Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 06:27
Homélie du Dimanche 19 février 2017

Evangile de Matthieu 5,38-42

« Vous avez entendu qu'il a été dit : « Œil pour œil, dent pour dent. » Mais moi, je vous dis de ne pas vous opposer au mauvais. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre. Si quelqu'un veut te faire un procès pour te prendre ta tunique, laisse-lui aussi ton vêtement. Si quelqu'un te réquisitionne pour faire un mille, fais-en deux avec lui. Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter quelque chose. »

Homélie

Chiche, si on essayait !

Ya-t-il un sens de l'histoire ? Le monde irait-il inexorablement vers plus de civilisation et moins de violence ? Ce passage des Evangiles pourrait illustrer cette thèse optimiste. «Œil pour œil, dent pour dent» nous semble aujourd'hui une maxime barbare. Mais à l'époque, c'était un progrès. Précédemment, dans les traditions du Moyen-Orient, dans les habitudes des tribus, si un adversaire vous crevait l'œil ou vous cassait une dent, vous ne vous vengiez pas seulement d'un œil ou d'une dent : vous creviez les yeux et vous cassiez les dents de toute sa famille. Limiter à «un pour un» était donc un immense progrès. C'était déjà une importante limitation de la violence. Nos systèmes législatifs sont d'ailleurs globalement restés sur ce principe. Nos peines de prison se veulent proportionnées au délit commis. On emploie le même terme de « proportionné » quand on parle de l'emploi de la force par la police face aux exactions des délinquants ou des manifestants.

Quelle est l'étape suivante dans le progrès ? Celle qu'on apprend aux enfants à l'école : ne pas se venger du tout. «Tu es plus intelligent, tu ne réponds pas. » On sait bien que c'est difficile pour les enfants. Ça donne le sentiment « d'un impuni », et ça n'est pas faux. On apprend alors à faire appel à l'autorité qui prononcera une peine juste.

Est-ce cela que nous dit Jésus ? Oui, à un premier niveau. Il refuse l'escalade. Comme le dira Martin Luther King: «Œil pour œil, dent pour dent est un raisonnement qui rendra le monde aveugle. » Mais Jésus va beaucoup plus loin. Il commence par désamorcer la force de l'autre : « Tu crois avoir prise sur moi en me donnant une gifle ? Regarde, je te tends l’autre joue. » Il enlève à la violence sa force en montrant qu'elle n'a pas d'influence sur lui.

Aux actes d'autorité de l'autre - le mauvais -que sont le procès ou la réquisition, sont opposés des gestes d'un autre ordre. Laisser son vêtement, faire avec, donner... A la force de la violence ou de l'autorité sont opposés des gestes de fraternité. Une autre citation de Luther King me revient : «Nous vivrons comme des frères ou nous mourrons comme des fous. » L'opposé de l'escalade de la violence n'est pas seulement la fin de l'escalade mais le basculement dans un autre mode de relation, la fraternité. À cette étape, nous sommes encore dans l'évolution que connaissent les sociétés : du conflit à la relation apaisée, médiatisée par une autorité puis à la relation entre citoyens égaux, voire en frères en humanité. Mais le texte de Jésus va plus loin encore. Après le basculement dans le mode de relation fraternelle, c'est la logique de surabondance qui apparaît : donner le vêtement quand seule la tunique est demandée, courir deux mille quand seulement un est demandé. A la violence, il n'est pas seulement opposé la civilisation et la cessation de la vengeance, pas seulement la fraternité mais la surabondance de l'amour. Appliquer dans nos vies, à notre tour, la surabondance de l'amour et de la grâce que fait pleuvoir Dieu sur nous en permanence. Un pari fou est ainsi lancé : face au méchant, il ne s'agit pas seulement de se protéger ou de limiter la violence, mais de le considérer en frère, de faire pleuvoir sur lui une pluie d'amour surabondante et d'espérer qu'il va changer de l'intérieur, que son cœur va s'éveiller. Car l'espérance n'est pas seulement de se protéger, mais de le transformer de l'intérieur par la force de l'amour. Pari fou : la sagesse de Dieu est folie pour les hommes...

Stéphane LAVIGNOTTE

Pasteur à la Mission populaire évangélique de La Maison Verte à Paris 18e

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans homélie
commenter cet article

commentaires