Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

22 septembre 2018 6 22 /09 /septembre /2018 20:42
Drapeau chinois © Wikimedia commons / Daderot

Drapeau chinois © Wikimedia commons / Daderot

Une étape très importante

« Une date dans l’histoire », c’est le titre de l’éditorial de L’Osservatore Romano publié ce 22 septembre 2018, signé du directeur Giovanni Maria Vian. Il salue ainsi l’accord signé entre la Chine et le Saint-Siège sur la nomination des évêques, après des années de pourparlers.

Pour le quotidien du Vatican, cette date entrera dans l’histoire, marquant « une étape, qui n’est certes pas finale, mais qui apparaît déjà d’une grande importance pour la vie des catholiques de ce grand pays asiatique ». En outre, le pape reconnaît « la pleine communion aux derniers évêques ordonnés sans mandat pontifical » et érige un nouveau diocèse, « le premier depuis plus de 70 ans ».

L’accord était attendu, rappelle l’éditorial publié en Une, et même si des « oppositions » sont à prévoir, la nouvelle « est très positive » : « il s’agit d’une étape vraiment importante dans l’histoire du christianisme en Chine, où les premières traces de l’Evangile sont très anciennes, attestées par une stèle érigée en 781 à Xi’an, au cœur de l’immense pays », qui fait état de l’arrivée de missionnaires en 635.

Cette « extraordinaire tradition » catholique qui oscilla entre fleurissement et persécutions, fut portée entre autres par les missions franciscaines, puis jésuites – avec saint François-Xavier et Matteo Ricci. Mais « les ingérences politiques, les raidissements doctrinaux, les envies et les oppositions entre ordres religieux compliquent considérablement l’oeuvre des missionnaires ».

Ce n’est qu’en 1926 que sont ordonnés les premiers évêques chinois, par Pie XI, à Rome et en 1946 que fut établie la hiérarchie catholique dans le pays. Le pape Paul VI, en 1970, sera le premier pape à faire halte en territoire chinois, à Hong Kong. Et Giovanni Maria Vian de conclure en rappelant les paroles du pape François sur son prédécesseur qui ne dit à la Chine « qu’un seul mot : amour… L’Eglise ne peut pas taire ce mot : amour, qui restera ».

Anne Kurian, Rome

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:56
Chine: décès de l’évêque Shi, longtemps emprisonné pour sa fidélité au Vatican

La famille de l’évêque catholique chinois Shi Enxiang, emprisonné plus de 50 ans pour sa fidélité au Vatican, a été informée de son décès à 93 ans par les autorités locales, mais n'a toujours pas récupéré sa dépouille et souhaite lui organiser des obsèques publiques, a-t-on appris auprès de ses proches.

La mort du plus vieil évêque chinois avait été annoncée fin janvier par l'agence catholique UCA news, citant une source dans sa famille, mais l'information n'a toujours reçu aucune confirmation officielle des autorités qui n'ont pas remis sa dépouille à sa famille.

"Le chef du village est venu demander si la dépouille de mon oncle était arrivée. On lui a demandé s’il était vivant. Il a dit +non, il est mort, il est probablement mort+", a déclaré à l'AFP Shi Wanke, le neveu sexagénaire de l’ecclésiastique, dans son village d'origine, Shizhuang, où un journaliste de l'AFP s'est rendu mardi, à une centaine de kilomètres au sud-est de Pékin, dans la province du Hebei.

Le chef du village était déjà venu par deux fois s'enquérir de l’arrivée chez eux du corps de l'évêque, la première fois en janvier avant l'annonce de son décès par l'agence catholique.

Disparu en 2001 à Pékin et maintenu depuis au secret, Mgr Shi Enxiang aurait eu 94 ans en février, dont plus de cinquante années passées entre prisons, camps de travail ou assignation à résidence.

Ordonné prêtre en 1947 par l’Eglise catholique romaine, deux ans avant l'arrivée des communistes au pouvoir, il a toujours refusé d’adhérer à l’Association patriotique des catholiques chinois, créée par le régime et qui ne reconnaît pas le Saint-Siège.

Sans nouvelles de leur aïeul depuis sa disparition en 2001, la famille, rassemblée pour le Nouvel An lunaire dans son village d’origine, s'est montrée déterminée à lui organiser des obsèques: "S’il est mort, nous voulons au moins recevoir le corps, pour organiser un enterrement religieux", a affirmé Shi Chunyan, 42 ans, petite-nièce de l’évêque.

Après que la rumeur du décès se soit répandue, les autorités locale ont tenté un temps d'étouffer l'affaire.

"Ils (les autorités du district) nous ont dit que c'était une fausse nouvelle, propagée par quelqu’un qui avait trop bu", se souvient le neveu sexagénaire.

Le 11 février, le diocèse de Hong Kong a réagi par une lettre ouverte aux autorités chinoises, puis par une manifestation menée par le cardinal Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong, pour demander que la lumière soit faite sur le sort de Mgr Shi.

Jeudi, une messe à l’intention de Mgr Shi et de Mgr Su Zhimin, autre évêque porté disparu depuis 1997, doit être célébrée à Hong Kong.

La consécration des évêques est une pomme de discorde dans les relations entre la Chine et le Vatican, la Chine refusant l’autorité du pape qu’elle considère comme une ingérence étrangère.

AFP

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0