Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Secrétaire de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier Catholique des personnels de la Préfecture de Police de Paris
  • Contact

Recherche

Articles Récents

22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 06:42
homélie du dimanche 24 juin 2018

C'est l'amour qui gagne et qui gagnera.

L'été a à peine commencé et voici que la liturgie nous offre de célébrer, six mois avant le fête de Noël, la nativité de Saint Jean-Baptiste. Si le 25 décembre est la fête du soleil invaincu, le 24 juin est le jour où le soleil commence à diminuer. « Il faut qu'il grandisse et que moi, je diminue » dira Jean Le Baptiste. Saint Jean-Baptiste, vous le connaissez bien, et pas seulement le récit de sa naissance que nous venons d'entendre, mais aussi sa prédiction fougueuse sur les bords du Jourdain et son humilité : il a conduit ses disciples à Jésus, dont il disait qu'il n'était pas digne de dénouer la courroie de ses chaussures.

J'aimerais vous faire partager une vraie question que Jean-Baptiste portait en lui. Cette question, il l'a posée à Jésus, pas directement d'ailleurs, car il était en prison. Il a envoyé ses amis la poser à Jésus de sa part : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? ».

Cette question, je crois que tous se la posent un jour. Jésus est-il le Fils de Dieu ?

Tout ce qu'on dit de lui, est-ce que c'est vrai ?

Avec Jean-Baptiste, aujourd'hui, essayons d'avancer ensemble .

Pourquoi Jean-Baptiste a-t-il posé cette question ? Pour deux raisons me semblet-il.

La première : en voyant Jésus, il était étonné… au point de douter.

La deuxième : en voyant ce qui lui arrivait à lui, Jean-Baptiste, il était scandalisé au point de douter.

Étonné au point de douter. En effet, marqué par son tempérament, la culture religieuse de son temps, Jean avait des vues très strictes sur le Messie. Ce devait être un justicier départageant sur-le-champ les bons et les méchants. Tout le monde attendait, à l'arrivée du Messie, une intervention foudroyante de Dieu, alors que le charpentier de Nazareth racontait que Dieu était un berger qui va rechercher sa brebis perdue ou comme un père qui attend le retour de son fils qui a pourtant quitté la maison avec l'argent de la famille.

Comment ne pas s'étonner au point de douter ?

Mes amis, avoir la foi, c'est être étonné. Les chrétiens sont les étonnés de l'amour. Car le visage de Dieu révélé par Jésus est étonnant. Car le chemin emprunté par Jésus est étonnant. L’Évangile est rempli de l'histoire merveilleuse de cet amour fou de Dieu qui nous étonne. Sommes-nous des étonnés de l'amour ? C'était la première raison de douter.

Voici la deuxième : Jean-Baptiste, en voyant ce qui lui arrivait était scandalisé, au point de douter. Il est en prison en raison de sa fidélité à sa mission de prophète. Il n'avait manqué ni de courage ni de conviction quand il avait dénoncé la mauvaise conduite d'Hérode. Et voilà qu'on l'avait mis en prison dans une forteresse sur les hauteurs de la mer Morte. Il pouvait tout craindre et la suite l'a prouvé.

Enfermé dans un cachot, Jean-Baptiste était enfermé dans sa question : « Jésus, était-il le Messie ou fallait-il en attendre un autre ? ». Si Jésus est vraiment l'envoyé de Dieu, est-ce que le sort fait à ses amis peut être aussi rude ?

Qui est Dieu s'il n'intervient pas pour protéger ses amis ? Ne peut-il pas épargner la vie des justes, des innocents ?

Le problème du mal, du malheur innocent hante l'humanité depuis que le monde est monde.

Ce que l'on peut balbutier, c'est que Dieu n'intervient pas ordinairement pour changer le cours des événements. Je dis ordinairement. Car on ne peut pas mettre le miracle hors la loi. Mais le miracle n'est pas la loi. Dieu n'intervient pas à la place des hommes. C'est le prix qu'il attache à la liberté de l'homme. Dieu n'est pas intervenu pour empêcher la mort de Jésus. Mais en le ressuscitant, il nous donne l'assurance qu'une vie menée dans l'amour est un chemin de vie. Il nous donne de croire que c'est l'amour qui gagne et qui gagnera. Dieu n'intervient pas dans les événements, il intervient dans le cœur des hommes et des femmes qui vivent ces événements, pour y mettre cet amour qui peut tout changer.

Que Dieu mette dans nos cœurs assez d'amour, assez de force pour vivre ce que nous avons à vivre. Et comment ne pas penser à tous ceux qui sont malades, à ceux qui traversent des moments difficiles, à ceux qui sont en prison. C'est dans les cœurs des hommes que s'accomplissent les merveilles de Dieu.

Donne-nous Seigneur assez de force pour vivre ce que nous avons à vivre !

 

Louis DURET

Prêtre du Diocèse de Chambéry

 

Lien à la Source

Partager cet article

Repost0

commentaires