Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 09:57
Arméniens: le pape François utilise le mot "génocide" à propos du massacre

Le pape François a utilisé dimanche dans le cadre solennel de la basilique Saint-Pierre de Rome le terme "génocide" pour le massacre des Arméniens il y a cent ans, au risque de fortement perturber ses relations diplomatiques avec la Turquie.

"Au siècle dernier, notre famille humaine a traversé trois tragédies massives et sans précédent. La première, qui est largement considérée comme +le premier génocide du XXe siècle+ a frappé votre peuple arménien", a déclaré le pontife en citant un document signé en 2001 (bien 2001) par le pape Jean Paul II et le patriarche arménien.

"Les deux autres ont été ceux perpétrés par le nazisme et par le stalinisme. Et plus récemment d'autres exterminations de masse, comme celles au Cambodge, au Rwanda, au Burundi, en Bosnie", a-t-il ajouté.

Il s'est exprimé à l'ouverture d'une messe à la mémoire des Arméniens massacrés entre 1915 et 1917, concélébrée avec le patriarche arménien Nerses Bedros XIX Tarmouni, avec des éléments du rite catholique arménien et en présence du président du pays, Serzh Sargsyan.

Même si Jean Paul II avait utilisé le terme en 2000 dans le document commun et que Jorge Bergoglio l'avait utilisé plusieurs fois avant de devenir pape il y a deux ans et même au moins une fois en privé depuis, c'est la première fois qu'il est prononcé publiquement par un pontife.

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués entre 1915 et 1917, à la fin de l'empire ottoman. Nombre d'historiens et plus d'une vingtaine de pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu un génocide.

La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile dans laquelle 300 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans Arménie
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 09:38
Le Pape François a reçu les 20 évêques du Synode patriarcal de l’Eglise arménienne

Le Pape François a reçu les 20 évêques du Synode patriarcal de l’Eglise arménienne qui prendront part dimanche 12 avril à la messe qu’il célébrera en la Basilique vaticane à l’occasion de la fête de saint Grégoire de Narek.

Le Pape François a rappelé d’emblée qu’il s’agira d’une prière de suffrage pour tous les fidèles arméniens assassinés il y a 100 ans : Ensemble « nous invoquerons la divine miséricorde afin qu’elle nous aide tous à guérir cette blessure dans l’amour de la vérité et de la justice, et à trouver au plus tôt le chemin de la réconciliation et de paix entre des peuples qui ne sont pas encore parvenus à un consensus raisonnable sur la lecture de ce drame ».

Saluant le clergé, les religieux, les séminaristes et les fidèles de cette Eglise orientale catholique, il a signalé qu’outre ceux provenant d’Arménie, seront présents dimanche prochain des Arméniens catholiques de la diaspora, des Etats-Unis et d’Amérique latine, d’Europe, de Russie et d’Ukraine : « C’est avec tristesse que je pense à ces régions comme celle d’Alep qui furent il y a un siècle des lieux d’accueil des survivants et sont aujourd’hui en péril les chrétiens » eux-mêmes.

Evoquant la conversion de l’Arménie dès 301, le Pape François a rappelé « l’admirable patrimoine spirituel et culturel du peuple arménien…et sa capacité millénaire de surmonter épreuves et persécutions. Toujours reconnaissants envers le Seigneur, continuez de lui être fidèles », en lui demandant la sagesse du coeur car commémorer les victimes de 1915 « nous place devant les ténèbres du Mysterium Iniquitatis. L’Evangile nous dit que les forces les plus obscures peuvent naître dans le coeur de l’homme et en arriver à programmer l’anéantissement systématique d’êtres humains, considérés non comme frères mais comme ennemis et adversaires, comme des individus sans dignité. Pour les croyants, la question du mal reconduit au mystère de la Passion rédemptrice. Nombre d’Arméniens assassinés ou contraints à un exode interminable ont su prononcer le nom du Christ. Les pages dramatiques de l’histoire arménienne, qui prolongent d’une certaine manière la Passion du Christ, contiennent le germe d’une Résurrection, et il est du devoir des pasteurs d’éduquer les fidèles à la nécessité de relire le passé avec des yeux neufs, de manière à comprendre que leur peuple n’est pas que celui des souffrances du Christ mais aussi de la Résurrection. S’il est important d’avoir la mémoire du passé, il faut savoir en tirer de quoi alimenter le présent avec l’annonce évangélique et le témoignage de la charité. Soutenez donc un parcours de formation permanente du clergé et des personnes consacrées, vos premiers collaborateurs. Leur communion avec vous sera renforcé par une fraternité exemplaire pleinement exprimée au sein du Synode et avec votre Patriarche ».

Pensons aussi à tous ceux qui oeuvrèrent en faveur de vos ancêtres, tel Benoît XV qui s’adressa au Sultan Méhmet VI en vue de faire cesser les pogroms d’arméniens. « Grand ami de l’Orient chrétien, il déclara en 1920 saint Ephrem docteur de l’Eglise universelle. Et je suis heureux que notre rencontre advienne à la veille de la même démarche que je ferai dimanche à l’attention de saint Grégoire de Narek, auquel je confie le dialogue entre votre Eglise et l’Eglise apostolique d’Arménie ». L’œcuménisme du sang vous lie à elle.

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans Arménie
commenter cet article