Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 07:57

Pourquoi l’immigration est une chance pour aujourd’hui :

 

Les délégués et les équipes diocésaines de la Pastorale des Migrants des diocèses de Coutances, Bayeux - Lisieux, Sées, Le Havre, Rouen et Evreux réunis à Lisieux ce samedi 15 mars 2008 ont choisi d’apporter leur contribution aux communautés et aux Eglises auxquelles ils appartiennent. Bien entendu nous n’ignorons pas toutes les difficultés de vie des migrants dans notre pays ni les difficultés de certains quartiers de nos villes marqués par le chômage, les discriminations et même la misère ou les « économies parallèles ». Mais dans cette lettre nous avons choisi un parti pris positif, fondé sur notre expérience, dans le but de favoriser une réflexion et une communication entre les chrétiens de la Province.

 

 

1°) La présence des étrangers dans notre pays est une invitation pressante à accueillir nos différences et à dépasser nos préjugés : elle bouscule nos certitudes, elle fait grandir le respect et la tolérance et nous invite à changer nos comportements. Grâce aux étrangers nous découvrons que nos différences sont une richesse : les migrants nous ouvrent à d’autres manières de vivre la foi, de vivre en famille et donc d’autres manières de vivre notre « humanité ». L’immigration permet un brassage des cultures et leur confrontation construit une humanité nouvelle et une société plus harmonieuse.

 

2°) La présence des étrangers nous ouvre les yeux sur une répartition des richesses de plus en plus injuste entre les peuples de la planète, injustice qui est à l’origine de grandes fractures dans le monde et d’une immigration de plus en plus massive. Le courage et la persévérance de beaucoup de migrants dans leur lutte pour la vie et dans la solidarité (en particulier financière) avec leur pays d’origine, sont un témoignage remarquable qui nous stimule.

L’immigration nous ouvre les yeux sur nos richesses, nos responsabilités de citoyens de pays « développés » qui ont la chance de vivre en démocratie, mais aussi sur la nécessité d’accueillir « la nouveauté ». Cette responsabilité nous appelle à nous engager dans nos quartiers, nos entreprises, nos villes et notre pays pour la justice et la solidarité  entre les hommes.

 

3°) Les chrétiens migrants célèbrent les évènements de leur vie de foi avec plus de spontanéité, plus de partage, plus de joie. Ils nous provoquent ainsi à mieux vivre notre foi et à l’exprimer davantage.

La présence d’étrangers dans nos équipes nous invite à travailler à l’unité du genre humain dans sa diversité.

Nous sommes tous des « étrangers » les uns pour les autres et pourtant nous sommes tous des « frères ». En Jésus-Christ « il n’y a plus ni juif ni païen, ni esclave ni homme libre… » !

La présence des étrangers nous interroge sur notre foi en l’Homme et nous pose la question fondamentale : « Qu’as-tu fait de ton frère ? ».

 

Les Pères Louis DUPONT, délégué de Coutances,  Georges VIMARD, délégué de Bayeux Lisieux, Gilbert DELANGE, délégué de Sées,  Gilbert DELANOUE, délégué du Havre,  René GOBBE, délégué de Rouen, Denis CHAUTARD, délégué d’Evreux, et les membres des équipes diocésaines réunis le 15 mars 2008 à Lisieux.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans migrants
commenter cet article

commentaires

Professeur L 27/04/2008 19:26

Bravo pour ce texte intelligent, sincère, précis et concret ! Effectivement, l'immigration est d'abord inévitable, puisque les flux migratoires sont proportionnels aux discontinuités socio-spatiales qui structurent - ou destructurent - le monde. Les migrations sont des marqueurs des inégalités socio-économiques dans le monde. Or le processus de mondialisation - définie comme la mise en réseau systémique des économies-mondes dans l'économie mondiale - engendre ou renforce les inégalités entre les Sud et le Nord économiques. Par conséquent les migrations ne sont pas amenées à se tarir. L'immigration est donc inévitable. Mais l'immigration n'est pas seulement inévitable. Elle est nécessaire, pour notre économie, mais aussi et surtout, pour notre culture. Les immigrants ne sont pas des parasites qui concurrencent les nationaux sur le marché de l'emploi. Les immigrants constituent le moteur de nos économies dites développées. Mieux encore : les immigrants participent activement au développement économique de leurs pays d'origine, de manière plus efficace que l'aide au développement qui est sans cesse détournée par les élites corrompues des pays concernés. En outre et surtout, l'immigration est en effet, par le métissage des cultures et des peuples qu'elle rend possible, le moteur de nos civilisations.Mais surtout, comme vous l'avez très bien souligné dans votre article, l'immigration est une chance du point de vue moral. Le migrant nous met face à nos responsabilités de citoyen bien sûr, mais aussi et surtout d'homme. C'est pourquoi il n'est pas digne pour un chrétien ou pour un citoyen d'une démocratie moderne de refouler les immigrés. On ne peut pas se dire chrétien et fermer la porte à nos voisins, refuser de l'aide aux plus démunis, considérer l'autre, l'étranger, le pauvre, comme un ennemi. Il est de notre devoir de les accueillir et de les considérer comme nos frères. Car être chrétien - et être démocrate, comme le montre Bergson dans Les Deux Sources de la morale et de la religion - c'est s'ouvrir à l'autre, reconnaître l'autre comme mon frère, et accepter sa différence, qui est surtout une différence d'appartenance culturelle. C'est justement ce que j'essaie d'enseigner à mes élèves, le plus souvent de manière indirecte, mais aussi parfois plus directement, comme en ce moment, dans le cadre d'une séquence consacrée à l'autre dans la philosophie des Lumières (le versant positif des Lumières étant un héritage paradoxal du christianisme). Encore bravo pour votre blog, et bonne continuation. Professeur L