Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 09:12
Homélie du dimanche 7 février 2021 : « Prendre soin, s’approcher »

Evangile Marc (1, 29-39)
« En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. » Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons. »

Homélie
La première lecture que nous avons entendue se fait l’écho d’un cri qui traverse les siècles, celui de l’humanité souffrante. ‘’A peine couché, je me dis : quand pourrais-je me lever ? Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube’’. Dieu notre Père entend le cri des hommes.
Le livre de job ne donne pas d’explication au problème de la souffrance. Mais il indique un chemin : ne pas retenir nos cris et tenir fort la main que Dieu nous tend.

Pour mieux comprendre que Dieu est vraiment un Père qui prend soin de tous ses enfants, il envoie son fils Jésus. Regardons le dans cette journée qu’il passe à Capharnaüm.
‘’En quittant la synagogue, Jésus alla chez Simon et André’’. C’est le jour du sabbat. Jésus a participé à la réunion de prière. On pense à une sortie de messe. Il revient à la maison en compagnie de ses amis. Il passe de la prière publique à la maison, lieu de la vie privée, puis à la porte de la ville, lieu de la vie publique. Il ne quitte pas son Père mais il y reste en allant à la rencontre de l’humanité souffrante : ‘’La belle-mère de Simon est malade’’.

Jésus n’agit jamais sans le consentement des personnes, et prendre soin, chez lui, n’est jamais un acte solitaire mais toujours une réponse à une démarche des malades ou de leur entourage : ‘’on parle à Jésus de la malade… On lui amène tous les malades’’.

Combien de fois dans l’évangile voyons-nous des personnes servir d’intermédiaires entre les malades et Jésus ! Quand nous sommes en souffrance nous avons besoin de solidarités actives et empressées : ‘’sans attendre’’. ‘’Jésus s’approcha’’. Prendre soin, c’est ensuite réduire la distance. ‘’Il la prit par la main’’.

Ce jour là il le fit dans une maison de Palestine. C’est ce que font aujourd’hui ceux qui visitent et accompagnent les malades : depuis le service évangélique des malades, jusqu’aux associations de soins palliatifs, en passant par toutes les solidarités de voisinage. ‘’Il la fit lever’’. On emploie le même verbe pour dire la résurrection de Jésus. Prendre soin, c’est toujours, d’une certaine manière, remettre debout.

‘’La fièvre la quitta et elle les servait’’. La belle-mère de Pierre est réintégrée dans son rôle familial. Quand Jésus prend soin, il restaure les personnes dans leur corps, dans leur cœur, dans leur fonction sociale. Mais l’attente des hommes est telle que Jésus passe bien vite du prendre soin d’une personne à l’attention à tous.

Celles et ceux qui nous interpellent aujourd’hui sont des millions d’hommes et de femmes marginalisés économiquement et socialement, âgés ou sans travail, sans avenir et sans relation, vivant dans l’inquiétude, tous meurtris dans leurs corps, leur tête ou leur cœur. Le service des professionnels de santé leur est nécessaire. Mais ils ont d’abord besoin que l’on prenne vraiment soin d’eux : d’un regard qui rend confiance, d’une proximité qui réchauffe, d’une bienveillance qui réconcilie avec les autres et avec soi-même. Ils ont besoin de nous mais nous avons aussi besoin d’eux. Tous nous avons en commun l’expérience de la fragilité humaine. A travers la fragilité reconnue et acceptée, nous faisons l’expérience fondatrice de ‘’nous en remettre à d’autres’’ pour vivre.

Comme l’écrivait Xavier Thévenot, un grand théologien moraliste : ‘’Il y a une seule façon de croire encore à l’amour quand on désespère, c’est d’expérimenter la présence de quelqu’un qui, auprès de vous, humblement, est là en train de vous respecter. Quand je désespère, quand l’amour semble loin, la seule façon de croire que l’amour et que Dieu existent, c’est d’expérimenter qu’il y a une petite source d’amour pour moi ici et maintenant : la présence d’un ami. Alors, s’il y a une petite source d’amour, c’est peut-être qu’il y a une grande nappe d’amour qui l’alimente.

Louis DURET, Prêtre du du diocèse de Chambéry

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires