Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 11:16

Marie Madeleine

Nombreuses sont celles à avoir illustré le nom magnifique de Marie, qui signifie en hébreu aimée. 

Nous fêtons aujourd'hui Marie-Madeleine ! Si la liturgie romaine semble vénérer en ce 22 juillet un seul personnage, les récits évangéliques nous présentent trois Marie que la liturgie d'Orient (que nous suivrons ici) distingue soigneusement. La première est la pécheresse anonyme (en Luc 7) ; alors que Jésus est invité chez un Pharisien, elle vient baigner ses pieds de son parfum de pécheresse et de ses larmes ! Une autre est Marie de Béthanie, soeur de Marthe et de Lazare. La véritable Marie-Madeleine, dans la tradition orientale, est Marie de Magdala, dont les Évangiles parlent avec précision à diverses reprises.

Le prénom Madeleine vient de Marie-Madeleine puisque Magdalena signifie "originaire de Magdala en Palestine", là où elle vivait, sur la rive ouest du lac de Tibériade en Galilée. Marie-Madeleine de Magdala fait partie de ces femmes qui, avec les apôtres, suivent Jésus ; ces femmes dont les Évangiles nous disent qu'elles accompagnent le Maître, qu'elles le servaient et qu'elles étaient montées avec lui à Jérusalem. Ces femmes, plus fidèles que les apôtres, avec Marie, la mère du Seigneur, et Salomé, la mère des fils de Zébédée ! Ainsi Marie de Magdala, présente au Calvaire au moment de la mort du Christ, va être, la première, témoin du Ressuscité le matin de Pâques. Venue au tombeau en "pleureuse d'un cadavre", elle repart"annonciatrice du Vivant" : elle était demeurée là à veiller, à pleurer, à chercher ! On l'a appelée"apôtre des apôtres" puisque c'est elle que Jésus charge de la mission d'annoncer la Bonne Nouvelle de sa Résurrection à ses disciples !

La tradition occidentale a généralement "rassemblé" ces trois figures féminines de l'Évangile en un seul personnage (la femme pécheresse, Marie de Magdala et aussi Marie de Béthanie). En France, à partir du XIe siècle, deux hauts lieux magnifiques vont se disputer l'honneur d'avoir les reliques de la "Madeleine" : Saint-Maximin-la-Sainte Beaume en Provence et Vézelay, où l'on peut admirer l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de l'art Roman !

On célèbre également d'autres Marie-Madeleine, dont une religieuse italienne qui vécut au 17e siècle, le 25 mai.

Frère Bernard Pineau, OP

 

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans foi
commenter cet article

commentaires

claudine onfray 23/07/2013 08:52


j'ajouterais suzanne et jeanne mentionnées  dont on ne parle pas habituellement et qui sont présentes et nommées dans la montée vers Jérusalem


Elles servaient Jésus


quelques unes permettaient au groupe de vivre


surtout elles étaient enseignées, instruites et en lien direct


elles ne furent pas des douze..........mais elles ne l'ont jamais abandonné


ellles l'ont aimé sans peur


pourquoi aujourd'hui encore tant d'omissions en Eglise


nous en sommes restés comme si la seule femme qui comptait pour le Christ fut sa mère


Si l'institution pouvait méditer la place des femmes pour le Christ nous entrerions peut-être dans le 3 ème millénaire