Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 13:32

Paradis

 

Maman dit qu'il y a deux sortes de gens dans la vie. Ceux qui ont un paradis perdu et ceux qui n'en ont pas." La petite fille qui raconte son histoire fait partie de ceux qui en ont un. Pour elle, le paradis perdu, c'est une grande maison pleine de billes de verre, de rires, de glycines enroulées à l'escalier du perron. Une grande maison remplie de fêtes d'anniversaire et de violoncelles. Malheureusement, cette maison ne sera bientôt plus remplie que de souvenirs...

Je cherche les clés du paradis est un petit roman touchant qui traite avec délicatesse du souvenir et de la séparation déchirante d'avec une maison paradisiaque, symbole de toute une famille sur plusieurs générations.

La narratrice, bouleversée de quitter sa chère maison, partage avec nous ses émotions, ses interrogations sur la mémoire et sa crainte de l'oubli.

Je cherche les clés du paradis est comme un journal intime et les illustrations de Philippe Dumas siéent à merveille à l'univers sensible de Florence Hirsch.

L'auteur raconte sa rencontre avec une petite lectrice :

Un jour, en Belgique, une petite fille qui avait lu ce livre m'a dit : « Au fond, tu as pris l'exemple d'une maison. Mais ton histoire, aurait pu être celle d'un doudou ou de n'importe quoi d'autre qu'on a beaucoup aimé et qu'on a perdu. » Cette petite fille avait raison. L'histoire pourrait se résumer ainsi: « Que se passe-t-il en nous quand la vie nous force à faire le deuil de quelque chose ? »

Je vous conseille vivement ce petit livre à l'atmosphère nostalgique illustré par le talentueux Philippe Dumas.

Lien à la Source

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires