Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 07:35

Jérusalem 

 

Citoyen français et israélien, Henri Cohen Solal est psychanalyste et éducateur. Avec des amis, il a fondé, au milieu des années 1980, l’association Beit Ham qui accueille dans vingt-cinq maisons des adolescents arabes et juifs en situation de précarité. Engagé dans le dialogue interculturel en France et en Israël, il anime le collège doctoral Paris-Jérusalem sur le thème de la médiation et du sujet de l’institution, en relation avec des universitaires européens, français, israéliens et palestiniens

 

Jérusalem, un espoir pour la jeunesse ? Comment une ville déchirée par de violents conflits politiques et religieux peut-elle être un symbole d’avenir ?
Durant trois ans entre Jérusalem et Paris, à travers trente-deux lettres adressées à des amis, Henri Cohen Solal a pris à bras-le-corps les questions des jeunes de toute nationalité qu’il a rencontrés :

- À quoi bon s’accrocher à cette ville disputée par trois religions monothéistes alors qu’internet permet de se relier à tous les humains connectés en un clic ?
- Pourquoi donc prôner la paix quand on vit chaque jour sous la menace des bombes et des roquettes ?
- Que faire de la fraternité universelle face aux nationalismes ?
- Que faire de sa vie quand toutes les relations sont rompues avec les parents ?
- Pourquoi vivre si c’est pour faire face au no future ?


Cofondateur des maisons de Beit Ham qui accueillent en Israël depuis trente ans, sans distinction, des adolescents arabes, juifs et de tous horizons ou nationalités, Henri Cohen Solal invite à sortir de l’enfermement de la violence et à dépasser le désespoir. Sans s’ériger en donneur de leçons, il invite chacun à découvrir un chemin de confiance et de vie. Alors Jérusalem peut devenir une source d’espoir et d’humanité pour tous ceux qui témoignent qu’il est possible de vivre ensemble. Shalom, Salam…

 

Les Editions de l’Atelier

Partager cet article

Repost0

commentaires