Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 08:50
 
 COMECE
 
La 6ème rencontre annuelle des représentants religieux s'est tenue le 19 juillet 2010, à la Commission européenne. Elle avait pour thème la lutte contre la pauvreté.

Une vingtaine de dignitaires religieux chrétiens, musulmans et juifs, ainsi que des communautés sikh et hindoue, issus de 14 Etats Membres se sont réunis pour échanger sur la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, dans le contexte de la gouvernance européenne.

La délégation de l'Eglise catholique était composée du cardinal Péter Erdö, archevêque d'Esztergom-Budapest et Primat de Hongrie et Président du Conseil des Conférences Episcopales d'Europe (CCEE), de Mgr Adrianus van Luyn SDB, évêque de Rotterdam, Président de la Conférence épiscopale des Pays-Bas et Président de la Commission des Episcopats de la Communauté Européenne (COMECE), de Mgr Stanislav Zvolenský, archevêque de Bratislava et Président de la Conférence épiscopale de Slovaquie, du Dr. Flaminia Giovanelli, Sous-Secrétaire du Conseil pontifical Justice & Paix.

La rencontre était présidée par José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne et co-présidée par Herman Van Rompuy, Président du Conseil européen et Jerzy Buzek, Président du Parlement européen.
 
 

Un engagement global pour atteindre les Objectifs du Millénaire

Mgr Adrianus van Luyn, Président de la COMECE, a mis en garde contre une forme de lutte contre la pauvreté qui se limiterait à des mesures techniques et administratives: "Cela reviendrait à ne considérer les pauvres que comme des « objets d'assistance ». Il est au contraire nécessaire de les aider à devenir les « sujets » de cette lutte commune de la société contre la pauvreté et l'exclusion. » Concernant les efforts de l'UE pour surmonter la crise économique, il a ajouté : "Les plus pauvres et les plus faibles de notre société ne doivent pas devenir les nouvelles victimes de cette crise, mais nous ne devons pas non plus imposer unilatéralement le fardeau de la réparation de nos propres erreurs aux générations à venir." Cette responsabilité de l'UE devrait aussi se tourner vers les plus pauvres dans les pays en développement, particulièrement en Afrique, ainsi que vers les migrants : "Nous ne pouvons pas nous soustraire à un engagement global pour atteindre les objectifs en matière de réduction de la pauvreté inclus dans les Objectifs du Millénaire pour le développement" a-t-il conclu.

Le cardinal Erdö, Président du CCEE, a rappelé que la pauvreté ne devait pas uniquement être réduite à un cadre matériel mais comprise dans un contexte plus large, ce qui pose aux leaders politiques et religieux la question anthropologique de définir les besoins de l'être humain.

Pour surmonter un individualisme croissant, Mgr Zvolensky, archevêque de Bratislava, a quant à lui appelé à "un engagement concret de solidarité et de charité qui commence à l'intérieur de la famille". Citant le pape Paul II, il a rappelé l'urgence de "promouvoir non seulement des politiques de la famille, mais aussi des politiques sociales qui aient comme principal objectif la famille elle-même" (Centesimus Annus, 49).

Mme Flaminia Giovanelli, de Justice et Paix, a indiqué que l'Eglise encourage, et parfois aide à créer, des entreprises qui se situent entre les entreprises à but lucratif et les organisations à but non lucratif et constituent « une nouvelle réalité qui touche le privé et le public et qui n'exclut pas le profit mais le considère comme un instrument pour réaliser des objectifs humains et sociaux » (Caritas in Veritate, 46).
 

Du dialogue à la pratique

Les Présidents Barroso, Van Rompuy et Buzek ont tous salué la contribution des Eglises dans la lutte contre la pauvreté, notamment de part leur rôle de prestataires de services sociaux dans les États membres de l'UE. Cette rencontre annuelle se tenait pour la première fois dans le cadre du nouveau Traité de Lisbonne, qui prévoit dans son article 17 que l'UE maintient un « Dialogue ouvert, transparent et régulier » avec les Eglises et communautés de conviction. Les trois Présidents ont annoncé leur intention de renforcer dans les tous prochains mois la mise en application de ce dialogue à un niveau de travail pratique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans pays du monde
commenter cet article

commentaires