Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 12:28

image 10 

Statue de saint Jean de Dieu vénérée à l'hôpital

Saint-Jean-de-Dieu de Barcelone. XVIIe.

 

Joao Ciudad est né le 8 mars 1495 à Montemor-o-Novo au Portugal et mort le 8 mars 1550 à Grenade (Espagne). A huit ans, pour des raisons que l’on ignore, il fait une fugue et se retrouve vagabond sur les routes. Pendant 33 ans, il va mener une vie d’errance : enfant volé puis abandonné par un prêtre escroc, il parcourt l’Espagne. Tour à tour berger, soldat, valet, mendiant, journalier, infirmier, libraire... Le vagabond, un moment occupé à guerroyer contre les Turcs en Hongrie, se retrouve à Gibraltar. Et c’est là qu’un sermon de saint Jean d’Avila le convertit. Il en est si exalté qu’on l’enferme avec les fous. Puis son dévouement éclôt en oeuvres caritatives. Tout ce qu’il a découvert et souffert va le faire devenir bon et miséricordieux pour les misérables. Il collecte pour eux, ouvre un hôpital, crée un Ordre de religieux, l’Ordre de la Charité. L’hôpital qu’il a fondé à Grenade donnera naissance aux Frères Hospitalier de saint Jean de Dieu. Au moment de mourir, il dira : "Il reste en moi trois sujet d’affliction : mon ingratitude envers Dieu, le dénuement où je laisse les pauvres, les dettes que j’ai contractées pour les soutenir."

                      

"Lorsque nous transmettons aux pauvres par amour de Dieu, c’est lui-même qui nous est donné. Si l’eau éteint le feu, la charité éteint les péchés."

(Saint Jean de Dieu dans une lettre à ses frères)

Canonisé en 1690, il a été proclamé par Léon XIII patron des malades et des hôpitaux en 1886, et par Pie XI, patron des infirmiers et infirmières en 1930.

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires

claudine onfray 08/03/2012 13:30


Merci Denis


dommage j'attendais un mot sur les femmes


je te mets les mots d'une autre :  avec un merci à tous ceux qui les ont aidées


Bonne fête à vous, oui vous femmes de l’Église. Celles qui ont suivi les mêmes séances de caté que tous les autres enfants. Celles qui ont dit oui, à un homme ou à
une vie consacrée à Dieu. Celles qui ont porté un enfant, fille ou garçon, devant les fonts baptismaux, en tant que mère ou en tant que marraine. Bonne fête à vous qui revenez chaque jour,
semaine, chaque dimanche, pour accompagner, étudier, partager, encadrer, renseigner, balayer, bénir, fleurir, enseigner, chanter, préparer, louer, se dévouer, prêcher, écrire, prier, organiser,
méditer, tenir la main, lever le poing … Bonne fête à vous toutes qui êtes Église, qui faites l’Église….