Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 08:41
Une famille de réfugiés à la rue à Evreux

Dorcas, vingt-six ans, est à la rue avec ses deux enfants de six et deux ans et demi. Les appels au 115 pour un hébergement d’urgence sont sans résultat. Et, nous l’avons vérifié, notre appel étant resté vain !

Dehors devant la gare

Cela fait trois jours que cette jeune mère de famille et ses deux enfants n’ont plus de toit, depuis que sa demande d’asile a été rejetée. Les travailleurs sociaux de la maraude se sont émus de cette situation, comme la police d’ailleurs qui l’a envoyée vers l’hôpital car un de ses enfants était malade. Des Ebroïciennes interviennent aussi, notamment des membres du CEFED, Comité Étrangers Français pour l’Égalité des Droits. Elles restent dehors avec elle, devant la gare, pour la protéger et la soutenir moralement.

Sept années en Syrie

Dorcas est une jeune femme très réservée, très discrète, qui ne parle pas fort. Ses déboires ont commencé en 2007, elle avait dix-sept ans, en RDC, République démocratique du Congo : « Mon père a été assassiné pendant la guerre civile. Avant de mourir, il m’avait confié une mallette. J’ai été arrêtée et j’ai subi des violences sexuelles de la part de policiers. Ma mère m’a alors confiée à un homme qui partait en Syrie. Là-bas, nous nous sommes mariés religieusement. Nous avons eu deux enfants, des garçons. » En 2011, la guerre a éclaté en Syrie. « Fin 2013, un soir mon mari n’est pas rentré du travail… Je suis allé me renseigner chez son employeur, il avait disparu sans laisser de traces… J’étais désespérée… » Elle n’a donc vécu une vie « normale » que de 2007 à 2011 en Syrie. Son mari travaillait, elle avait un toit et ne manquait de rien. « À partir du début de la guerre en Syrie, en 2011, ça a commencé à devenir difficile et dangereux. Après la disparition de mon mari, je suis partie en voiture et à pied vers la Turquie. »

En sécurité en France

De la Turquie, grâce à ses économies, elle prend l’avion pour se réfugier en France où elle pense pouvoir être en sécurité… Arrivée à Paris le hasard des circonstances la conduit à Evreux fin 2014. On l’y aide à établir et déposer un dossier de demandeur d’asile pour elle et ses deux enfants. Alors prise en charge par les services sociaux elle est logée au Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile ADOMA de Gaillon. « Mes enfants, surtout l’aîné, ont été traumatisés par la guerre en Syrie. La nuit, il se cache sous le lit en pleurant et en tremblant. » Le Docteur Michael Joly, psychiatre au Nouvel Hôpital de Navarre, a établi un certificat médical attestant que l’aîné, âgé de six ans, « nécessite des soins pédopsychiatriques de longue durée ». « Lorsque je suis allée en préfecture pour joindre ce certificat médical à mon dossier, il m’a été signifié une OQTF, Obligation de Quitter le Territoire Français. »

La crainte d’être assassinée

Comme sa demande d’asile a été rejetée, elle a été contrainte de quitter le foyer d’hébergement. Elle est susceptible d’être expulsée vers la RDC, car l’administration estime que c’est son pays d’origine.

Elle ne sait pas si sa famille est toujours vivante, elle ne peut pas le prouver, mais elle craint d’être assassinée si elle retourne en RDC. Elle a un mois pour déposer un recours devant le Tribunal Administratif et au Préfet et trois mois pour déposer un recours hiérarchique auprès du ministre de l’Intérieur. Dorcas va engager ces trois recours, avec l’aide du CEFED.

En attendant, avec ses deux enfants à la rue, elle est dans un état de sidération, de panique. Une situation d’urgence grave : « Je ne vis pas pour moi mais pour mes deux enfants, voir ses deux enfants à la rue, pour une mère c’est très difficile. L’aîné lui dit, le soir : « Maman, je suis fatigué, on retourne au foyer, s’il te plaît… »

Eure Infos 26 juillet 2016

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans Réfugiés
commenter cet article

commentaires