Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 18:21
Franck Legros, curé de paroisse à Evreux, fait le "buzz" sur Internet

Franck LEGROS fait le "buzz" sur Internet et sur "La Dépêche d'Evreux"

Franck Legros, curé de paroisse à Evreux, fait le "buzz" sur Internet

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 17:40
Une Vidéo de KTO : le Diocèse d’Evreux par son évêque, le Père Christian NOURRICHARD

Redécouvrir les chemins qui mènent au Mont Saint-Michel, c'est l'invitation de la Pastorale du tourisme du diocèse d'Evreux. L'Eglise catholique dans l'Eure tient ainsi à renouer avec ce pèlerinage ancestral. Sur le plateau de La Vie des Diocèses, Mgr Christian Nourrichard évoque également le travail de l'assemblée synodale. Il confie son engagement personnel envers les personnes les plus fragiles dont les migrants. L'évêque d'Evreux se réjouit aussi, cette année, de l'ordination de deux prêtres et d'un diacre en vue du sacerdoce, et de la présence de huit séminaristes en cours de formation. Et quelques jours avant le départ pour Cracovie, retour sur la préparation des jeunes pour vivre les Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie.

 

Cliquer sur la vidéo ci dessous puis sur l'icône "plein écran"

Partager cet article

Repost0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 17:34
En caravane, un prêtre à la rencontre des villages

Par sa mission itinérante, le P. Reneaut maintient le lien des paroissiens avec l’église. Hugues-Olivier Dumez

Dans le diocèse de Pamiers, en Ariège, un prêtre, qui n’est rattaché à aucune paroisse, a été missionné pour rencontrer les habitants, de village en village.

Outre sa caravane, le P. Antoine Reneaut transporte avec lui une porte sainte ambulante pour l’Année de la miséricorde.

De notre correspondant régional Hugues Olivier Dumez à Moulis (Ariège)

Sa caravane est stationnée depuis moins de vingt-quatre heures mais déjà, la présence du P. Antoine Reneaut ne passe pas inaperçue dans ce village de 800 âmes. Ce prêtre de 38 ans s’est d’ailleurs fait un surnom auprès des habitants : « le prêtre vagabond » ! De passage pendant cinq jours à Moulis, dans les Pyrénées ariégeoises, le P. Antoine est là pour évangéliser. Ambitieux ? Si cette visite en caravane semble pittoresque, le P. Antoine n’est pas en vacances. L’arrivée de Janine, au guidon de sa « Mob », vient d’ailleurs le lui rappeler. « Vous êtes attendu pour le café », lance-t-elle avant de faire demi-tour pour reprendre la route.

Des paroissiens ont profité de sa présence pour préparer la messe du dimanche. Les questions sur l’animation liturgique réglées, le P. Antoine saisit l’occasion pour prendre le pouls de cette communauté chrétienne. Dans le village, il n’y a plus de prêtre résident depuis des années. Moulis a été intégré à l’ensemble paroissial de Saint-Girons, dans le Couserans. « Qu’il est difficile de faire revenir les gens une fois que les portes de l’église ont été tenues fermées pendant longtemps », regrette André, 70 ans, qui ouvre l’édifice religieux quotidiennement. « L’église ne fait le plein que lors des enterrements », souligne-t-il, un brin provocateur. « À la sortie de l’école du village, poursuit-il, j’ai distribué des tracts pour proposer de la catéchèse aux enfants. L’initiative, faute de motivation de la part des parents, n’a pas perduré. » Le paroissien craint de voir un jour la messe ne plus être célébrée dans son village mais qu’importe : « Il y a aura toujours une liturgie de la Parole ! »

Cette disposition d’esprit réconforte le P. Antoine, qui, le café terminé, entame son porte-à-porte. Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers, a donné carte blanche au plus jeune prêtre du diocèse. Un statut de benjamin que va enfin pouvoir abandonner le P. Antoine en raison d’une nouvelle ordination cette année.

On comprend qu’il ne soit pas anodin pour un diocèse qui compte seulement une trentaine de prêtres en activité de laisser l’un d’eux sans paroisse. « Ce que j’expérimente aujourd’hui, je suis convaincu qu’une nouvelle génération de prêtres sera amenée à le vivre également, souligne le P. Antoine. Quand un jeune prêtre vient d’être ordonné, on lui confie rapidement mille responsabilités, notamment celle de devenir curé. C’est l’une des conséquences de la crise des vocations. Il serait pourtant heureux d’offrir une plus large palette de propositions afin qu’il puisse vive sa mission de prêtre. »

Le P. Antoine parle en connaissance de cause. Ordonné en 2006, il se souvient de ses premières années « à cent à l’heure ». Au point d’être peiné lorsqu’il apprit qu’une paroissienne n’avait pas osé le contacter de peur de le déranger alors qu’elle traversait une épreuve douloureuse. Aujourd’hui, le prêtre est plus en phase avec ce qu’il vivait déjà, chaque été, lors du Festival Anuncio à la rencontre des personnes éloignées de l’Église.

Cette année revêt d’ailleurs une dimension particulière puisqu’il transporte une porte sainte ambulante dans le cadre de l’Année de la miséricorde. Aux personnes qu’il croise, le P. Antoine propose d’inscrire sur le bois le nom de quelqu’un avec qui elles désirent se réconcilier. Sa démarche est assez bien accueillie par ces habitants qui vivent à l’écart des grandes aires urbaines. « Les gens que je rencontre ont davantage besoin de se réconcilier avec l’Église plutôt qu’avec le Seigneur.»

C’est notamment le cas de Marie, surprise de trouver un prêtre à sa porte. « Vous ne me retrouverez jamais dans une église », prévient-elle d’emblée. « C’est pour cette raison que je viens à vous », réplique le P. Antoine. Jeune grand-mère de quatre petits-enfants, Marie finit par l’inviter chez elle et lui explique qu’elle se rendra cette année à Lourdes pour prier avec sa sœur qui n’est pas croyante. « Ne soyez pas toute seule dans votre foi », s’inquiète-t-il tout en lui proposant de prier pour elle. « Vous pouvez prier pour toute ma famille, je ne vous en voudrais pas ! »

paroles

« Ce chemin particulier deviendra celui de la majorité des prêtres »

Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers

« Nous avons la conviction que, dans un avenir proche, ce chemin particulier deviendra celui de la majorité des prêtres. Ils rejoindront occasionnellement de vivantes communautés villageoises, avec une petite équipe missionnaire de prêtres, de diacres et de laïcs. Ici, il est question d’apporter le soutien des sacrements et de garder le lien avec une Église plus universelle, de vivre son ministère à la manière de saint Paul.

Le P. Antoine est une sorte de vagabond du Seigneur. Il est le témoin d’une “Église en état de sortie”, comme aime à dire le pape François. Quand le temps de la mission locale s’achève, Antoine retrouve alors un lieu de vie fraternelle, avec d’autres prêtres engagés autrement, et avec son évêque. »

Recueilli par Hugues-Olivier Dumez

La Croix n° 40471du mardi 19 avril 2016 page 13

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 19:35
L'Évangile un chemin de bonheur n°10

"Lève toi, prends ton grabat et marche" Marc 2,9 Un homme est paralysé. Ses amis l'amènent à Jésus. Le christ s’émerveille de leur foi.

Cliquer sur la vidéo ci-dessous puis sur l’icône « plein écran »

Diocèse d’Evreux

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 14:33
Diocèse d’Evreux : « L’Evangile, un chemin de bonheur » vidéo n°6 Septembre 2015

Jésus posa son regard sur lui et l'aima" Marc,10,21
Où l'on voit qu'un homme qui observait les commandements de Dieu et qui voulait aller encore plus loin oppose un refus à Jésus quand celui ci lui demande de partager tous ses biens. Que se passa t-il alors?

Cliquez sur la vidéo ci dessous et mettre l'image "en plein écran"

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 08:14
l'Evangile un chemin de bonheur n°5 par Christian Nourrichard, Evêque d’Evreux

Ton frère était mort et il est revenu à la vie. Luc 15.32.

Le second fils de cette famille avait claqué la porte de leur maison et avait eu l'audace de demander sa part d' héritage. Il avait ensuite tout dilapidé et fini par sombrer dans la misère. Pour son père il était comme mort. Pourtant il l'attendait tous les jours.

La 5ème vidéo de Mgr Nourrichard nous permet d'être à la fois le fils prodigue accueilli par son père et le fils ainé qui en est jaloux, lui qui est resté avec le père.

Cliquez sur la vidéo ci-dessous et cliquez sur l'icône "plein écran"

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 22:50
Deuxième entretien avec Christian Nourrichard, Evêque d’Evreux

Que veux tu que je fasse pour toi? luc 18, 41
Cela se passe sur les routes de Palestine: un mendiant crie sur le passage de Jésus et dérange tout le monde. Jésus lui demande: "que veux tu que je fasse pour toi?"

Jésus se rend proche de ceux qui souffrent, des « cabossés de la vie » pour les accompagner et s’ouvrir avec eux à « l’espérance » !

Partager cet article

Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 10:34

Rencontre avec Christian NOURRICHARD, Evêque d’Evreux

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 16:03

Roquemaure

Entretien avec Michel Berardo, président de l’association Saint-Valentin à Roquemaure (Gard), qui organise les festivités dans la ville depuis 25 ans. Il raconte les origines de l’histoire d’amour qui unit Saint-Valentin à Roquemaure- Ils seront plus de 20 000 fiancés ce vendredi sur la place Saint-Pierre pour rencontrer le Pape François. Ils viennent de 28 pays différents et ont le projet de se marier dans les prochains mois. Le Conseil pontifical pour la famille a lancé cette initiative à l’occasion de la fête de Saint-Valentin. Célébré dans le monde entier, le saint Patron des amoureux a toutefois un lien particulier avec Roquemaure, une ville du sud-est de la France, située à une dizaine de kilomètres d’Avignon. Le 25 octobre 1868, des reliques du Saint sont arrivées dans la cité. 

Comment des reliques de Saint-Valentin sont arrivées à Roquemaure ?

Le pays était totalement ruiné par la maladie de la vigne, puisque la viticulture était fondamentale sur Roquemaure. A cette époque-là, on retrouve autant dans les registres de la mairie, que de la paroisse, la volonté de faire appel aux moyens publics et dans le domaine religieux, de demander des reliques pour protéger le pays contre cette grave maladie, contre ce fléau. Alors pourquoi Saint-Valentin ? Je ne peux pas le garantir, mais en latin, Valentin signifie santé et vigueur, donc on peut penser que le propriétaire du Château de Clary, qui a acheté les reliques de Saint-Valentin à Rome, a voulu redonner santé et vigueur aux vignes du pays. 

Et comment Saint-Valentin est-il devenu le saint Patron des amoureux ?

La légende que je raconte le plus souvent, c’est celle de l’empereur Claude II. Il voulait des militaires fervents et forts, et le père Valentin avait tendance à marier ou à bénir les militaires. Une démarche qui ne plaisait pas à l’empereur, car il pensait qu’il fallait impérativement être sévères avec ces militaires. Donc c’est ce point-là qui a fait condamner Valentin.

Au début c’était plus une fête païenne comment est-elle devenue une célébration chrétienne ?

A l’origine, c’était la fête des Lupercales, elles avaient lieu le 15 février. C'étaient des courses d’hommes à demi-nus qui, avec des peaux de bêtes, devaient frapper les femmes pour donner la fertilité. Pour combattre cette fête, le Pape de l’époque, Gelase 1er, a décidé de mettre en valeur la fête de la veille, la Saint-Valentin, qui était donc décédé le 14 février. Il a ainsi insisté sur la célébration de ce saint pour contrebalancer cette fête païenne des Lupercales.

Comment s’est donc créé ce lien entre Saint-Valentin saint Patron des amoureux et la ville de Roquemaure ?

C’est le père Durieu, qui était le curé de Roquemaure, il y a une trentaine d’années, qui a découvert dans les archives de la paroisse que nous avions des reliques de Saint-Valentin et c’est lui qui a fait ce lien à cette époque-là, avec la fête des amoureux. Et puis Saint-Valentin est le saint Patron des amoureux depuis le XVème siècle. Il a donc créé avec l’aide de l’office du tourisme, cette grande reconstitution historique que l’on fait depuis 25 ans. Et le clou de la journée, c’est un défilé 1868, un défilé d’attelages, de cavaliers, de musiciens qui accompagnent les reliques de Saint-Valentin jusqu’à l’église de Roquemaure où elles sont conservées. Et où les habitants de la région et les visiteurs peuvent aller se recueillir.

Et qu’est-ce que cette fête représente pour ceux qui y participent ?

Vous avez tout l’aspect bénir un couple, autant de fiancés que de nouveaux mariés, voire même des mariés qui reviennent pour fêter leurs noces d’or, d’argent, etc. Et c’est aussi une façon de faire une manifestation qui recrée bien ce temps fort de 1868, car les journaux de l’époque disent bien qu’il y avait 15 000 personnes ce jour-là. Monseigneur Plantier l’évêque de Nîmes, était présent avec une cinquantaine de prêtres. On sait aussi que monseigneur Plantier aimait beaucoup déposer dans un grand nombre d’églises de son diocèse des reliques, justement pour protéger les habitants, protéger les communes contre les inondations, la sécheresse et à Roquemaure, le phylloxera, la maladie de la vigne. 

Audrey RADONDY

 

Lien à la Source

 

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 06:18

François

Le Pape François a annoncé dimanche, à la fin de l’Angélus, les noms des 19 prochains cardinaux. Parmi eux, 16 cardinaux électeurs, âgés de moins de 80 ans, qui rejoignent ainsi le Collège des cardinaux. Ce sont eux qui seront chargés, à la mort du Pape, d’élire son successeur. 

On attendait certains membres de la Curie comme le nouveau secrétaire d'Etat Mgr Pietro Parolin ou encore le secrétaire général du synode des évêques, Mgr Lorenzo Baldisseri, mais le pape est allé choisir les princes de l'Eglise sur tous les continents, à commencer par les plus pauvres.

Le pontife argentin a ainsi désigné pas moins de cinq cardinaux latino-américains, dont son successeur à Buenos Aires, Mgr Poli, ou encore Mgr Joao Tempesta, archevêque de Rio, qui l'avait accueilli lors des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) en juillet dernier.

La nomination d'un évêque haïtien quatre ans après le séisme

Deux Africains, au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire, et deux Asiatiques, en Corée du Sud et aux Philippines élargissent aussi le collège cardinalice.

A noter également dans la liste, le nom de l'archevêque de Westminster et primat d'Angleterre, Mgr Vincent Nichols. Mais l'annonce la plus symbolique est sans doute la nomination de Mgr Chibly Langlois, évêque Cayes à Haïti. Une annonce faite quatre ans après le séisme qui a ravagé l'île.

Ces 19 nouveaux cardinaux seront créés lors du Consistoire du 22 février prochain. Ils sont les premiers hommes nommés par le Pape François depuis son élection l’année dernière. 

Le cardinalat n’est ni une promotion, ni un honneur, ni une décoration, mais un service. C’est le Pape François qui l’écrit dans une lettre aux futurs cardinaux dont la liste a été rendue publique dimanche. Le Saint-Père les invite à l’aider avec une efficacité fraternelle dans son service de l’Église universelle. Il les exhorte à élargir leurs horizons et leurs cœurs, à regarder plus loin et à aimer universellement.

Paradoxalement, tout cela n’est possible, souligne-t-il, qu’en suivant la voie du Seigneur : l’abaissement et l’humilité. Les futurs cardinaux devront donc accueillir leur nomination avec un cœur simple et humble, avec joie et bonheur mais en écartant toute expression de mondanité et en évitant toute réjouissance étrangère à l’esprit d’austérité, de sobriété et de pauvreté. 

 

Lien à la Source

 

 

Partager cet article

Repost0