Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 22:28

carnaval de Venise
Comme la plupart des fêtes en Occident, le carnaval est né d'un syncrétisme entre célébrations religieuses et païennes. A l'origine, plusieurs festivités datant de la Rome antique : les Bacchanales, des fêtes orgiaques nocturnes réservées aux femmes, les Lupercales, des fêtes de purification, et les Saturnales, festivités où les esclaves devenaient maîtres, et les maîtres, esclaves. Célébrée en France jusqu'au XVIIe siècle, la Fête des fous, pendant laquelle le bas clergé remplissait le rôle du haut clergé, semble aussi avoir laissé son empreinte sur le carnaval. La modification des rôles traditionnels se retrouve dans toutes ces célébrations : le temps de la fête, l'ordre des choses est inversé, le chaos est roi, la réalité quotidienne suspendue. Les frustrations de la population sont expulsées, permettant de mieux rétablir l'ordre dès la fin des réjouissances. Ces fêtes au rôle cathartique s'avèrent indispensables au fonctionnement d'une société. Pour
 Jean Duvignaud, sociologue, en tant que fête d'opposition à l'ordre et aux pouvoirs, le carnaval s'inscrit clairement dans la lignée de ces "fêtes du dérèglement tribal". En outre, le carnaval représente une des formes les plus totales de la fête, du fait de son caractère comique : la "vérité du rire", universelle, entraîne tout le monde. "On donne ici le signal que chacun peut être aussi déraisonnable et fou qu'il le souhaite, et qu'en dehors des horions et des coups de couteau, tout est permis. La différence entre les grands et les petits semble abolie pendant un instant. (...) L'impertinence et la liberté réciproques sont contrebalancées par une bonne humeur générale." (1) Goethe décrit ici un carnaval de Rome dont on voit aisément la filiation avec les fêtes païennes, une filiation qui ne serait complète sans l'incidence chrétienne.

 

Aurélie Louchart pour Evene.fr - Février 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans paix
commenter cet article

commentaires