Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 13:06

Vincent Gelot

Nous vous faisions découvrir il y a quelques mois, le projet « 1001 foi », le périple de deux jeunes français, Vincent et Maxime, à travers le Moyen-Orient, à la rencontre des communautés chrétiennes locales.

L’aventure humaine et spirituelle a commencé en septembre, au lendemain de la visite de Benoît XVI au pays du Cèdre. Vincent Gelot est finalement seul, à bord de sa 4L customisée, à parcourir les 21 000 kilomètres prévus : d’abord le Liban, puis la Turquie, et l’Irak, où il a séjourné près d’un mois avant de se rendre dans l’ouest iranien.

Nous avons réussi à le joindre par téléphone. Il confie à Manuella Affejee ses premières expériences en Turquie et en Irak, revient sur les nombreuses rencontres qui l’ont marqué, et sur les diverses réalités qui lui ont été données de voir.

Les chrétiens oubliés de Turquie

Première étape en Turquie : Antakya, ou Antioche, haut-lieu du christianisme antique. Là, fleurit une des premières communautés de fidèles ; ils y reçurent pour la première fois le nom de « chrétiens » (Actes des Apôtres 11, 26).
Cette présence chrétienne pluriséculaire se voit aujourd’hui réduite à peau de chagrin. Vincent a en effet rencontré les quelque 80 chrétiens de rite latin qui y restent, et qui se réunissent dans une simple salle : « ils sont tolérés, mais vivent de manière un peu cachée ».

Poursuivant sa route vers le Kurdistan turc, Vincent découvre une communauté beaucoup plus importante de chrétiens de rite syriaque orthodoxe, porteurs d’une liturgie résolument différente du rite latin. « Ils chantent et prient en araméen, la langue du Christ, c’est très proche des Juifs, ils prient autour du Livre… Sur le plan personnel, c’était très beau et très fort ».

Outre la beauté d’une liturgie, c’est la réalité, difficile, vécue par cette communauté que perçoit Vincent. Une réalité marquée par divers problèmes de discrimination, de litiges sur les terres, ou de volonté d’expropriation du gouvernement, avec laquelle les syriaques orthodoxes doivent composer. Beaucoup se laissent tenter par les sirènes de l’émigration, si bien que sur les 60 000 fidèles que l’on comptait dans les années 1960, il n’en reste plus que 3 000.

Ecoutez :

 

L’Irak : l’hémorragie chrétienne continue

Autre étape du voyage, autre réalité. Vincent arrive à Erbil, dans le Kurdistan irakien, lieu-refuge de nombreux chrétiens. « Avant, les chrétiens étaient à peu près 800 000 ; depuis la chute de Saddam Hussein, depuis la guerre, explique Vincent, ils sont moitié moins, soit 300-400 000 ». Victimes de vagues d’attentats ciblés, de menaces et d’intimidation, beaucoup ont choisi la fuite, l’exil, ou sont remontés dans le nord de l’Irak, où ils bénéficient d’une relative tranquillité.

« Ici le futur n’est pas rose pour les chrétiens, témoigne Vincent. La plupart cherchent à émigrer (…), les villages se dépeuplent, je suis arrivé dans des villages où les rues étaient désertes, ça fait un peu mal au cœur ». L’émigration n’est pas choisie de gaieté de cœur, loin s’en faut ; mais la précarité constante, auxquelles s’adjoignent les difficultés économiques, poussent des familles entières à partir en Europe, au Canada, en Australie. « Ces gens sont attachés à leur terre, ils partent à contre-cœur, et personne n’en parle », constate encore Vincent. C’est bel et bien le futur d’une communauté entière qui est menacé.

Des rencontres, des rites, et le Livre d’Orient

Vincent se familiarise aussi avec les richesses du christianisme d’Orient, au travers de rencontres mémorables et touchantes, au travers aussi du pluralisme fascinant des rites assyrien, syriaque, chaldéen, etc.

Passée la barrière de la méfiance instinctive, -le fait de partir à la rencontre des chrétiens d’Orient dans une 4L bariolée est pour le moins inhabituel !-, les chrétiens n’hésitent pas à se confier à Vincent, et participent volontiers à l’écriture du Livre d’Orient, lequel recueille pléthore d’intentions de prières et de témoignages.

L’aventure suscite l’intérêt : la page facebook et le blog de 1001 foi attirent toujours plus de visiteurs, notamment « des gens d’ici, d’Orient, d’Irak, de Turquie, du Liban, précise Vincent. Ca marche et ça fait plaisir ! »

Ecoutez :

 

Lien à la Source

 

Blog « Mille et une Foi »

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans pays du monde
commenter cet article

commentaires