Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 12:19

  jeanXXIII

A la solennité, il opposait la jovialité; à la sévérité, la bienveillance. Son premier Noël de pape, il le réserve aux prisonniers et il leur confesse que le chapardage et le braconnage, ça le connaît.

Diplomate du Vatican pendant trente ans, il parle avec tout le monde, il parle d'ailleurs tout le temps et désarme les laïques les plus farouches qui, au bout d'un moment, se retrouvent avec lui à manger la pasta et à boire le raki.

Le pape Roncalli, c'est un style. Mais d'abord une théologie: il aime la tradition mais il croit que l'Eglise peut être d'autant plus jeune qu'elle est ancienne.

Sans doute la cinquantaine de vieux cardinaux électeurs qui l'avaient élu en 1958 croyaient-ils que leur choix serait sans conséquence. Le 11 octobre 1962, à Rome toujours, le pape dit de transition - qui est en réalité un homme de combat - a ouvert les fenêtres : c'est près de 3000 pères conciliaires, cette fois représentatifs du monde entier, qu'il réunit. Pour une bataille qui ne fait que commencer.

 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans pays du monde
commenter cet article

commentaires

claudine onfray 11/10/2012 18:09


quel beau cadeau que ce texte en ce  11 octobre


qui rejoint la pensée de Jean XXIII


  Le 11 octobre 1962, à la fin de la journée  octobre d’ouverture du Concile, était organisée une procession aux flambeaux entre le château Saint-Ange et la place
Saint-Pierre. Le pape Jean XXIII, attiré par la prière de la foule, était apparu à sa fenêtre, improvisant une allocution connue aujourd’hui comme le discours à la
lune.


Le monde entier est rassemblé ici. Il semble que la lune elle-même s’est hâtée ce soir de regarder ce spectacle que même la basilique, Saint-Pierre qui a quatre siècles d’histoire, n’a jamais
pu contempler, a dit le pape au soir de l’ouverture de Vatican II, sous les applaudissements de la foule.


Il a ajouté: Ma personne ne compte pas : c’est un frère qui vous parle, devenu père par la volonté de notre Seigneur. Mais ensemble, paternité et fraternité sont une grâce de Dieu. Faisons
honneur à l’impression de ce soir. Que nos sentiments soient toujours comme nous les exprimons ce soir, devant le ciel et devant la terre: foi, espérance, charité, amour de Dieu, amour des
frères. Et puis, tous ensemble, aidons-nous ainsi, dans la sainte paix de Dieu, à faire le bien.


Le passage qui a fait éclater les applaudissements est celui de la larme d’un enfant:  En rentrant chez vous, vous trouverez vos enfants. Donnez une caresse à vos enfants, et
dites-leur: c’est la caresse du pape. Vous trouverez peut-être quelque larme à essuyer. Ayez une bonne parole pour celui qui souffre: Le pape est avec
nous, spécialement aux heures de tristesse et d’amertume.