Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 19:59
Communiqué de l’aumônier catholique de la Préfecture de Police de Paris

Avec la pandémie du COVID-19 et le confinement généralisé les forces de Police et de Gendarmerie se trouvent une nouvelle fois en première ligne et particulièrement exposées.

Les Policiers ont la mission de faire respecter les consignes sanitaires et se trouvent en réalité eux-mêmes particulièrement vulnérables.

Leurs santés individuelles ainsi que leurs vies de famille sont à nouveau mises à l’épreuve.

Comme les personnels de santé et dans une période de crise au moins aussi grave que lors des précédentes (attentats terroristes, manifestations contre les réformes, gilets jaunes…), ils ont besoin du soutien et de la reconnaissance de toute la nation.

Devant l’accumulation des épreuves, la fatigue, la peur et le découragement, ils peuvent être tentés par la démission ou par la perte de confiance dans les valeurs qu’ils incarnent : protection des plus faibles et socle de notre république : « Liberté, Egalité, Fraternité » !

J’invite les citoyens de la Région Ile de France à manifester leur soutien aux 46.000 fonctionnaires de la Préfecture de Police de Paris en adressant un courrier postal à :

 

Mr le Directeur de Cabinet du Préfet de Police

« Soutien aux Fonctionnaires de Police »

9, Boulevard du Palais

75195 – PARIS Cedex 04

 

Pour ma part je tiens à les assurer de toute ma reconnaissance et du soutien de ma prière.

Le 22 mars 2020

Denis CHAUTARD

Prêtre et Aumônier Catholique à la Préfecture de Police de Paris

Tel : 06 60 61 55 38

Mail : denis.chautard@wanadoo.fr  

Partager cet article

Repost0
20 août 2019 2 20 /08 /août /2019 16:42
Le Pasteur Olivier RISNES, aumônier Protestant, ce mardi 20 août 2019 dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police de Paris

Le Pasteur Olivier RISNES, aumônier Protestant, ce mardi 20 août 2019 dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police de Paris

Pour la troisième année consécutive j’ai été invité par les services de la Préfecture de Police de Paris à la commémoration de la libération de Paris et de l’action des deux mille policiers résistants dont l’insurrection a permis de faire flotter le 19 août 1944 le drapeau Français sur la Préfecture de Police. Cet évènement inaugurait 7 jours de combats qui ont conduit, avec l’appui des forces alliées et de nombreux résistants, à la libération de Paris le 26 août 1944. 167 policiers et de nombreux civils ont payé de leur vie cet acte de bravoure.

Aujourd’hui 20 août 2019, soixante quinze ans plus tard, en présence d’un gardien de la paix de l’époque, Robert PINÇON qui nous a donné son témoignage, nous avons commémoré cet évènement dans la cour d’honneur de la préfecture de Police. La cérémonie était présidée par Christophe CASTANER, Ministre de l’Intérieur, Laurent NUNIEZ, Secrétaire d’Etat, Didier LALLEMENT, Préfet de Police de Paris, Michel CADOT Préfet de la Région Ile de France et d’Anne HIDALGO, Maire de Paris.

J’ai été accueilli à mon arrivée par Eric MORVAN, Directeur Général de la Police Nationale. Puis les services du protocole m’ont placé avec les ambassadeurs. Ont-ils pensé que j’étais « ambassadeur du ciel » ? J’ai fait la connaissance du nouvel ambassadeur de Chine Populaire, son Eminence Shaye LU, un homme jeune, très cultivé et charmant. J’étais auprès de l’ambassadeur du Sénégal, son Eminence Mankeur NDIAYE.

J’ai pu saluer Patrick CHAUVET, recteur de Notre Dame de Paris, qui va accueillir désormais les célébrations des policiers, avocats et magistrats à l’église de Saint Germain l’Auxerrois à Paris, puisqu’il rejoint, avec son équipe, cette église durant les travaux de Notre Dame de Paris. J’ai pu saluer également Alexis LEPOUX, vicaire général de Paris et nouveau président du Collège des Bernardins ainsi que mes deux collègues aumôniers à la Préfecture de Police de Paris : le Pasteur Olivier RISNES, également aumônier général protestant de la gendarmerie nationale et le Rabbin Moïse LEWIN, aumônier Israélite.

Denis CHAUTARD

Aumônier Catholique Préfecture de Police de Paris

Robert Pinçon, le gardien de la Paix de 1944 présent ce 20 mai dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police de Paris

Robert Pinçon, le gardien de la Paix de 1944 présent ce 20 mai dans la cour d'honneur de la Préfecture de Police de Paris

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 18:52
Frédéric Dupuch, le 5 février 2016 à Paris. DOMINIQUE FAGET / AFP

Frédéric Dupuch, le 5 février 2016 à Paris. DOMINIQUE FAGET / AFP

Le directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, Frédéric Dupuch, ainsi que l’actuel directeur de cabinet du préfet de police, Pierre Gaudin, ont été limogés mardi.

Les têtes tombent à la préfecture de police de Paris, conséquence des violences perpétrées samedi 16 mars sur les Champs-Elysées lors de l’acte XVIII des « gilets jaunes ». Après le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, lundi, c’est au tour du directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), Frédéric Dupuch, d’être limogé, a appris Le Monde mardi, confirmant une information du Parisien.

L’exécutif a également décidé de mettre fin aux fonctions de Pierre Gaudin, l’actuel directeur de cabinet du préfet de police, Michel Delpuech. Ce dernier va être remplacé dès mercredi par Didier Lallement, qui était jusqu’ici préfet de Nouvelle-Aquitaine. L’annonce a été faite dès lundi par le premier ministre, Edouard Philippe, qui a regretté que la stratégie prévue samedi pour les forces de l’ordre n’ait « pas été correctement exécutée » et ait mis en cause « la chaîne de commandement ».

 

Bouleversement

« Des consignes inappropriées ont été passées pour réduire l’usage » des lanceurs de balles de défense (LBD), a également déploré lundi Edouard Philippe. Regrettant une « inhibition » des forces de l’ordre et une stratégie du maintien de l’ordre « pas mise en œuvre », le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a également affirmé que « des décisions, des instructions ont échappé » au préfet de police.

Avec ces trois départs, l’exécutif a donc décidé de bouleverser la haute hiérarchie de la puissante préfecture de police de Paris, critiquée notamment depuis l’affaire Benalla et à cause de la persistance du mouvement des « gilets jaunes ».

19 000 agents au sein de la DSPAP

La direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP) est la plus grosse entité au sein de la préfecture de police de Paris. Forte de ses 19 000 agents, elle gère notamment l’ensemble des commissariats de la capitale et de la petite couronne, les brigades anticriminalité, les compagnies de sécurité et d’intervention (CSI) et la lutte contre l’immigration illégale. Depuis sa salle de commandement, garnie de multiples écrans, elle peut également contrôler ce qui se passe dans les transports en commun.

La DSPAP est à l’origine de la création des détachements d’action rapide (DAR), des unités spécialisées dans les interpellations au cours des manifestations, après le saccage de l’Arc de triomphe du 1er décembre. A l’aide de ces troupes spécialement constituées pour l’occasion, elle a pour charge de sécuriser les abords de la manifestation, de prévenir les pillages divers et variés et d’assurer les suites judiciaires pour les casseurs interpellés.

C’est d’ailleurs ces unités qui lui valent en partie d’être aujourd’hui au cœur de la tourmente. L’utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) par des troupes davantage habituées à la gestion des émeutes en banlieue qu’à des situations de maintien de l’ordre avait été critiquée. Du côté du ministère de l’intérieur, on déplorait le fait que les DAR ne soient pas placés sous le commandement de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC), chargée du maintien de l’ordre. Une organisation bicéphale de la gestion des manifestations qui a vécu.

Le Monde.fr (avec Nicolas Chapuis)

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 16:51
Le directeur de l'ordre public à Paris Alain Gibelin le 26 juillet 2018 à Paris Photo Bertrand GUAY. AFP

Le directeur de l'ordre public à Paris Alain Gibelin le 26 juillet 2018 à Paris Photo Bertrand GUAY. AFP

La direction de l’ordre public de la préfecture de police de Paris, sous le feu des projecteurs depuis l’affaire Benalla et la multiplication des manifestations violentes dans la capitale, a changé de visage avec le départ d’Alain Gibelin et son remplacement par Jérôme Foucaud.

Un décret du président de la République publié samedi au Journal officiel a mis fin aux fonctions de M. Gibelin, emblématique directeur de l’ordre public et de la circulation (DOPC) à Paris, passé de l’ombre à la lumière médiatique à la faveur de l’affaire Benalla dont il est l’un des protagonistes.

Âgé de 56 ans, M. Gibelin était le supérieur hiérarchique des trois policiers mis en cause pour avoir fourni à Alexandre Benalla des images de vidéosurveillance montrant l’ex-conseiller de l’Elysée s’en prenant violemment à un couple de manifestants, le 1er mai 2018, place de la Contrescarpe à Paris.

Ce haut responsable policier s’était également illustré lors des auditions de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur cette affaire qui a fragilisé la présidence d’Emmanuel Macron.

Devant les députés, il avait laissé entendre qu’Alexandre Benalla avait assisté à des réunions sécuritaires durant la période où il était officiellement suspendu, contredisant ainsi la version de l’Elysée. Il était ensuite revenu sur ses propos en plaidant «la bonne foi».

A la tête, depuis 2011, de la direction de l’ordre public et de la circulation, M. Gibelin a fait preuve d’une grande longévité sur un poste considéré comme l’un des plus prestigieux et sensibles de la police nationale.

Il est réputé être un spécialiste reconnu du maintien de l’ordre en dépit des nombreuses critiques qui affecte la gestion de l’ordre public depuis un an dans la capitale, des violences du 1er mai 2018 aux mobilisations des « gilets jaunes».

Plusieurs sources policières avaient fait état auprès de l’AFP depuis plusieurs semaines du remplacement de M. Gibelin par Jérôme Foucaud, qui était jusqu’ici directeur adjoint des ressources humaines à la préfecture de police de Paris.

AFP

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 18:58
Exposition à la Préfecture de Police de Paris : Mai 68, Derrière les boucliers

Du 2 au 25 mai 2018 de 9h à 17h à la Préfecture de Police de Paris, entrée libre à l’exposition par la rue de Lutèce (Paris, 4ème) : les évènements de Mai 1968 vus par la Préfecture de Police

Casque de policier en Mai 1968

Casque de policier en Mai 1968

Exposition à la Préfecture de Police de Paris : Mai 68, Derrière les boucliers
Les "armes des manifestants"

Les "armes des manifestants"

Derrière le Policier, l'Homme

Derrière le Policier, l'Homme

Exposition à la Préfecture de Police de Paris : Mai 68, Derrière les boucliers
La célèbre lettre du Préfet de Police, Maurice GRIMAUD

La célèbre lettre du Préfet de Police, Maurice GRIMAUD

Le Préfet de Police, Maurice GRIMAUD

Le Préfet de Police, Maurice GRIMAUD

Exposition à la Préfecture de Police de Paris : Mai 68, Derrière les boucliers

Partager cet article

Repost0