Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Journal de Denis Chautard
  • Journal de Denis Chautard
  • : Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Retraité de l'Education Nationale, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Ile de France
  • Contact

Recherche

Articles Récents

9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 15:38
Vendredi 8 septembre à Evreux, dixième anniversaire du Centre Diocésain Saint Jean

Ce vendredi 8 septembre 2017 à 14 heures, notre évêque, le Père Christian NOURRICHARD, assisté de Jérôme GAUBEY, économe diocésain et de Dominique MASSON, ancien économe diocésain, a soufflé la bougie du 10ième anniversaire du Centre Diocésain Saint Jean à Evreux.

Ce centre a ouvert ses portes en 2007, après 18 mois d’études et de travaux, de la volonté sans faille (et du génie même) de l’évêque d’alors, le Père Jacques DAVID, et du travail extraordinaire de toute une équipe dont le chef d’orchestre était Dominique MASSON. Il a été rendu possible grâce au don du terrain au Diocèse par les Sœurs de Saint Jean de Nètreville.

Ce centre est une superbe réalisation qui montre à l’évidence que la communication entre les services, « l’ouverture au monde », et l’accueil de tous dans un lieu adapté, vivant et convivial sont des atouts extraordinaires pour le Diocèse d’Evreux.

Un immense MERCI à toutes celles et tous ceux qui font vivre le Centre Saint Jean !

Denis Chautard

Vendredi 8 septembre à Evreux, dixième anniversaire du Centre Diocésain Saint Jean
Vendredi 8 septembre à Evreux, dixième anniversaire du Centre Diocésain Saint Jean

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 23:43
Ordination de prêtre de Ludovic Bazin à Evreux ce dimanche 18 juin 2017

La cathédrale Notre Dame d'Evreux était pleine ce dimanche après-midi à l'occasion de l'ordination presbytérale de Ludovic Bazin

La prière, le chant et la fête étaient au rendez-vous de ce grand moment de la vie du Diocèse.

 

Ordination de prêtre de Ludovic Bazin à Evreux ce dimanche 18 juin 2017

Voici les paroles du chant d'entrée qui vous donneront la "note" de cette ordination :

69 B Pour accomplir les œuvres du Père          K 234-2

1. Pour accomplir les œuvres du Père en croyant à celui qui a sauvé le monde ;

Pour témoigner que Dieu est tendresse,
Et qu’il aime la vie et qu’il nous fait confiance
Pour exposer ce temps à la grâce et tenir l’univers dans la clarté pascale

L’Esprit nous appelle à vivre aujourd’hui, à vivre de la vie de Dieu

L’Esprit nous appelle à croire aujourd’hui, à croire au bel amour de Dieu !

2. Pour découvrir les forces nouvelles que l’Esprit fait lever en travaillant cet âge;

Pour nous ouvrir à toute rencontre et trouver Jésus Christ en accueillant ses frères;

Pour être enfin le sel, la lumière dans la joie de servir le serviteur de l’homme.

3. Pour inventer la terre promise où le pain se partage, où la parole est libre;

Pour que s’engendre un peuple sans haine
où la force et l’argent ne seront plus maîtres.
Pour annoncer le jour du Royaume, sa justice et sa paix qui briseront les guerres.

4. Pour épouser la plainte des autres en berçant le silence au plus secret de l’âme ;

Pour assembler les pierres vivantes sur la pierre angulaire où se construit l’Église ;

Pour entonner un chant d’espérance dans ce monde sauvé et qui attend sa gloire.

 

Ludovic et son papa (un ami) Gilbert

Ludovic et son papa (un ami) Gilbert

Ludovic est envoyé comme prêtre à la Paroisse du Vexin Normand (Ecos, Gasny, Tourny, Vernonnet) et aux établissements catholiques de la ville de Vernon

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 13:29
Messe de l'Ascension en l'église Saint Martin de Gasny (Eure)
Messe de l'Ascension en l'église Saint Martin de Gasny (Eure)

Grande joie de célébrer la messe en ce jour de l'Ascension en l'église de Saint Martin de Gasny (Diocèse d'Evreux)

Saint Martin de Tours est le patron des Policiers !

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 07:11
Ludovic BAZIN sera ordonné prêtre dimanche 18 juin 2017 à Evreux

Ludovic Bazin sera ordonné prêtre par Monseigneur Christian NOURRICHARD, évêque d’Evreux en la cathédrale Notre Dame d' Evreux le 18 juin 2017 à 15h30

Ludovic est né à Évreux il y a 29 ans. C’est dans cette ville qu'il a suivi ses études. Après un baccalauréat littéraire spécialité musique au lycée Aristide Briand, une hypokhâgne au lycée Léopold Sédar Senghor et l’obtention d’une licence d’Histoire à Rouen, il est rentré au Séminaire des Carmes en septembre 2008. Il est l’ainé de trois enfants. Il a fait – au cours de sa formation de séminariste - un séjour d’un an au diocèse de Boma (République Démocratique du Congo) et un stage d’études de théologie de 6 mois à Québec (Canada Francophone).

Quel appel a t-il entendu?
Plusieurs fois la question s’est posée à lui.
Cela ne lui est pas tombé dessus du jour au lendemain. La première fois, à l'âge de 7 ans.
Un petit moment de distraction pendant la séance de catéchisme avec le père Jean-Marie Vermelin. Il lui paraissait très vieux (il est toujours vivant aujourd’hui
!) et il s'est dit: «Quest-ce quil est vieux ce prêtre, il faut peut-être penser un jour à le remplacer. Pourquoi pas moi» Or, le père Jean-Marie lui proposait la semaine suivante de devenir servant d’autel. Ce qu'il accepta avec grand plaisir.
La crise d’adolescence est ensuite passée par là. C’est par la musique qu'il renoue avec la foi en terminale. Avec un peu d’audace, on lui propose alors de venir chanter à la messe du Jeudi Saint à l’église Saint Taurin à Évreux. Il manquait de choristes.
Heureux de chanter, il eut une profonde envie de communier. Il se sentit alors en paix profonde, ressentant le désir de revenir chanter à la cathédrale pour revivre cette expérience.
Très rapidement, le curé de l’époque lui a proposé d’animer les chants sur la paroisse. (Il a accompli ce service avec beaucoup de joie jusqu’à son entrée au séminaire en 2008).

C’est pendant cette période que la question de la prêtrise se pose à nouveau. Mais il ne sait pas avec qui en parler jusqu’à ce que le père Pascal Le Roux, alors curé de la paroisse, ose lui poser la question : «Bon quand est-ce que tu rentres au Séminaire? Pour Ludovic cela ne pouvait tomber mieux : "Il fallait que je vous en parle !».

Un cheminement de discernement commence, avec le père Le Roux, aidés de l’Esprit Saint. Se préparer à devenir prêtre pour un diocèse c’est aussi apprendre à le connaître. Ludovic en fait l'expérience avec le père Pascal qui lui fait découvrir assez régulièrement. Découverte qui se poursuit aujourd’hui encore dans son insertion en paroisse d’accueil ou encore lors des rencontres trimestrielles des séminaristes du diocèse.

Les rencontres
C'est à l'occasion d'une semaine de retraite à l’abbaye du Bec et un entretien avec le Père Abbé qui l’ont aidé à discerner ce à quoi le Seigneur l'appelle. Ensuite, les découvertes humaines et géographiques : humaines dans les différentes personnes en responsabilité diocésaine et paroissiale. Ce sont toujours de belles rencontres gratuites et simples.
géographiques en allant découvrir les paroisses, mais aussi les paysages de l’Eure.

 

Lien à la Source

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 23:38
Dernier « A-Dieu » au Père Jean-Pierre Decraene ce 29 novembre à Evreux

Nous étions nombreux réunis ce matin à 10h30 à la cathédrale d’Evreux pour un dernier « A-Dieu » à notre frère et ami Jean-Pierre DECRAENE, ancien chancelier du diocèse d'Evreux. Jean-Pierre est né le 25 août 1934 à Mouscron (Belgique), ordonné prêtre le 23 mai 1959 à Bruges (Belgique), entré dans le diocèse d’Evreux le 2 septembre 1966. Il est décédé chez les sœurs de la Providence à Evreux le 23 novembre 2016.

Ce qui nous touchait le plus chez Jean-Pierre, c’est son contact chaleureux, affectueux. Il était respectueux de chacun, à l’écoute, très sensible. Il était « amoureux » de la vie, « amoureux » de l’homme… de l’humain. Il aimait par-dessus tout la Paix, la Concorde, la Fraternité, le Partage.

Sa famille est venue de Belgique (à l’exception de sa maman très âgée qui n’a pu faire le déplacement). Son frère cadet Paul a donné un beau témoignage sur le trio des frères Jean-Pierre, Michel et Paul à l’adolescence, sur la mission de Michel prêtre au petit séminaire de Boma (République Démocratique du Congo). Thérèse Ménager amie de toujours a lu avec une grande émotion la première lettre de Saint Jean « Aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu … » 1 Jean 4, 7-10. Alain Mabiala vicaire de notre évêque et prêtre Congolais nous a fait une belle homélie sur le grand humanisme, l’ouverture et la foi profonde de Jean-Pierre après la lecture de l’Evangile des disciples d’Emmaüs.

Nous avons conclu la célébration par cette prière à Marie que nos amis Belges nous avaient apportée d’un lieu de pèlerinage de leur pays :

 

PRIÈRE À NOTRE DAME DE BEAURAING

Notre Dame de Beauraing, Vierge immaculée, porte à Jésus, ton Fils, toutes les intentions que nous te confions aujourd'hui.

Mère au Cœur d'or, reflet de la tendresse du Père, regarde avec amour les hommes et les femmes de notre temps, et comble-les de la joie de ta présence.

Toi qui as promis de convertir les pécheurs fais-nous découvrir l'infinie miséricorde de notre Dieu. Éveille en nous la grâce de la conversion afin que toute notre vie devienne le reflet de cette miséricorde.

Sainte Mère de Dieu, penche-toi sur nos misères ; console-nous dans nos peines ; donne force et réconfort à tous ceux qui souffrent.

Reine des cieux, couronnée de lumière, aide-nous à grandir dans la foi, l'espérance et l'amour, et nous pourrons rendre grâce sans fin.

Tu as mis Jésus au monde ; puissions-nous, par la prière, le partage de sa Parole et le témoignage d'une vie remplie d'amour et de joie, Le faire naître dans tous les Cœurs.

Fais que chaque instant de notre existence soit un OUI à la question que tu nous poses aujourd'hui : "Aimez-vous mon Fils ? M'aimez-vous ?"

Alors le règne de Jésus viendra dans le monde Amen 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 09:06
Crise agricole : le message d'alerte de l'Eglise de l'Orne

Gérard Huet, diacre, et le père Potier, vicaire épiscopal, ont, aux côtés de Mgr Habert, mené les échanges avec les agriculteurs ornais

Dimanche prochain, un message sera lu dans les églises ornaises alertant sur la situation du monde agricole. Une réflexion à laquelle tous les Ornais sont appelés à participer

Représentants du monde agricole et du diocèse de Séez ont lancé une réflexion qui va perdurer jusqu'au 4 octobre durant le "Mois de la création" autour de la crise catastrophique du monde rural

En février dernier, profitant du Salon international de l’agriculture à Paris, une quinzaine d’évêques français avaient tenu à témoigner de leur compassion pour l’ensemble de la profession agricole hexagonale traversant actuellement une crise profonde. Un mal-être souvent tu qui se traduit par un très grand nombre de situations désespérées menant à des suicides.

Un sentiment d’exaspération

Dans un contexte global marqué par la barbarie des attentats, une crise systémique, des conflits sociaux révélateurs de souffrances, les représentants de l’Eglise se sont tout particulièrement penchés sur ce que peuvent vivre les citoyens du monde rural particulièrement malmenés et “le sentiment d’exaspération et les inquiétudes très fortes qui ont pu être exprimés durant l’été semble être, hélas, réunis pour une rentrée difficile et éprouvante, d’autant plus que la crise risque de perdurer” relève, dans son message Mgr Habert, évêque du diocèse de Séez.

La première réflexion nationale du Salon de l’agriculture s’est doublée avant les vacances d’une rencontre avec les agriculteurs ornais :

Des hommes et des femmes passionnés et passionnants” relate l’évêque. “Leur métier et passion est une dimension essentielle de leur vie. S’ils traversent une période difficile, la joie et l’enthousiasme de beaucoup restent intacts.”

Des défis énormes

La profession d’agriculteur aujourd’hui se solde par une somme de défis “impressionnants” à relever : respecter l’environnement, garantir la sécurité alimentaire, s’adapter tout en contestant le modèle financier actuel, intégrer la mondialisation, nourrir une population de plus en plus importante, produire à des coûts compétitifs face à des consommateurs de plus en plus économes, s’organiser collectivement, transmettre un savoir-faire à des générations qui hésitent à prendre le relais…

Tout simplification des problèmes est dérisoire, il ne sera pas possible de trouver une issue par de simples slogans. Si ces défis indiquent à l’Eglise qu’elle ne peut en aucune façon prétendre résoudre à elle seule toutes ces questions, ils lui indiquent aussi qu’elle dispose avec la “doctrine sociale” d’un trésor qu’il faut approfondir, travailler et proposer. Une réflexion qui sera portée tout au long du “Mois de la création” du 1er septembre au 4 octobre dans le diocèse”, ajoute Mgr Habert.

Une parole parfois difficile en milieu rural

Les agriculteurs présents, ayant participé à la soirée d’échange, se retrouvent autour d’un leitmotiv : le monde agricole est un monde de taiseux : “Oser parler de ses difficultés est même briser un tabou parfois” relève l’un d’entre-eux. Un tabou se doublant d’un terrible sentiment d’échec lorsque l’exploitation a été transmise depuis plusieurs générations.

Certains, trésoriers de CUMA, disent avoir constaté à quel point la situation actuelle était catastrophique : “Des agriculteurs nous ont clairement dit ne pas être en mesure de payer”. En revanche, dans ce marasme, tous admettent que, depuis deux-trois mois “on semble s’intéresser à notre quotidien, il n’y a plus le même regard dans le voisinage”.

En fil rouge aussi, la solitude. “Les exploitants qui, auparavant faisaient travailler des dizaines de personnes, sont désormais parfois tout seul. En fait, les seuls rencontres ce sont les commerciaux ! Même les plus optimistes sont abattus, on a cassé des outils qui permettaient de réguler et aujourd’hui on ne sait plus où l’on va”.

Un choix de société

Porteurs, aux côtés de l’évêque, de cette réflexion autour du monde rural, le père Potier, vicaire épiscopal et Gérard Huet, diacre, membre du conseil épiscopal, ont recueilli les expressions des agriculteurs. Ils entendent désormais associer l’ensemble de la communauté chrétienne ornaise à une démarche globale susceptible de se traduire par des actions concrètes d’aide : “Durant le Mois de la création, nous nous interrogerons sur la solidarité à avoir dans le monde rural, sur les choix que nous devons faire en tant que consommateur… pas de mot d’ordre mais simplement faire preuve de discernement”.

■ Pratique : Mois de la création, du 1er septembre au 4 octobre, se fondant sur l’encyclique Laudato Si du Pape François invitant les communautés chrétiennes à réaliser une “conversion écologique” et à prier pour “la protection de la création et la promotion de styles de vie durables

Laurent REBOURS

Lien à la Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 04:38
Jubilé de diamant ce jeudi 25 août chez les sœurs de Jésus au temple à Vernon

Sœurs Emilienne, Marie-Bernadette et Marie-Berthe ont fêté leurs 60 ans de profession religieuse dans la joie, l’enthousiasme et « l’action de grâce » de toute leur communauté. La Bretagne était à l’honneur (la plupart des sœurs sont originaires de Bretagne) puisque qu’un chant en langue Bretonne a marqué la fin du repas avant que les sœurs Africaines nous entrainent dans une danse « chaloupée » rythmée au son du djembé !

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 18:21
Franck Legros, curé de paroisse à Evreux, fait le "buzz" sur Internet

Franck LEGROS fait le "buzz" sur Internet et sur "La Dépêche d'Evreux"

Franck Legros, curé de paroisse à Evreux, fait le "buzz" sur Internet

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 17:40
Une Vidéo de KTO : le Diocèse d’Evreux par son évêque, le Père Christian NOURRICHARD

Redécouvrir les chemins qui mènent au Mont Saint-Michel, c'est l'invitation de la Pastorale du tourisme du diocèse d'Evreux. L'Eglise catholique dans l'Eure tient ainsi à renouer avec ce pèlerinage ancestral. Sur le plateau de La Vie des Diocèses, Mgr Christian Nourrichard évoque également le travail de l'assemblée synodale. Il confie son engagement personnel envers les personnes les plus fragiles dont les migrants. L'évêque d'Evreux se réjouit aussi, cette année, de l'ordination de deux prêtres et d'un diacre en vue du sacerdoce, et de la présence de huit séminaristes en cours de formation. Et quelques jours avant le départ pour Cracovie, retour sur la préparation des jeunes pour vivre les Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie.

 

Cliquer sur la vidéo ci dessous puis sur l'icône "plein écran"

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 17:34
En caravane, un prêtre à la rencontre des villages

Par sa mission itinérante, le P. Reneaut maintient le lien des paroissiens avec l’église. Hugues-Olivier Dumez

Dans le diocèse de Pamiers, en Ariège, un prêtre, qui n’est rattaché à aucune paroisse, a été missionné pour rencontrer les habitants, de village en village.

Outre sa caravane, le P. Antoine Reneaut transporte avec lui une porte sainte ambulante pour l’Année de la miséricorde.

De notre correspondant régional Hugues Olivier Dumez à Moulis (Ariège)

Sa caravane est stationnée depuis moins de vingt-quatre heures mais déjà, la présence du P. Antoine Reneaut ne passe pas inaperçue dans ce village de 800 âmes. Ce prêtre de 38 ans s’est d’ailleurs fait un surnom auprès des habitants : « le prêtre vagabond » ! De passage pendant cinq jours à Moulis, dans les Pyrénées ariégeoises, le P. Antoine est là pour évangéliser. Ambitieux ? Si cette visite en caravane semble pittoresque, le P. Antoine n’est pas en vacances. L’arrivée de Janine, au guidon de sa « Mob », vient d’ailleurs le lui rappeler. « Vous êtes attendu pour le café », lance-t-elle avant de faire demi-tour pour reprendre la route.

Des paroissiens ont profité de sa présence pour préparer la messe du dimanche. Les questions sur l’animation liturgique réglées, le P. Antoine saisit l’occasion pour prendre le pouls de cette communauté chrétienne. Dans le village, il n’y a plus de prêtre résident depuis des années. Moulis a été intégré à l’ensemble paroissial de Saint-Girons, dans le Couserans. « Qu’il est difficile de faire revenir les gens une fois que les portes de l’église ont été tenues fermées pendant longtemps », regrette André, 70 ans, qui ouvre l’édifice religieux quotidiennement. « L’église ne fait le plein que lors des enterrements », souligne-t-il, un brin provocateur. « À la sortie de l’école du village, poursuit-il, j’ai distribué des tracts pour proposer de la catéchèse aux enfants. L’initiative, faute de motivation de la part des parents, n’a pas perduré. » Le paroissien craint de voir un jour la messe ne plus être célébrée dans son village mais qu’importe : « Il y a aura toujours une liturgie de la Parole ! »

Cette disposition d’esprit réconforte le P. Antoine, qui, le café terminé, entame son porte-à-porte. Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers, a donné carte blanche au plus jeune prêtre du diocèse. Un statut de benjamin que va enfin pouvoir abandonner le P. Antoine en raison d’une nouvelle ordination cette année.

On comprend qu’il ne soit pas anodin pour un diocèse qui compte seulement une trentaine de prêtres en activité de laisser l’un d’eux sans paroisse. « Ce que j’expérimente aujourd’hui, je suis convaincu qu’une nouvelle génération de prêtres sera amenée à le vivre également, souligne le P. Antoine. Quand un jeune prêtre vient d’être ordonné, on lui confie rapidement mille responsabilités, notamment celle de devenir curé. C’est l’une des conséquences de la crise des vocations. Il serait pourtant heureux d’offrir une plus large palette de propositions afin qu’il puisse vive sa mission de prêtre. »

Le P. Antoine parle en connaissance de cause. Ordonné en 2006, il se souvient de ses premières années « à cent à l’heure ». Au point d’être peiné lorsqu’il apprit qu’une paroissienne n’avait pas osé le contacter de peur de le déranger alors qu’elle traversait une épreuve douloureuse. Aujourd’hui, le prêtre est plus en phase avec ce qu’il vivait déjà, chaque été, lors du Festival Anuncio à la rencontre des personnes éloignées de l’Église.

Cette année revêt d’ailleurs une dimension particulière puisqu’il transporte une porte sainte ambulante dans le cadre de l’Année de la miséricorde. Aux personnes qu’il croise, le P. Antoine propose d’inscrire sur le bois le nom de quelqu’un avec qui elles désirent se réconcilier. Sa démarche est assez bien accueillie par ces habitants qui vivent à l’écart des grandes aires urbaines. « Les gens que je rencontre ont davantage besoin de se réconcilier avec l’Église plutôt qu’avec le Seigneur.»

C’est notamment le cas de Marie, surprise de trouver un prêtre à sa porte. « Vous ne me retrouverez jamais dans une église », prévient-elle d’emblée. « C’est pour cette raison que je viens à vous », réplique le P. Antoine. Jeune grand-mère de quatre petits-enfants, Marie finit par l’inviter chez elle et lui explique qu’elle se rendra cette année à Lourdes pour prier avec sa sœur qui n’est pas croyante. « Ne soyez pas toute seule dans votre foi », s’inquiète-t-il tout en lui proposant de prier pour elle. « Vous pouvez prier pour toute ma famille, je ne vous en voudrais pas ! »

paroles

« Ce chemin particulier deviendra celui de la majorité des prêtres »

Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers

« Nous avons la conviction que, dans un avenir proche, ce chemin particulier deviendra celui de la majorité des prêtres. Ils rejoindront occasionnellement de vivantes communautés villageoises, avec une petite équipe missionnaire de prêtres, de diacres et de laïcs. Ici, il est question d’apporter le soutien des sacrements et de garder le lien avec une Église plus universelle, de vivre son ministère à la manière de saint Paul.

Le P. Antoine est une sorte de vagabond du Seigneur. Il est le témoin d’une “Église en état de sortie”, comme aime à dire le pape François. Quand le temps de la mission locale s’achève, Antoine retrouve alors un lieu de vie fraternelle, avec d’autres prêtres engagés autrement, et avec son évêque. »

Recueilli par Hugues-Olivier Dumez

La Croix n° 40471du mardi 19 avril 2016 page 13

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis CHAUTARD - dans diocèse
commenter cet article