Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 08:40
20 mars : premier jour du printemps !

Le printemps.

Sous la perle brillante que pose la rosée ;

Se révèle, charmante, une feuille froissée.

Un léger duvet blanc ourle ses fins contours,

Tout comme une dentelle sur de précieux atours.

Un timide soleil vient pour la caresser

Et la chaleur subtile l'effleure comme un baiser.

Doucement la petite dévoile sa couleur,

Ce vert tendre et diaphane qui chavire les cœurs.

Elle s'épanouit, et s'offre enfin entière

Aux rayons de cet astre qui éclaire la terre.

Ses contours ciselés comme ceux d'un diamant,

Font d'elle une merveille en ce fragile instant.

Je me sens comme émue devant ce grand mystère,

Toujours renouvelé ; de multiples manières.

Cette petite feuille, simplissime ornement,

Est en fait, grâce à Dieu, prémices du printemps.

Marie-Noëlle Albert

 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 17:50
Mercredi 20 mars 2019 : Vive le printemps !

Après l’hiver

 

N’attendez pas de moi que je vais vous donner
Des raisons contre Dieu que je vois rayonner ;
La nuit meurt, l’hiver fuit ; maintenant la lumière,
Dans les champs, dans les bois, est partout la première.
Je suis par le printemps vaguement attendri.
Avril est un enfant, frêle, charmant, fleuri ;
Je sens devant l’enfance et devant le zéphyre
Je ne sais quel besoin de pleurer et de rire ;
Mai complète ma joie et s’ajoute à mes pleurs.
Jeanne, George, accourez, puisque voilà des fleurs.
Accourez, la forêt chante, l’azur se dore,
Vous n’avez pas le droit d’être absents de l’aurore.
Je suis un vieux songeur et j’ai besoin de vous,
Venez, je veux aimer, être juste, être doux,
Croire, remercier confusément les choses,
Vivre sans reprocher les épines aux roses,
Être enfin un bonhomme acceptant le bon Dieu.

 

Ô printemps ! bois sacrés ! ciel profondément bleu !
On sent un souffle d’air vivant qui vous pénètre,
Et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre ;
On mêle sa pensée au clair-obscur des eaux ;
On a le doux bonheur d’être avec les oiseaux
Et de voir, sous l’abri des branches printanières,
Ces messieurs faire avec ces dames des manières.

26 juin 1878

Victor Hugo

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0
20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 08:19
20 mars, « Vive le Printemps ! »

L'œuf symbole de la vie, de la naissance et symbole du Printemps

Il faut remonter plus de deux mille ans en arrière, avant la naissance du Christ, pour comprendre le symbolisme qui se cache derrière les œufs en chocolat. Au temps des Juifs nomades, la Pâque, "Pessah", était fêtée à la période de l'équinoxe de printemps, c'est-à-dire, au moment où la nature renaît. C’est pourquoi, dans l'Égypte antique, l'œuf est devenu à cette occasion le symbole du renouveau et de la vie.

L’œuf représentant les quatre éléments de la vie:

la coquille pour la terre,

la membrane pour l'air,

le blanc pour l'eau et

le jaune

pour le feu.

Ce serait au IVe siècle que les Chrétiens auraient adopté les œufs. Pendant les 40 jours que dure le carême pascal, il était interdit de manger de la viande et des œufs. Aussi, pour Pâques, les chrétiens s’offraient des œufs décorés pour les consommer ou en offrande. Cette tradition s’implanta dans les pays européens vers le XIIe siècle. Les gens du peuple avaient l’habitude de s’échanger des œufs bénis à l’église. Les nobles allaient en faire de même. Ils demandèrent aux artisans de décorer les œufs......

D'un œuf on fait la vie et la fête

Partager cet article

Repost0
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 20:50
Vendredi 20 mars : Vive le Printemps !

Le printemps.

Sous la perle brillante que pose la rosée ;

Se révèle, charmante, une feuille froissée.

Un léger duvet blanc ourle ses fins contours,

Tout comme une dentelle sur de précieux atours.

Un timide soleil vient pour la caresser

Et la chaleur subtile l'effleure comme un baiser.

Doucement la petite dévoile sa couleur,

Ce vert tendre et diaphane qui chavire les cœurs.

Elle s'épanouit, et s'offre enfin entière

Aux rayons de cet astre qui éclaire la terre.

Ses contours ciselés comme ceux d'un diamant,

Font d'elle une merveille en ce fragile instant.

Je me sens comme émue devant ce grand mystère,

Toujours renouvelé ; de multiples manières.

Cette petite feuille, simplissime ornement,

Est en fait, grâce à Dieu, prémices du printemps.

Marie-Noëlle Albert

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0