Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:40

Armoiries Pape François

Message du Pape François à Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la Conférence des évêques de France, en réponse à une lettre l'informant de la tenue de l'Assemblée plénière d'automne à Lourdes, du 5 au 10 novembre 2013.

« A Son Excellence Monseigneur Georges Pontier
Archevêque de Marseille
Président de la Conférence des Evêques de France
 

Vous m'avez informé de la tenue à Lourdes de l'Assemblée plénière de votre Conférence épiscopale, du 5 au 10 novembre prochain. A cette occasion, je tiens à saluer chaleureusement tous les Evêques de France, les assurant de ma prière fraternelle pour le bon déroulement de leurs travaux. 
 

C'est dans la longue tradition missionnaire de l'Eglise en France que se situent les différentes questions que votre Assemblée se propose de traiter. Ainsi, votre souci d'une formation solide des futurs prêtres doit-il viser à préparer des hommes de foi, profondément attachés au Christ et proches des personnes qui leur sont confiées, n'ayant pas peur d'aller vers les hommes et les femmes qui ne connaissent pas encore Jésus Christ. Dans la contribution spécifique qu'au nom de l'Eglise vous apportez aux grandes questions de société auxquelles votre pays est confronté, je vous encourage à poursuivre votre engagement au service de l'homme, particulièrement des personnes les plus délaissées, ainsi que le récent rassemblement Diaconia a voulu le montrer. Que ce souci de la personne humaine soit aussi, en même temps, témoignage fort de la miséricorde de Dieu à l'égard de chacun ! Cela exige que vos communautés diocésaines demeurent en état permanent de conversion au Christ afin de pouvoir accomplir leur mission évangélisatrice de manière crédible. 

Je me réjouis de l'ouverture de votre Assemblée à des Evêques d'autres pays, manifestant ainsi votre attachement à l'exercice collégial de votre ministère épiscopal, en communion avec l'Evêques de Rome, et votre souci de la mission universelle de l'Eglise qui doit aussi être au cœur des préoccupations de tout disciple du Christ. 

Vous encourageant cordialement dans votre ministère épiscopal, je confie chacun de vous à l'intercession de Notre-Dame de Lourdes et de sainte Bernadette, et je vous adresse une affectueuse Bénédiction. » 

Du Vatican, le 24 octobre 2013

François
 

Lien à la Source 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans foi
commenter cet article

commentaires

anne marie 07/11/2013 21:40




arution : 7 novembre 2013


Exclusif. Témoin direct de la collaboration de l’Eglise avec la dictature argentine


Dr Lorenzo Riquelme : Jorge Bergoglio savait...



Par Golias




Enlevé à deux reprises en 1976 sous la dictature argentine, à proximité de la faculté jésuite de San Miguel, Lorenzo Riquelme s’exprime sur les circonstances d’un épisode douloureux de sa
vie. Il dénonce le silence de l’Eglise et de Jorge Bergoglio sur les complicités de l’institution, son absence de volonté dans la recherche de la vérité et de la justice, l’effacement de la
mémoire des prêtres des pauvres victimes de la dictature. Entretien.






En la personne de Lorenzo Riquelme, Golias Hebdo donne la parole à un témoin direct de la dictature argentine (1976-1983), qui a survécu à deux enlèvements en 1976. Une première dans la
presse française et européenne, qui laisse à penser sur les pressions qui pèsent sur les victimes et en particulier sur les médias, notamment catholiques.


Lorenzo Riquelme, médecin, révoque les complicités au sein de la faculté jésuite de San Miguel, dans la province de Buenos Aires. Ainsi que des événements qui renforcent le soupçon à son
égard : le congrès du Side, les services secrets, en 1975, ou le titre de docteur honoris causa remis en 1977 à Emilio Massera, membre de la junte militaire, à la tête de l’Ecole
supérieure de mécanique de l’armée, un des pires centres de détention et de torture. Homme libre, homme de conviction, profondément humaniste, Lorenzo Riquelme évoque les prêtres et
religieux qu’il a connus, enlevés, disparus dans quelque charnier ou au fond de l’océan, pour avoir été véritablement proches des pauvres, voulu un partage des richesses plus équitable.
Comment réagit un chrétien, lorsque l’Eglise fait barrage au chemin de vérité et de justice, lorsqu’elle efface la mémoire ceux qui n’ont pas suivi la voie de la collaboration ? Il se
place en retrait et garde au cœur une blessure qui ne se refermera jamais complètement.


Lorsque le Vatican multiplie les annonces sur un passé sans tache de pape Bergoglio, c’est à se demander s’il n’aurait pas des choses à cacher. Dernier en date d’une communication offensive
et tous azimuts, La Liste de Bergoglio, clin d’œil à la Liste de Schindler de Stevan Spielberg, retrace le récit d’une dizaine de persécutés qui auraient été sauvés par Jorge Bergoglio.
L’ouvrage est préfacé par Adolfo Perez Esquivel. Le même qui déclarait en 2005 à la télévision argentine, après la mort de Jean Paul II, que le cardinal-archevêque de Buenos Aires ne
pouvait être pape, parce que c’était un homme ambiguo, « ambigu », et parce qu’il croyait que le travail avec les pauvres « était le fait des communistes, des subversifs, des
terroristes ». Connaîtrons-nous un jour les raisons de ce glissement chez le Prix Nobel de la paix ? Les manœuvres qui ont abouti au revirement du Père Jalics, quarante après son
enlèvement, éclateront-elles au grand jour ? Il en va de la crédibilité d’une institution, dont une prochaine tempête pourrait présager le naufrage.


[lire l’intégralité de cet entretien dans Golias Hebdo n° 310]





 commentaire a faire






 Dans la rubrique: L’info du jour de GOLIAS