Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 16:51

MesseMarek1

« L’Eglise est solidaire de tout le peuple tunisien qui souffre suite à l’attentat contre sa liberté, son droit au pluralisme et à la dignité » déclare à l’Agence Fides le Père Jawad Alamat, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires de Tunisie, condamnant le meurtre de Chokri Belaid, le responsable de l’opposition tué hier dans une embuscade (voir Fides 06/02/2013).

« Nous présentons nos condoléances à la famille, à son parti et surtout au peuple tunisien » affirme le Père Alamat qui qualifie Belaid de « voix libre qui s’est toujours battue contre la violence politique ».

Le prêtre décrit ainsi la réaction populaire au meurtre de l’homme politique : « l’attentat est vécu comme une agression contre un peuple tout entier et non pas contre une seule personne. C’est ce que j’entends répéter par les hommes de la rue et dans les commentaires repris par les moyens de communication ».

"Nous sommes peut-être à un tournant"

Face aux manifestations en cours dans toute la Tunisie, le Père Alamat affirme : « nous nous trouvons face à un tournant, peut-être plus important que celui du 14 janvier 2011 (chute du Président Ben Ali NDR). Sur l’Avenue Bourghiba, différents partis sont présents mais c’est surtout le peuple qui s’est rassemblé spontanément afin de manifester contre cette action ignoble. L’épouse de Belaid est écrasée par la douleur mais elle ne s’est pas enfermée chez elle et a été l’une des premières à manifester ».

« L’Avenue Bourghiba est un lieu symbolique mais c’est toute la Tunisie qui est descendue dans la rue pour protester du sud au nord. Cela signifie que la conscience populaire en a assez de la violence politique » poursuit le Père Alamat.

« Trop longtemps le gouvernement a laissé faire les violents au nom du respect d’une liberté d’expression mal comprise. On ne peut plus l’accepter » affirme le prêtre en rappelant les actes de violence qui ont précédé l’homicide d’hier.

« Prions pour que le sang versé serve à construire une Tunisie moderne, pluraliste, démocratique et pacifique » conclut le Père Alamat.(Fides)

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans pays du monde
commenter cet article

commentaires