Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 13:30

DALLOGIO

 

Aujourd’hui même, mercredi 15 février 2012, où le président Syrien Bachar Al Assad annonce un référendum le 26 février pour modifier la constitution de son pays, je vous propose un extrait d’une interview du Père Jésuite Paolo Dall’Oglio (1)  prieur du monastère Syrien  de rite Syriaque Saint Moïse l’Abyssin à 100 km au  nord de Damas, interview réalisée le 30 janvier dernier et mise en ligne sur le site Internet : http://www.oasiscenter.eu/fr/ . Le Père Dall’Ogio est menacé d’expulsion par le pouvoir Syrien et sa liberté est « très surveillée ». Cette interview est d’autant plus courageuse. Elle nous permet d’avoir l' approche d'un acteur de terrain présent depuis 30 ans en Syrie.

 

Les informations qui sortent des frontières de la Syrie nous parviennent par bribes et sont confuses. Comment pouvez-vous décrire la situation actuelle du pays où vous vivez depuis trente ans ? Où en sont les affrontements ?

Je précise tout d’abord qu’en acceptant d’accorder une interview, j’assume une certaine responsabilité à l’égard de mon engagement qui est de ne pas agir politiquement, afin d’éviter mon expulsion. Le fait que je renonce à ce silence s’explique par la gravité de la situation, qui nous oblige à faire notre possible pour pacifier le pays, dans la justice. Tout calcul en faveur d’intérêts personnels serait hors de propos. D’ailleurs, au cours des dernières semaines, l’État a décidé de laisser un espace plus grand à la liberté d’information. Je considère donc mon intervention comme une réponse positive à l’ouverture du gouvernement. J’espère que ce geste sera interprété selon son intention patriotique et solidaire et apprécié comme tel dans le cadre du développement du pays, grâce à une plus grande liberté d’opinion.

La situation reste tendue et la violence est toujours forte. Le territoire apparaît parcellé entre les zones où domine le mouvement d’opposition, à la fois pacifique et plus ou moins violent, et celles où l’État continue d’exercer un contrôle absolu et est même clairement soutenu par les populations. On trouve deux grands îlots, Damas et Alep, qui restent entièrement aux mains du gouvernement central, mais leur surface se réduit de jour en jour et l’insécurité les frappe eux aussi en profondeur.

La région montagneuse située entre la mer et le fleuve Oronte, qui va da la Beqaa libanaise jusqu’à Antioche, est presque entièrement sous le contrôle du gouvernement. En effet, cette région est peuplée principalement de minorités (qui sont nombreuses par rapport à l’ensemble du pays) musulmanes : alaouites et ismaélites, et chrétiennes : byzantines, aussi bien orthodoxes que catholiques, et maronites. Les sunnites, majoritaires dans le pays, sont minoritaires dans cette région. Ceux-ci ont figuré parmi les premiers à se soulever et espéraient probablement une insurrection générale rapide. Dans cette région, la répression a obtenu un succès important. Par conséquent, l’éventualité d’une division du pays, envisagée par beaucoup, est vraiment concrète dans cette zone. Cela redessinerait la carte du pays, avec, sur la côte, une Syrie dans l’orbite de l’Iran, comme le sud du Liban de Hezbollah, qui s’opposerait à une Syrie sunnite, dans l’intérieur des terres, rattachée au centre de l’Irak côté est et à la Beyrouth de Hariri côté ouest.

Cette vision désastreuse ne correspond pas encore à la réalité complexe du pays. La répartition des forces est équilibrée. La plupart des services de l’État fonctionnent, bien que difficilement. Une grande partie de la population demeure incapable de prendre position et conserve, de fait, une position neutre. D’autre part, si l’on exclut l’appartenance religieuse, l’adhésion populaire au pouvoir en place est encore importante, bien qu’ébranlée, entre autres à cause du fort attachement des Syriens à l’unité nationale et au refus de nombre d’entre eux de se laisser réduire à leur seule référence identitaire confessionnelle. Malgré cela, certaines zones sont désormais aux mains de l’« armée libre », même si je ne me risquerais pas à dire qu’elles le sont de façon stable.

D’une manière générale, le climat politique est confus et la sécurité laisse à désirer. On assiste à des vols, à des actes de banditisme et de sabotage, à des attentats, à des enlèvements, à des règlements de comptes, à des vengeances et à des meurtres. La violence ne cesse de s’amplifier. Même les délinquants purs et simples profitent de cette situation. Nous participons à des enterrements, trop fréquents, de personnes tuées lors d’affrontements violents ou d’attentats.
Beaucoup veulent continuer à espérer que la réforme constitutionnelle promise sera bientôt une réalité, que la présidence de Bachar al-Assad surmontera la crise et obtiendra d’organiser des élections plébiscitaires pour entamer un nouveau mandat. [….]

 

Remarque-t-on des positions diverses chez les chrétiens ?

Les différentes autorités ecclésiastiques se rangent, pour la plupart, très explicitement du côté du gouvernement. Cette position tend cependant à céder le pas à une plus grande neutralité. Comme nous l’avons dit, on peut comprendre les motifs de ceux qui redoutent de voir naître une république islamique sunnite. D’autres, en revanche, insistent davantage sur la possibilité que la révolution laisse une plus grande place à la démocratie. Toutefois, il est totalement déplacé de faire une simple distinction entre démocrates et antidémocrates, ou bien entre les partisans du régime et ses opposants. La réalité est bien plus complexe. Beaucoup de jeunes, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, s’investissent totalement pour contribuer à faire naître une démocratie digne de ce nom en Syrie. Certains jugent que cet objectif a plus de chances d’être atteint si le régime actuel accepte d’évoluer. D’autres, qui s’engagent tout autant en faveur de la démocratie, aspirent, en revanche, à un changement immédiat, qui renversera le pouvoir en place. J’ai perçu, de façon très claire, que les positions étaient très diverses, lorsqu’il a été question de m’expulser. 6600 jeunes se sont inscrits sur la page Facebook : « Non à l’expulsion du père Paolo ! » L’opposition adhérant aux Comités de coordination a organisé un « dimanche du père Paolo », au cours duquel un mouvement de solidarité en ma faveur s’est exprimé lors de différentes manifestations dans tout le pays… y compris de la part de groupes de femmes musulmanes voilées ! Si l’on exclut la récupération politique de la chose, il est révélateur que, parmi les jeunes qui ont pris ma défense, tous étant engagés en faveur de la démocratie, on ait trouvé à la fois des partisans du gouvernement et des partisans de la révolution, et ils étaient aussi bien musulmans que chrétiens.

 

À propos de votre avis d’expulsion, qu’en est-il de votre situation ?

Il s’agit d’une vieille histoire où entrent en jeu des questions internes à l’Église locale, avec des retombées politiques, mais aussi des questions directement liées à nos vingt années de travail culturel pour l’émergence de la société civile, pour le dialogue interreligieux et l’évolution du processus démocratique, qui ont caractérisé notre action sur le terrain. Déjà, en février 2010, le parc naturel du monastère a été fermé et toutes les activités ont été suspendues, y compris les rencontres de dialogue interreligieux. En mars, comme on l’a su à l’échelle internationale, indépendamment du mouvement d’opposition en Syrie, mon permis de séjour a été bloqué. Dans la pratique, si j’avais quitté la Syrie, je n’aurais pas pu revenir. Puis, en novembre, est arrivé l’avis d’expulsion, qui n’a cependant pas été appliqué et est actuellement gelé, entre autres grâce à une vaste mobilisation en ma défense, surtout de la part de jeunes, et qui a pris de nombreuses formes. Mis à part mon cas personnel, cette histoire montre la qualité de la société syrienne, qui a agi pour défendre un symbole d’harmonie interreligieuse et de réconciliation civile.

Je me sens le devoir de proposer une intervention non-violente pour la pacification, une intervention arabe et internationale, avec la participation de volontaires locaux. En effet, je ne vois pas pourquoi Gandhi ne pourrait pas être une source d’inspiration pour résoudre le conflit syrien actuel. Je demande la formation d’un corps de 50000 « accompagnateurs » non-violents et sans armes, venus du monde entier. Je dis bien « accompagnateurs » et non observateurs car, en Syrie, beaucoup perçoivent ces derniers comme les avant-postes des invasions armées et comme des censeurs motivés par des sentiments hostiles. En Syrie, même le mot « international » a une connotation de complot et déclenche donc des réactions négatives. Il faudrait que la Syrie elle-même invite, sur proposition de l’ONU, des accompagnateurs représentant la Croix Rouge et le Croissant Rouge, des scouts, des membres de Sant’Egidio et de la Non Violent Peace Force, bref, des représentants de la société civile à l’échelle planétaire, afin d’aider la Syrie à cheminer vers la démocratie. Il n’y a pas besoin de forces armées internationales, perçues comme des forces d’occupation putschistes, motivées par des intérêts économiques et stratégiques. La violence criminelle peut et doit être combattue par la police d’État, avec l’aide de la population locale et grâce au contrôle exercé par la presse libre et les « accompagnateurs ».

Malheureusement, la partie la plus importante de la société civile, qui serait en mesure de négocier le cheminement vers la démocratie, semble de plus en plus absorbée par la polarisation et la militarisation du conflit actuel.
Ce n’est pas la première fois que je fais des propositions de ce genre. En 2001, j’avais suggéré de créer un canal de sortie d’Afghanistan pour les combattants arabes, des gens qui, pendant des décennies, avaient été engagés, y compris par les États-Unis, pour aller libérer Kaboul et que l’on découvrait soudain hostiles et terroristes. Et bien, aujourd’hui, en 2012, on parle de négocier avec les talibans, après 10 années d’une guerre féroce qui a fait tant de morts et engendré des souffrances sans fin ! En 2003, à propos de l’Irak, lors d’un jeûne public, nous avions déclaré que nous ne pouvions pas nous taire parce que le régime de Saddam Hussein était intolérable, mais nous ne pouvions pas non plus faire le choix de la guerre. Et on sait bien ce qui s’est passé par la suite.

[….]

Que faites-vous dans votre monastère ?

Au cours des mois écoulés, qui ont été difficiles, nous n’avons pas cessé de nous demander quel était notre devoir. De par notre condition de moines, nous sommes comme la corde d’un arc tendue entre la perspective eschatologique qui nous conseillerait de prier davantage et de moins parler, en contribuant à l’épanouissement spirituel des personnes, et l’incarnation dans l’histoire, qui demande le courage d’indiquer des perspectives de « libération » dans un contexte concret, tout en admettant que nos positions sont relatives. Nous avons élaboré des documents et nous les avons diffusés en ligne en différentes langues ; nous avons observé huit jours de jeûne pour œuvrer à la réconciliation, et ils ont eu un impact non négligeable dans les milieux de jeunes les plus avancés ; nous continuons à recevoir des personnes qui désirent confronter leurs idées et trouver dans le monastère un lieu de dialogue et de maturation spirituelle, en rapport avec cette époque tragique. Nous nous laçons aussi dans la production d’un fromage de bonne qualité, afin de moins dépendre de la charité internationale… Mais, surtout, nous vivons jour après jour l’angoisse de ce pays, en essayant de la transformer en solidarité et en espérance.
Je souhaite souligner un signe positif : il y a quelques jours, comme je l’ai mentionné au début de cette interview, le gouvernement a commencé à autoriser un accès plus large et pluraliste aux journalistes étrangers. Il s’agit d’un fait crucial, qui change aussi notre situation. La liberté de la presse représente une condition préalable à la réconciliation par la négociation. Si la décision de l’État se confirme, elle pourrait éviter un prolongement dramatique de la guerre. La liberté d’information permet de réduire les assassinats. […]

 

Qu’est-ce qui a déclenché les révolutions Arabes ? Pourquoi précisément en 2011 ?

Dans les trois pays nord-africains que sont l’Égypte, la Lybie et la Tunisie, le passage du pouvoir d’une génération à l’autre, de père en fils, avait quelque chose d’insupportable qui semble avoir scellé le destin de ces dictatures. Les peuples ne supportaient plus l’idée d’être traités comme une propriété privée et un objet d’héritage. L’opposition était déjà très forte. Puis, au présent insupportable est venue s’ajouter la crise économique, et je dirais même un véritable mouvement de jeunes très mûr, au développement duquel l’Europe a contribué, et depuis longtemps déjà, grâce à des institutions comme la Fondation euro-méditerranéenne Anna Lindh et les différentes formes d’aide internationale au développement. On est ainsi arrivé au point de rupture, au bout de longues années durant lesquelles les Égyptiens ont scandé dans les rues le slogan de la pré-révolution : « kifâya ! » (ça suffit !).


Maria Laura Conte e Martino Diez

 (1)     Dall'Oglio Paolo

Paolo Dall'Oglio est Jésuite Italien, (Rome, 1954), diplômé en langue arabe à Naples et en théologie à la Grégorienne avec une thèse sur La speranza nell’Islam, il a été ordonné prêtre en 1984 à Damas selon le rite syriaque. En 1991, il a réouvert le monastère de Saint Moïse l’Abyssin en Syrie. Il est l’auteur de diverses publications de spiritualité et dialogue dont Amoureux de l’Islam, croyant en Jésus (2009). Dell’islamofilia, Jacabook 2011] et La sete di Ismaele. Diario monastico islamo-cristiano (Gabrielli 2011). Le monastère de Mâr Mûsa est dédié en particulier à l'hospitalité et au dialogue islamo-chrétien.

Lien à la source

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans paix
commenter cet article

commentaires