Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 20:32

dialogue-interreligieux

En vertu d’une loi votée en 1998, les Etats Unis s’engagent à promouvoir la liberté de religion en tant qu’objectif de sa politique étrangère et combattre les persécutions religieuses à travers le monde. Washington créa alors une commission indépendante, composée à la fois de démocrates et de républicains. Un organisme chargé de rendre compte des évolutions du monde sur la liberté religieuse. Ainsi tous les ans, au mois de mai, un rapport est rendu public et cette année 8 états sont à surveiller étroitement.

Chine, Erythrée, Iran, Corée du Nord, Arabie Saoudite, Birmanie ou Soudan. Certains sont sur la liste depuis longtemps, d’autres commencent à inquiéter : l'Egypte, l'Irak, le Nigeria, le Pakistan, le Tadjikistan, le Turkménistan et le Vietnam. Les violations sont le fait des états, mais aussi de groupes des extrémistes religieux qui s'en prennent physiquement aux minorités religieuses, n'hésitant pas à aller jusqu'au meurtre. Au Pakistan, tous ceux qui sont pas sunnites sont visés : les ahmadis, chiites et chrétiens. Les coptes d’Egypte ou les catholiques du Vietnam sont parmi les plus tourmentés, mais les musulmans subiraient le plus de violences : les Rohyngyas en Birmanie, les ouïghours chinois, les bahaïs en Iran ou les musulmans hétérodoxes dans les pays islamiques comme l'Arabie saoudite.

Et les pays d’Europe n’ont pas de leçon à donner : la Suisse est épinglée sur l'interdiction des minarets approuvée en 2009. Fustigé aussi le parti d'extrême-droite nationaliste flamand Vlaams Belang en Belgique pour son anti-islamisme et la Belgique comme la France pour l'interdiction du port du foulard islamique dans les établissements scolaires. Des restrictions qui jointes aux limitations de la liberté de conscience aux lois contre le racisme et aux discours de haine, créent une atmosphère croissante d'intimidation contre certaines formes d'activité religieuse en Europe occidentale, limitant aussi sérieusement, selon ce rapport, l'intégration sociale et les possibilités de formation et d'emploi pour les personnes touchées.

 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 10:55

Hong-Kong

Coup dur pour les travailleurs domestiques à Hong-Kong : fin mars, les domestiques philippines et indonésiennes de l’ancienne colonie britannique se sont vu refuser définitivement le droit de séjour permanent dont bénéficient les autres travailleurs étrangers sur l’ile.

Craignant que l'extension du droit d'installation aux domestiques n'incite des dizaines de milliers d'entre elles à y prétendre, le gouvernement hongkongais en avait appelé à la Cour suprême. Cette dernière a tranché, suscitant la tristesse de nombreuses ONG et associations de défense des immigrés asiatiques.

Cette décision pose la question de la difficile reconnaissance du droit du travail pour ces personnes. Aujourd’hui il y aurait plus de 50 millions des travailleurs domestiques dans le monde selon l’Organisation Internationale du Travail. Malgré la signature d’une convention reconnaissant leurs droits, la route est encore longue pour leur assurer une dignité minimum.

C’est ce que nous explique Maria Suelzu, responsable du plaidoyer au département migrations de Caritas Internationalis, interrogée par Olivier Bonnel  

Ecouter l’interview à l’aide de Real Player 

Ecouter l’Interview en MP3

 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 19:42

BIRMAN~1   

Les autorités de l’Etat de Rakhine participent depuis 2012 à une campagne de «nettoyage ethnique» contre la minorité musulmane dans cette région de l’ouest de la Birmanie, accuse lundi Human Rights Watch (HRW), qui parle de «crimes contre l’humanité».

Les forces de sécurité ont contribué au désarmement des musulmans Rohingyas, qui tentaient de se défendre avec des armes de fortune, et elles sont restées passives, et ont dans certains cas participé, lorsque des bouddhistes se sont mis à tuer hommes, femmes et enfants en juin et en octobre 2012, affirme HRW, organisation de défense des droits de l’homme basée à New York.

«Alors que les forces de sécurité sont dans certains cas intervenues pour empêcher des violences et protéger la fuite de musulmans, plus fréquemment, elles sont restées à l’écart pendant les agressions ou ont directement soutenu les assaillants en commettant des meurtres et d’autres violations des droits de l’homme», écrit Human Rights Watch dans un rapport au sujet de ces violences de juin et octobre qui ont fait au moins 110 morts. Les autorités birmanes n’étaient pas joignables dans l’immédiat.

L’attitude des autorités a encouragé d’autres déchaînements de violences contre les musulmans ailleurs en Birmanie, dit Phil Robertson, directeur adjoint pour l’Asie de HRW, en référence à la mort de plus de 43 personnes et au déplacement d’au moins 12.000 autres en mars dans le centre du pays.

Phil Robertson juge que les musulmans sont victimes en Birmanie d’une «ghettoïsation» qui les rend vulnérables à toutes sortes d’abus.

Le rapport de HRW affirme que les autorités birmanes empêchent l’aide humanitaire de parvenir dans les camps insalubres de musulmans Rohingyas et Kamans, exposés à la malnutrition et aux maladies telles que le choléra ou la typhoïde.

Plus de 120.000 personnes ont fui les violences dans l’Etat de Rakhine, où des musulmans ont été attaqués à coups de machettes et leurs logements ont été incendiés.

Des milliers d’entre eux ont pris la mer à bord d’embarcations de fortune pour rallier des pays voisins, où ils deviennent la proie de trafiquants.

La plupart des 800.000 Rohingyas de Birmanie sont considérés par les autorités birmanes comme des immigrés clandestins en provenance du Bangladesh, qui ne les reconnaît pas non plus comme ses citoyens.  

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 16:50

kerry   

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, a appelé dimanche 21 avril la Turquie à rouvrir une importante école de théologie orthodoxe, le séminaire de Halki, située près d'Istanbul, fermée il y a plus de quarante ans par les autorités turques.

« Nous espérons que le séminaire de Halki sera rouvert », a dit M. Kerry à Istanbul, au terme de deux jours de discussions sur la crise syrienne et le conflit proche-oriental. Le chef de la diplomatie américaine a indiqué avoir discuté de la liberté de culte en Turquie, dont la population est très majoritairement musulmane, et de la réouverture de cette école de théologie avec son homologue turc, Ahmet Davutoglu. John Kerry a rencontré dimanche après-midi le patriarche oecuménique de Constantinople (l'actuelle Istanbul) Bartholomée Ier, chef spirituel de l'Église orthodoxe.

L'institut de théologie de Halki, situé sur l'île de Heybeliada près d'Istanbul, dans la mer de Marmara, a été le principal centre d'éducation religieuse orthodoxe en Turquie pendant plus d'un siècle, avant d'être fermé par les autorités turques en 1971 en vertu d'une loi plaçant les universités sous le contrôle de l'État. Sans lui, l'église ne peut former son clergé.

Le gouvernement islamo-conservateur turc, au pouvoir depuis 2002, s'est dit favorable à la réouverture du séminaire, mais des problèmes de procédure l'ont jusque-là empêché. 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 10:25

Famille Moulin Fournier   

Comme tous les enfants, ils ont voulu "des frites", a raconté leur père, Tanguy Moulin-Fournier, avec un rire dans la voix. Mais ces enfants-là, Eloi, 12 ans, Andéol, 10 ans, Maël, 8 ans, Clarence, 5 ans, venaient de subir deux mois de captivité, otages de la secte fondamentaliste nigériane Boko Haram, avec leurs parents et leur oncle Cyril Moulin-Fournier. Enlevés dans le nord du Cameroun, le 19 février, après la visite d'un parc naturel, les quatre fils du couple Moulin-Fournier ont dû vivre, comme les adultes, dans des conditions extrêmes. Mais ils avaient peut-être, ajoute leur père, "un petit quelque chose" qui leur a permis de tenir bon.

                   Tanguy Moulin-Fournier (à gauche), sa femme Albane et son frère Cyril, à l'ambassade de Yaoundé (Camroun) après leur libération. | AFP/Reinnier KAZE

A coup sûr une famille unie, une éducation où comptent la foi catholique et les principes, une bonne réserve d'optimisme aussi : "Ils sont éduqués d'une façon simple, dans le sens où il n'y a pas de plaisirs matériels faciles. Cela va de pair avec un grand respect pour autrui", témoigne un Français qui les côtoie à Yaoundé, où ils vivent depuis septembre 2011. Les Camerounais qui travaillaient pour eux, raconte-t-il, étaient effondrés, après leur enlèvement. Pour leur chauffeur en particulier, ce fut "une souffrance terrible".

Tanguy Moulin-Fournier, qui a eu 41 ans pendant sa séquestration, s'était installé au Cameroun avec les siens, pour contribuer, comme cadre de GDF, à un projet d'usine de liquéfaction de gaz. Chargé des relations avec l'extérieur, il avait développé, selon un collègue qui tient à rester anonyme, comme tous ceux qui ont accepté de s'exprimer, "de très bons contacts avec tous les protagonistes du projet, avec les citoyens lambda, avec les autorités". Loin de la vie habituelle des expatriés qui vivent en ghetto, la famille se mêle à la vie quotidienne camerounaise, participe aux fêtes, aux mariages et développe un vaste réseau d'amis et de connaissances.

CRÉATIF, AVEC "DES SOLUTIONS RAPIDES DANS L'ACTION"

Albane Moulin-Fournier, une jolie femme brune et souriante apporte discrètement son aide à des associations locales. Quand les Moulin-Fournier disent qu'ils veulent rentrer chez eux, c'est à Yaoundé. A la date de leur libération, le 19 avril, plusieurs milliers de messages de soutien et de solidarité étaient arrivés sur l'intranet de l'entreprise.

Et quelques heures à peine après son retour à la liberté, son mari assurait au chef de projet avec lequel il travaille : "Voilà, c'est fini. Je serai à mon poste la semaine prochaine." Il sera sans doute un peu tôt, mais pour ceux qui le connaissent, la force morale de Tanguy Moulin-Fournier ne fait aucun doute. Réputé débrouillard, créatif, avec "des solutions rapides dans l'action", l'ex-otage avait gagné un surnom parlant : "le couteau suisse". Selon un proche, la famille a réussi à développer des relations humaines avec ses ravisseurs et revient - ce que seul le temps peut confirmer - sans traumatisme important.

L'ouverture d'esprit, la curiosité du monde, ne leur ont, en tout cas, jamais fait défaut. Et l'argent n'a jamais pris la première place dans leurs valeurs. "Tanguy a toujours été passionné de géopolitique. Quand nous étions jeunes, nous jouions à Risk [un jeu stratégique], pas au Monopoly", raconte un cousin. Un ami de la période d'études, à Lyon, lorsque Tanguy Moulin-Fournier était à l'Ecole de management, se souvient d'un dévoreur de journaux, passionné d'actualité internationale. Tous deux ont monté une association et accompagné des convois humanitaires en Bosnie et au Kosovo. "Il était très volontaire, très investi. C'est lui qui avait la vision la plus géopolitiques des conflits", témoigne cet ingénieur.Doué pour le contact, un peu moins pour l'organisation, Tanguy devait trouver des subventions. Un été, les deux amis font le tour de la Syrie en voiture.

"CE SONT DES GENS TRÈS SOLIDES"

Dans la petite bande, il y a Albane, née Striffling, une fille de viticulteurs aisés de Régnié-Durette, dans le Beaujolais au nord de Lyon. Une famille catholique pratiquante là aussi. La jeune fille arrête ses études de biologieet va apprendre la dorure sur bois à Florence, en Italie, tandis qu'il choisit la Russie pour sa troisième année d'école et fait son premier stage en République tchèque. A chaque fois, il apprend la langue. Le jeune homme parle couramment l'italien, pour avoir fait ses études secondaires au Lycée français de Milan.

Ils se marieront en 2000, à Beaune (Côte-d'Or). Une belle cérémonie "très priante", comme dit un ami "mais pas trop coincée". La famille, au sens large, est très unie : 18 petits-enfants dans la génération de Tanguy, qui ont passé leurs vacances dans des maisons de famille, à Grenoble ou dans la Creuse. Le couple continue de sillonner la planèteavec un, deux, trois, puis quatre enfants, et habite pendant quelques années en Roumanie, avant que le pays n'entre dans l'Union européenne.

"Ce sont des gens très solides", témoigne Bernard Matyjasik le président du comité de soutien qui a fait leur connaissance par le biais de l'école maternelle d'Eloi, lorsqu'ils habitaient Paris. "Ils ont certainement su dédramatiser auprès des enfants", croit un membre de la famille. "Souvent, dit-il, pendant ces jours terribles, j'ai pensé au film de Roberto Begnini "La vie est belle" [1998]."

Béatrice Gurrey 

www.lemonde.fr 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 06:53

    oikoumene

Une prière enracinée dans la vie de ces populations pauvres victimes de  bien des injustices et de catastrophes 

Rendons grâce pour:

·         Le témoignage des personnes qui préconisent l’arrêt de la violence.

·         Les personnes qui ont œuvré en faveur d’une meilleure compréhension entre les religions.

·         Celles et ceux qui se tiennent aux côtés des pauvres.

·         Le gamelan, les gongs, les sonnettes en bambou.

·         Les ombres chinoises, cet art ancien dont des chrétiens se servent pour raconter des histoires de la Bible.

·         Le riz de ces sols fertiles et le poisson des mers chaudes.

Prions pour:

·         La reconstruction du Timor oriental, pour qu’il devienne un pays stable et indépendant.

·         L’apaisement de ceux et celles qui ont subi la perte d’êtres chers et de leurs moyens d’existence du fait des querelles religieuses et des conflits politiques.

·         Les chrétiens d’Amboine qui, après de longues années de paix avec leurs voisins musulmans, ont subi un conflit long et meurtrier.

·         Les réfugiés et les personnes déplacées qui ont hâte de revoir leur famille et leur maison.

·         Les femmes qui ont dû quitter leur pays pour subvenir aux besoins de leur famille.

·         Le contact entre les divers groupes ethniques et religieux en vue d’une meilleure compréhension et de davantage de tolérance au lieu de la haine et de la violence.

·         Les gouvernements qui mettront un terme à la corruption et rechercheront la véritable justice et la paix pour toutes et tous.

·         Les populations de Nouvelle-Guinée occidentale dont les droits sont foulés aux pieds.

·         Ceux et celles qui sont piégés par la misère, afin qu’ils trouvent de quoi manger, s’abriter et se mettre en sécurité.

·         Ceux et celles qui doivent reconstruire leur vie après des éruptions volcaniques, des coulées de boue, des tsunamis.

·         Les victimes des exécutions extrajudiciaires et de la violence aux Philippines, ainsi que les ministères chrétiens d’accompagnement et de défense de la justice, de l’instauration de la primauté du droit et du dédommagement des victimes. 

PRIÈRE:

Seigneur, fais-nous voir que notre chrétienté est comme une rizière:

lorsque le riz vient d'être planté, ce sont les divers paddys qui frappent le regard,

mais lorsqu'il pousse, ces lopins divisés disparaissent peu à peu et bientôt,

on ne voit plus qu'un seul grand champ.

De même, donne-nous des racines d'amour, et aide-nous

à croître dans la communion

et le service chrétiens,

afin que ta volonté soit faite dans nos vies,

par notre Sauveur

Jésus Christ,

ton Fils. 

Source : Conseil Œcuménique des Eglises

Partager cet article

Repost0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 06:15

Cardinal Raï

Le chef de l’Eglise maronite, le cardinal Bechara Boutros Raï, a été reçu mardi 9 avril après-midi au palais de l’Élysée par François Hollande. « À l’occasion de cet entretien, le chef de l’État a rappelé l’attachement de la France à la stabilité du Liban et à l’entente politique entre toutes les composantes de la société libanaise pour préserver la paix civile et l’unité nationale. Il a rappelé les liens historiques unissant notre pays aux Maronites du Liban et au Patriarcat », a rendu compte la présidence de la République dans un communiqué.

Soutien de Paris aux chrétiens d’Orient

« La France demeure très attentive à la situation des chrétiens d’Orient qui sont des éléments importants de l’identité des pays dans lesquels ils vivent, poursuit le communiqué, soulignant aussi « la conviction de la France que la conquête de la démocratie et de l’État de droit par les peuples est le meilleur garant de la pérennité de la diversité religieuse et de la présence chrétienne au Proche et Moyen-Orient ».

En visite officielle à Paris depuis lundi 8 avril, le représentant des chrétiens maronites a été reçu par Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères. Les deux hommes ont évoqué la situation en Syrie, ainsi que la résolution récente de la crise politique au Liban, où vient d’être nommé un nouveau premier ministre, Tammam Salam, qui doit former un gouvernement.

« Printemps chrétien »

Le cardinal Raï est connu pour souhaiter un « printemps chrétien », selon son expression, afin qu’advienne un vrai « printemps arabe », « de démocratie, de liberté, de justice, de paix et de défense de la dignité de tout homme, contre toute forme de violence et de suppression des droits ».

Âgé de 73 ans, le patriarche maronite a participé au conclave pour l’élection du pape François. Il a été créé cardinal en novembre 2012 par Benoît XVI, qu’il reçut au Liban en septembre 2012. Le Saint-Siège le compte « parmi les protagonistes du dialogue dans le scénario complexe du Moyen-Orient », portant « l’expérience d’un pays où la cohabitation entre les religions est une réalité enracinée dans l’histoire, mais qui est actuellement mise en danger par des événements dramatiques qui menacent la stabilité de la région ». Pour lui, les chrétiens ne sont pas « un groupe expatrié en Orient » puisque ils y sont nés.

Sa visite en France, marquée par d’autres rendez-vous, à la fois religieux et politiques, doit se poursuivre jusqu’au vendredi 12 avril.

SÉBASTIEN MAILLARD 

 

Lien à la Source

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 07:52

Destivelle

En Russie, la vaste campagne de vérification des ONG, initiée depuis quelques semaines par les autorités, prend de l’ampleur : ce ne sont en effet pas moins de 90 ONG qui ont déjà été contrôlées dans 47 régions.

Après Amnesty International, Human Rights Watch, et même l’Alliance Française, les locaux de Caritas, à Saint-Pétersbourg, ont à leur tour subi une minutieuse perquisition.

Ces inspections sont liées à une loi entrée en vigueur fin 2012, quelques mois seulement après le retour au Kremlin de Vladimir Poutine ; elle oblige les ONG bénéficiant d’un financement étranger, et ayant une activité politique, à se faire inscrire sur un registre « d’agents de l’étranger » et à se présenter en tant que telles dans toute activité publique.

Les responsables des organisations contrevenant à cette loi sont passibles d’une peine allant jusqu’à deux ans de camp.

Dans le même temps, plusieurs paroisses et communautés religieuses ont été soumises à des contrôles de sécurité, et certaines, comme la paroisse catholique de Novotcherkassk, ont été contraintes à payer de lourdes amendes. Ces deux campagnes d’inspection sont-elles reliées ?

Ecoutez la réponse du père Hyacinthe Destivelle, prêtre de la paroisse francophone de St Petersbourg, interrogé par Manuella Affejee :

 

Ecouter l’interview à l’aide de Real Audio

 

Ecouter l’interview en MP3

 

Lien à la Source

 

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:41

Cardinal Dolan

L’Eglise catholique devrait se montrer plus accueillante à l’égard des personnes homosexuelles. C’est l'influent et charismatique archevêque de New York qui l’a déclaré au cours de deux interviews télévisées. Le cardinal Timothy Dolan a réaffirmé que l’Eglise était résolument contraire au mariage entre personnes de même sexe. Cependant, elle doit éviter que sa défense du mariage ne se réduise à une attaque contre les homosexuels. Or – a-t-il admis – nous n’avons pas été bons pour cela ; nous devrions être davantage à l’écoute, et ne pas oublier que l’Eglise ne peut être « contre » personne. Dieu aime les homosexuels – a ajouté le cardinal Dolan – mais nous savons aussi que Dieu nous a dit que le chemin vers le bonheur, et spécialement quand il s'agit d'amour sexuel, passe par le mariage entre un homme et une femme, où les enfants peuvent arriver naturellement. 

Décalage entre l'enseignement de l'Eglise et ce que les gens vivent

Le président de la Conférence des évêques des Etats-Unis s'exprimait quelques jours après l'examen par la Cour Suprême de la question du mariage gay, qui a mobilisé partisans et opposants devant la plus haute institution judiciaire américaine. L’archevêque de New York a expliqué que l’Eglise se devait parfois d’être déconnectée de l’opinion dominante. De par sa nature, elle est appelée à se préoccuper de l’au-delà, de ce qui est immuable, éternel. Son principal défi aujourd’hui est de continuer à proposer de manière crédible les valeurs éternelles à la société contemporaine. Parfois, il y a un décalage entre ce que les gens vivent et ce que Jésus et l’Eglise enseignent. Ses propos ont été salués comme « une sorte de miracle pascal » par le président d’une association gay, habituellement très critique à l’égard de la hiérarchie catholique. Au cours de la messe pascale en la cathédrale Saint Patrick de New York, le cardinal Dolan s'est, quant à lui, félicité du renouveau, de la reconstruction et de la résurrection de l’Eglise inaugurés par l’élection du Pape François.  

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 07:55

pôissond'avril3

Tout a commencé, paraît-il, en 1564 lorsque le roi Charles IX décida de modifier la date du changement d'année...

Jour saint pour tous les blagueurs, le 1er avril est traditionnellement synonyme de farce. Les professeurs sont souvent les victimes d'élèves ingénieux, les médias diffusent allègrement des canulars et tout le monde y va de son piège. Petit retour sur la plus rigolote des traditions.

A l'origine était Charles IX

Si l'origine du poisson d'avril est controversée, l'hypothèse la plus courante le fait naître au 16ème siècle. En 1564, le roi Charles IX a décidé que l'année ne commencerait plus le 1er avril mais le 1er janvier. Un changement a également décalé les échanges de cadeaux et d'étrennes qui marquaient le passage à la nouvelle année. Pour semer le doute au sujet de la date réelle du nouvel an, certains ont persisté à offrir des présents en avril. Avec le temps, les petits cadeaux d'avril se sont transformés en cadeaux pour rire, en blagues, puis en stratagèmes pour piéger les autres.

Pourquoi le choix du "poisson"

Si les farces sont désormais connues sous le nom de "poisson d'avril", cela remonte là encore à ce cher 16ème siècle. Les cadeaux que l'on s'offrait en avril étaient souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du carême, période durant laquelle la consommation de viande est interdite chez les chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque les blagues se développèrent, l'un des pièges les plus courants était l'offrande de faux poissons.

Et dans les autres pays...

La tradition de la blague du 1er avril, au départ occidentale, s'est peu à peu diffusée. Elle s'exprime de différentes manières en fonction des pays. En Angleterre, par exemple, le 1er avril est l' "April's fool day". Les farces ne se font que le matin et si vous êtes piégé, vous êtes "une nouille". En Ecosse, soyez deux fois plus vigilant qu'en France car les farceurs peuvent également sévir le 2 avril. Au Mexique, l'unique tour consiste à subtiliser le bien d'un ami. La victime aura en échange des bonbons et un petit mot lui indiquant qu'il s'est fait avoir. Il existe même une version indienne du poisson d'avril : elle a lieu le 31 mars et se nomme la fête d'"Huli ".

Quelques canulars célèbres de ces dernières années

1992 : une radio publique nationale américaine annonce que Richard Nixon est candidat à l'élection présidentielle. Son slogan de campagne : "Je n'ai rien fait de mal, je ne recommencerai pas ".

2000 : le quotidien sportif portugais "A bola" publie un article selon lequel l'UEFA a décidé de retirer l'organisation de l'Euro 2004 à son pays. Un traumatisme pour certains lecteurs…

2002 : le site Internet canadien "Bourque Newswatch" annonce le départ du ministre des Finances, Paul Martin. Repris par le bulletin financier britannique, "The Gartman Letter", la nouvelle aurait fait perdre 32 cents au dollar canadien. 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0