Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 08:08

GeorgesArnold 

 

…Aujourd’hui, je vous écris du haut de mon seizième étage, car désormais, j’habite dans une tour qui en fait -dix huit.

A bientôt 90 ans, je viens dêtre conduit, par les circonstances et pour ma plus grande joie, à débarquer dans une cité populaire de la ville, où se côtoient tous les peuples de la terre, ou presque. Les « circonstances », c’est tout simplement le fait que mes collègues prêtres avaient besoin de mon logement pour se regrouper au centre ville.

Mais je n’ai pas perdu au change ! Car, des fenêtres de mon F2, je peux admirer sous le soleil la tour Eiffel, le Sacré Cœur de Montmartre, la Tour Montparnasse et une grande partie de la capitale et de sa banlieue. Le soir, c’est féerique !

Ce passage de la paroisse à un quartier où je voisine avec de multiples familles (la tour, qui domine d’autres tours, compte 106 appartements et quelque 400 personnes)... ce passage est pour moi comme une nouvelle naissance.

Sur le palier où je suis voisin d’une famille sénégalaise, comme dans l’ascenseur, dans la rue, en attendant le bus, on se dit bonjour, on se parle, et ce n’est jamais banal.

A la sortie de l’immeuble, les gens s’empressent de tenir la porte au vieux monsieur que je suis, qui marche avec une canne. Une dame du quatorzième étage disait : « C’est bien qu’il y ait un curé dans l’immeuble : ça va nous porter bonheur ! »

J’aime cette ville de Saint Ouen, dont la population est si pleine de richesses humaines (mais pas financières, c’est sûr). Les services sociaux municipaux sont très actifs et je bénéficie du portage des repas, d’une aide ménagère, d’une téléalarme, de l’aide au logement pour les petits budgets.

Cela dit, ne croyez pas que c’est le paradis ! Je ne suis pas venu ici pour partager seulement le bonheur des habitants. Car je me sens aussi solidaire de tout ce qui leur rend la vie difficile.

Par exemple le fléau de la drogue, au pied de notre immeuble comme partout dans la ville. Ces jours-ci, j’ai participé à une manifestation de tous les quartiers, avec le slogan : « Saint Ouen, une ville sans violence ni trafics ».

Là où les trafics prétendent se rendre maîtres d’un quartier, les habitants sont déterminés à reconquérir le terrain et à faire savoir qu’ils sont chez eux. Bien entendu, la drogue ne s’installe pas par hasard.

S’il y a des dealers et des consommateurs, c’est parce qu’il y a du chômage, de l’échec scolaire, du mal-vivre, etc. Ce n’est pas par hasard non plus que la misère et les guerres dans les pays du sud ou de l’est amènent dans nos quartiers quantité de réfugiés sans papiers.

Hélas ! Les consignes données aux préfectures sont féroces et humiliantes. Il faut voir les conditions indignes imposées par la préfecture de Seine-Saint-Denis aux pauvres gens qui font la queue des nuits entières, pour essuyer, le jour venu, un refus.

Chaque mois, je participe, sur la place devant la cathédrale de Saint Denis, au « Cercle du silence », une institution qui s’est répandue dans toute la France. Ordinairement, les manifestations sont bruyantes. Au Cercle du silence, nous nous tenons debout en cercle, en silence durant une heure, pour la défense des sans papiers. Croyez-le : le silence, ça parle !

Face à tant de problèmes qui écrasent les gens, mon engagement est peu de choses. De toutes façons, maintenant, j’ai droit au repos. Mon grand âge me fait un devoir de prendre sans complexe le temps de vivre. Je suis tout étonné de parvenir enfin à la retraite, même si, pour le prêtre, il n’y a pas de retraite.

Pour moi, la retraite, c’est d’abord rendre agréable mon logement, de telle façon que mes nombreux visiteurs puissent dire : « On est bien chez toi ». C’est aussi écouter de la musique sans rien faire d’autre que d’écouter, c’est lire de beaux livres, car tout me passionne, c’est prendre le temps de circuler dans la ville, c’est bénéficier des services d’une kiné, qui m’aide à retrouver la démarche d’un jeune homme, suite à mon AVC (accident vasculaire cérébral), passé aux oubliettes !

J’ai la chance d’avoir à proximité la jolie église de l’ancien village du Vieux Saint Ouen, âgée de douze siècles. J’y retrouve une petite communauté paroissiale. J’aime passer du .temps à prier, c’est-à-dire à traiter Dieu comme Quelqu’un, en entrant en conversation avec lui. Sa parole illumine mon existence.

Avec réalisme, je m’approche de ma mort avec sérénité. J’apprécie beaucoup la recherche sur l’accompagnement des personnes en fin de vie. Pour moi, mourir dans la dignité, ce n’est pas capituler devant la souffrance, c’est la gérer ; ce n’est pas abréger sa vie, c’est la vivre jusqu’au don de soi, et c’est être assuré que la mort fait partie de la vie. Je relis le beau livre de Christiane Jomain « Mourir dans la tendresse » et j’apprécie qu’elle écrive, après avoir assisté des centaines de personnes en fin de vie : « La fin de la vie est encore la vie » et aussi : « Le mourant est un vivant » et encore : « Dans leurs derniers instants, certaines personnes s’élèvent à un niveau de conscience supérieur, accédant à un stade jamais atteint durant leur vie » (citation de Jean Ziegler).

Mais oui, l’approche de la mort « place chacun en face de l’essentiel, du besoin extrême de trouver un sens à sa propre existence. »…

 

Georges ARNOLD

Prêtre du Prado

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans foi
commenter cet article

commentaires

Marc Paquot 20/12/2011 11:44


Je suis vraiment heureux d'avoir lu ce message du Pere Goerges, que c'est dommage que je ne puisse le rencontrer et surtout parler avec lui. Il m'a fait un bien fou , cette bonne humeur et
surtout cette possibillité de trouver du bonheur, du positif dans ce qu'il est obligé de vivre, malgré son age a de quoi vous laisser muet d'admiration... Merci donc à vous mon Pere.