le cœur des hommes de ce temps, ici et partout. Répands ta Lumière ! »

Nos oreilles sont pleines du cri des hommes qui souffrent, qui en ont assez, qui luttent, qui espèrent, ici et au loin : Tunisie, Egypte, Proche et Moyen-Orient, Sud-Soudan, Côte-d’Ivoire, Haïti, chrétiens victimes de persécutions. Nous voyons aussi des hommes et des femmes, des jeunes et des enfants, en quête de logement digne, en recherche de travail, en errances diverses. Nous n’avons pas oublié Maxence qui lutte pour la vie après avoir attenté à la sienne, ni ces morts de jeunes dans nos cités victimes du mirage de l’argent facile, ni ces personnes âgées agressées dans nos rues.

Oui, nous entendons le cri des hommes de ce temps ! Et beaucoup se disent, les plus pauvres surtout, quand cela cessera-t-il ? Qui éclairera le cœur des hommes ? Qui changera le cœur insensible de ceux qui ne vivent que pour eux-mêmes, de ceux qui s’enrichissent pour eux-mêmes sans se poser de questions, de ceux qui tuent sans scrupules. Qui éclairera le cœur des hommes ? Qui les guérira de leurs aveuglements ?

Alors ce matin, Seigneur, nous nous remettons à l’écoute de Syméon et d’Anne qui te reconnaissent comme la Lumière du monde. Nous nous remettons à l’écoute de Notre-Dame de Confession, Marie, Mère de Jésus, qui dit aux serviteurs de la noce entre Dieu et les hommes : « Faites tout ce qu’il vous dira ! »

Et nous T’entendons nous dire : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toutes tes forces, de tout ton esprit et tu aimeras ton prochain comme toi-même ! »

Ou encore : « Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme ? Vous ne pouvez servir à la fois Dieu et l’argent. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes fils du même Père. Vous êtes tous frères. Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin des temps. Je pars vous préparer une place. » Nous rappelons ta mort et ta résurrection, ta vie donnée pour nous et pour la multitude, ton pardon imploré pour chacun. Nous contemplons ta victoire sur la haine, sur les peurs, sur le désir de se venger. Nous sommes saisis par ta beauté humaine : Tu es passé en faisant le bien, Tu n’as rien gardé pour toi, Tu ne t’es pas enrichi de biens matériels, mais Tu t’es enrichi d’amour partagé, de souffrances allégées, de confiance intime en ton Père, d’espérance invincible ! Tu as aimé tout homme comme un frère !

Seigneur, Tu t’es confié à nous, à l’Eglise, pour que jusqu’à la fin des temps nous Te proclamions comme la Lumière du monde, le chemin, la vérité et la vie, pour que jusqu’à la fin des temps nous criions en ton nom : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Puisse ton Eglise qui est à Marseille laisser ta Lumière rayonner dans le cœur de chacun de ses fidèles pour être, en ce temps qui est le nôtre, signe de ton amour unique pour chaque être humain et de ton désir de nous voir nous aimer comme des frères.

Que Marie, invoquée ici comme Notre-Dame de Confession, nous soit un modèle de fidélité et de confiance. Frères et Sœurs, Dieu nous aime. Il aime tous les hommes. Son amour est vainqueur de la mort ! Telle est notre lumière et notre inspiration. Qu’Il vous tienne dans la paix et fasse de nous des ouvriers de paix et de fraternité.

+ Georges Pontier 

Archevêque de Marseille

 

Lien à la Source

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans foi
commenter cet article

commentaires

anne marie 02/02/2014 17:53


le christ messaager de paix, pacem in terris fut un chemin et nous tous devenons des veilleurs d'humanité.là ou nous sommes des mediateur de paix